Archives par mot-clé : Iran

Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

(Dernière mise-à-jour : 7 mars 2018)

Je me suis enfin procuré auprès de la BU où je travaille un ouvrage fort intéressant de Jos Coumans, bibliothécaire et secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap : The Rubáiyát of Omar Khayyám. An Updated Bibliography (Leiden University Press, 2010). Cet ouvrage de 249 pages, partiellement consultable sur Google livres, n’a qu’un défaut à mes yeux : celui d’être écrit en anglais, qui n’est pas la langue étrangère que je maîtrise le mieux. Continuer la lecture de Une bibliographie sur les robâiyât d’Omar Khayyâm

Les traductions anglaises des Rubaiyat

(Dernière mise à jour :  7 mars 2018)

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari, « Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais », extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Bibliographie chronologique des traductions anglaises des rubaiyat de Khayyam

 

1859 – Edward FitzGerald (1809-1883)

Entre 1859 et sa mort en 1883, Edward FitzGerald a publié quatre éditions de ses Rubaiyat of Omar Khayyam, the Astronomer-Poet of Persia. D’autres suivront.

  • La 1ère édition (1859) contient 75 « stanza » ; elle disponible sur le site de la Bodleian
  • La 2e (1868) comporte 110 quatrains.
  • Les trois suivantes (1872, 1879 et 1889) ont 101 quatrains.
  • Une tables de correspondance existe, disponible sur Archive.org ou sur Kellscraft.

Malgré les libertés prises par le poète-traducteur, cette traduction est sans doute la plus répandue dans le monde anglo-saxon. C’est la traduction de référence, la première parue en Occident, celle dont tous les traducteurs postérieurs devront se démarquer. De plus, une bonne partie des traductions en français (Grolleau, Henry, Delpeuch, Carpentier, Arousseau, Le Dantec, Bernard) sont des traductions de la traduction de FitzGerald.

De nombreuses éditions sont disponibles sur Archive.org, sur sur Kellscraft. Vous trouverez également sur ce dernier site une bibliographie des cinq premières éditions. L’édition de 1869 a fait l’objet d’une édition pirate en 50 exemplaires à Madras en 1862. La première édition américaine (Columbus, 1870) suit celle de 1868. Pour plus de détail sur les premières éditions de la traduction de FitzGerald dans le monde anglo-saxon, voir l’ouvrage de Jos Coumans, The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliography, p.19. Voir aussi le site The Rubaiyat, l’édition en ligne réalisée par Jim Manis et le site de l’université Fordham.

1882 – Edward Heny Whinfield (1836-1922)

The quatrains of Omar Khayyam. Londes : Trübner and Co, 1882

253 quatrains. Le traducteur a utilisé l’édition de J.B. Nicolas (1867), l’édition de Lucknov (1878), le manuscrit de la Bodleian Library (nr. 140), et deux petites collections de quatrains.

Dès 1883, il publie une édition bilingue comportant 500  quatrains et utilisant 8 collections. En 1893 parait une sélection de 267 quatrains extraits de cette dernière édition, cette fois seulement en anglais. Cinq quatrains figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát parue en 1906.

Ces différentes éditions sont disponibles sur Archive.org. Le texte est en ligne sur le site de l’université Fordham et sur The Rubaiyat

1885 – Whitley Stokes (1830-1909)

Publie 18 quatrains dans Academy, 17 janvier 1885, n° 663.

Auparavant, 15 quatrains avaient été inclus dans l’édition de Madras de la traduction de FitzGerald (1862) sous le titre « Some more of Omar’s quatrains ». Ils ont été repris en 1836 dans une édition miniature  par The Lilliputian Press, Monroe (USA). 10 de ces quatrains ont été inclus dans The Dublin book of Irish verse (London, 1909). Deux  quatrains figurent dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

Disponibles sur le site Omar Khayyam Nederland.

1888- John Leslie Garner

The Strophes of Omar Khayyám. Milwaukee, the Corbitt and Skidmoore Co, 1888. In-16, XII-76 p.

Disponible sur Archive.org.

1889 – Justin Huntly McCarthy (1859-1936) 

Rubaiyat. London, 1989.

Fait paraître en 1898 des Quatrains of Omar Khayyam, in english prose.

1893 – Edward Henry Whinfield

The quatrains of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893.

1898 – John Payne

The Quatrains of Omar Kheyyam of Nishapour. 1898

1898 – Edward Heron-Allen (1861-1943)

The Rubaiyat of Omar Khayyam, a facsimile of the ms in the Bodleian Library. Londres, Nichols, 1898.

Nouvelle édition : Londres, Quaritch, 1899.

1899 – Jessie E. Nash (1844-1884), alias H.M. Cadell

The Ruba’yat of Omar Khayam. London / New-York, John Lane, 1998.

Avec une introduction de Richard Garnett.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1899 – Elisabet Alden Curtis

One hundred quatrains from the Rubáiyát of Omar Khayyám. New York, Brothers of the Book, 1899. 72 pp.

Traduction en vers anglais. Introduction de Richard Burton.

Disponible sur Hathi Trust Digital Library.

1901 – E. A. Johnson

La traduction anonyme des rubaiyat parue dans Flowers from Persian Poets (1901) lui est attribuée.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1903 – Frederick William Rolfe (1860 – 1913), alias Frederick Baron Corvo

The Rubaiyat, of Umar khaiyam done into english from the French of Jean Baptiste Nicolas. London, New York, J. Lane, 1903.

Bilingue anglais-français. Introduction de Nathan Haskell Dole.

Disponible sur Archive.org.

1904 – L’anthologie The lover’s Rubáiyát éditée par Jessie Belle Rittenhouse (1869-1948)

The lover’s Rubáiyát. Boston : Small, Maynard & Co., 1906.

Réédité en 1906. Regroupe 64 quatrains traduits par divers auteurs (dont 17 par FitzGerald), certains n’ayant pas réalisé auparavant ou par la suite leur propre recueil des rubaiyat (du moins n’en ai-je pas encore trouvé…) : 

Edwin Kendall Cutter

Richard Le Gallienne (1866-1947)

Henry George Keene (1825-1915)

Frederick York Powell (1850-1904)

E. A. Johnson

Disponible sur Archive.org.

1907 – E. F. Thompson, Worcester

E. Fitzgerald ’s Ruba‘iyyat of Omar Khayyam, avec un texte persan et une traduction en prose et vers. Mass., 1907.

1913 – Edward Armstrong Johnson

The Rubaiyat of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1913.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1924 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936)

Omar Khayyam in his Rubaiyat : with a true history, life and biography of the Persian poet, astronomer and statesman.  Los Angeles : Mazdaznan Press, 1924.

Traduit en français en 1959.

1927 – Arthur Emanuel Christensen (1875-1945)

Critical Studies in the Ruba-iyat of Umar-i-Khayyam. Copenhague, A. F. Höst och sön, 1927.

Etude de leur authenticité, texte et traduction anglaise. Il n’est pas précisé si la traduction anglaise a été faite à partir :

du texte original en danois : Omar Khajjams Rubaijat : en litteraerhistorisk undersogelse (Copenhague,1903)

de la traduction française : Recherches sur les Rubaiyat de ‘Omar Ḫayyām, par Arthur Christensen, docteur ès lettres de l’Université de Copenhague (Heidelberg : C. Winter, 1905.)

1949 – Arthur John Arberry

The Ruba’iyat of Omar Khayyam, édité d’après un manuscrit nouvellement découvert, daté de 658 (1259-60 de l’ère chrétienne), avec des versions anglaises comparées de Edward Fitzgerald, de Edward Henry Whinfield et de l’éditeur. Londres, Emery Walker, 1949. In-8°.

1967 – Omar Ali Shah (1922-2005)  et Robert Graves

Intéressante pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153. L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise. 

Cependant, il existe quelques doutes sur l’authenticité du manuscrit utilisé, comme le rappel Wikipedia :

The authors claimed it was based on a twelfth-century manuscript located in Afghanistan, where it was allegedly utilized as a Sufi teaching document. But the manuscript was never produced, and British experts in Persian literature were easily able to prove that the translation was in fact based on Edward Heron Allen’s analysis of possible sources for FitzGerald’s work.

A été traduite en français en 2005.

1979 – Peter Avery and John Heath-Stubbs

1988 – Karim Emami

Les manuscrits des robâiyât d’Omar Khayyâm

En décembre 2010, je vous proposais une chronique sur les traductions françaises des robâiyât d’Omar Khayyâm en vous promettant d’aborder prochainement la question des manuscrits. Ce projet est resté à l’état de brouillon que je vous communique ci-dessous en attendant de le compléter.

Les manuscrits

Manuscrits conservés à la bibliothèque nationale, indiqués par Charles Grolleau dans la bibliographie qui accompagne sa traduction. Certains sont disponibles sur Gallica :

Supplément Persan 745. Diwan de Emad, daté de l’an 786 de l’Hégire (1384). Sur le côté blanc de la feuille 64, un des possesseurs de ce manuscrit a écrit 6 rubaiyat d’Omar. Sur les feuilles contenant le colophon se trouve une variante du quatrain 112 du manuscrit de la Bodléienne.

Ancien fonds 349, ff. 181-210, 213 rubaiyat, daté de l’an 920 de l’Hégire (1514).

Supplément Persan 823, ff. 92-113, 349 rubaiyat: A. H. 934(1527).

Supplément Persan 826, ff. 391-394, 75 rubaiyat: A. H. 937 (153o).

Supplément Persan 793, f. 104, 6 rubaiyat d’une écriture du xi » siècle de l’Hégire.

Supplément Persan 833 (Ms de l’Atash Kadah), 31 rubaiyat: A. H. 1217 (1802).

Manuscrit du XVIIIe siècle conservé parmi les manuscrit orientaux de la bibliothèque universitaire d’Uppsala.

Manuscrit écrit à Schiraz en 1460/1461 (866 de l’Hégire), conservé à la Bodleian Library d’Oxford. Garcin de Tassy l’a utilisé  pour sa «  »Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm » parue en juin 1857 dans le Journal asiatique. Les 158 quatrains ont été traduits, en anglais par Fitzgerald (1859), en français par Charles Grolleau (1909) ou Jules de Marthold (1910). Une centaine de ces quatrains sont incertains. Ce manuscrit, qui porte la cote MS Ouseley 140, est accessible en ligne sur le site de la Bodleian Library.

Manuscrit d’Istanbul, 375 quatrains.

Manuscrit de 464 quatrains traduits en français par J.-B. Nicolas (1861).

Manuscrit de Calcutta, 516 quatrains.

Manuscrit de Lucknow, 845 quatrains.

Manuscrit de 1259 du scribe Mohammed al Qâwim de Nichapour, acheté en 1949 par le bibliophile anglais Chester Beatty, et contenant 172 quatrains traduits en français par Vincent Monteil (1983).

Manuscrit de 1207 dit de « Cambridge », acheté en 1950 à Téhéran. Anthologie de 252 quatrains qui ont été traduits par le professeur Arthur J. Arberry (en 1952, il a expertisé le manuscrit « Chester-Beatty »).

Manuscrit de 1206, conservé aux Etats-Unis et contenant 247 quatrains.

Manuscrit de 1153 découvert  « dans une immense bibliothèque familiale », 111 quatrains traduits en anglais par Omar Ali-Shah.

Au sujet des manuscrits

Barthélemy Csillik. Les Manuscrits mineurs des Rubâʼiyât de Omar Khayyâm dans la Bibliothèque nationale. Société anonyme Szeged Városi nyomda és Könyvkiadó, 1933. (Travaux de la Bibliothèque Universitaire de Szeged. N° 2)

Dernière mise à jour : 21 août 2020.

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L’article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques…

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2. Voir notamment cette courte bibliographie des traductions françaises de Khayyam.

L’article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d’un quatrain d’Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011.

Une chronique de Yoto Yotov sur le site Notes du Montroyal.

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n’ai pu y accéder qu’en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chronique. Je m’en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

L’objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m’étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d’interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européennes, l’anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s’agit donc plus d’une bibliographie commentée que d’une étude.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l’ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Xayyām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu’en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s’écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel… Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s’écrit ainsi : رباعيات

Continuer la lecture de Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français