Archives par mot-clé : Littérature

Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Au-delà du déni des climatosceptiques et des émotions dont elle est la cause (éco-anxiété et solastalgie), la crise écologique suscite une grande diversité de réactions dans la pensée, l’action politiques et sociétale et la création culturelle. C’est ce que je voudrais synthétiser dans cette webographie renvoyant à mes chroniques antérieures liées à ce thème.

Continuer la lecture de Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Littérature et écologie

Escoute, Bûcheron, arreste un peu le bras :
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoûte à force,
Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce ?

Eh quoi ! tout est sensible !
Pythagore.

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Une sensibilité « écologique » en littérature existe longue date. Sans remonter à Ronsard, Jean-Jacques Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, le romantisme, les « Vers dorés » de Nerval ou Du progrès dans ses rapports avec le petit bourgeois et avec les maîtres d’école de Rodolphe Töpffer sont là pour en témoigner.

Continuer la lecture de Littérature et écologie

George Sand et le choléra

À peine établie à Paris avec Solange, George Sand tomba de nouveau malade, et cette fois elle inspira plus de craintes encore à ses amis qui prirent la maladie pour un des premiers cas du choléra qui venait d’éclater à Paris. Elle écrit à sa mère : « Mes amis et mes portiers épouvantés ont décidé que j’avais le choléra ; le médecin a eu beau les assurer du contraire. Ils le croient et le croiront toujours. Deux de mes plus dévoués sont couchés dans mon salon, l’un par terre, l’autre je ne sais où. Je m’éveille et m’étonne beaucoup du grand aria que je vois autour de moi, car je vous assure que j’étais bien moins malade qu’ils ne me font. J’ai eu quelques symptômes du choléra, mais si légers, qu’une tasse de thé et des couvertures les ont dissipés et que j’ai dormi comme un sonneur jusqu’à midi[4]. » Il est à croire que ce choléra n’était pas bien effrayant et qu’en général George Sand avait des notions fort peu exactes sur cette maladie, car, lorsqu’elle écrivit un an plus tard, Lélia, dans une scène des plus importantes du roman, elle représenta son héroïne parlant philosophie avec ses amis au milieu d’une attaque trèsintense de choléra, et terrassant le pusillanime moine Magnus par la force de son esprit et de sa libre pensée. George Sand est sans doute l’unique romancière qui ait condamné son héroïne à souffrir de cette maladie si peu poétique ; il est fort probable qu’elle même ne l’a jamais eue et que c’est à tort que ses amis ont eu peur pour elle. Si nous nous sommes permis de citer ici ce passage peut-être peu intéressant de la lettre de George Sand à sa mère, c’est parce que nous avons voulu par là excuser quelque peu cette scène de Lélia absolument invraisemblable.

Wladimir Karénine, George Sand, sa vie et ses œuvres

Drôles de bibs (8) Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Vous trouverez ci-dessous un message de Clément Noual sur la liste Bibliopat. L’initiative me semble intéressante, car Drôles de bibliothèques (1994) et Ecrire la bibliothèque aujourd’hui, (2007) , bien qu’excellents, commencent à dater un peu. Au temps de Wikipédia et des réseaux, il est bon de les compléter en faisant appel à un grand nombre d’informateurs.

Continuer la lecture de Drôles de bibs (8) Une collecte d’informations sur les références aux bibliothèques et aux bibliothécaires dans les œuvres de fiction

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com

Littérateurs évoqués dans Le Cyrano d’Edmond Rostand

En fait, au départ, j’avais eu l’intention de vous faire découvrir quelques écrivains évoqués dans le Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, un peu comme j’avais fait pour les ouvrages et auteurs rencontrés dans la bibliothèque de Léon Morin. Cette pièce est une de mes préférées et je l’ai relue dernièrement à l’occasion d’Edmond, le très sympathique film d’Alexis Michalik a tiré de sa pièce.

Continuer la lecture de Littérateurs évoqués dans Le Cyrano d’Edmond Rostand

Autour des Versets Sataniques

Trente ans après sa parution, je l’avoue, je n’ai toujours pas lu Les Versets Sataniques. Que voulez-vous, il y a tant à lire, alors pourquoi faudrait-il lire pour de mauvaises raisons, des raisons extra-littéraires sans lien avec les qualités supposées de l’ouvrage. Une poignée d’ayatollahs s’excitent sur quelques passages hors contexte, une fatwa est prononcée, et il nous faudrait d’office considérer le roman incriminé comme un chef-d’œuvre indépassable. Qu’il faille défendre son auteur contre l’arbitraire et le fanatisme surtout lorsque sa vie en danger, c’est certain, mais pour le reste, je n’entends pas faire de mes lectures un étendard ou un certificat de bien-pensance. Continuer la lecture de Autour des Versets Sataniques

Drôles de bibs (6) Biblia et l’imaginaire de la bibliothèque

Quand j’ai fait ma chronique sur Drôle de bibliothèques, chroniques que j’avais prolongé par d’autres sous l’appellation Drôles de bibs, j’ignorais que la Société Française de Littérature Générale et Comparée avait organisé, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, une Université d’été du 4 au 7 juillet 2005 Destinée à une trentaine de doctorants comparatistes issus de la Communauté européenne, celle-ci avait pour principal objectif de familiariser de jeunes chercheurs avec la littérature comparée française, à partir d’un thème favorisant la découverte d’un pan de notre patrimoine culturel, en l’occurrence « l’imaginaire de la bibliothèque ».

Les communications de ces rencontres Biblia sont disponibles en ligne sous le titre L’Europe en bibliothèque(s). Savoir mort et connaissance vivante parmi d’autres actes de colloque de la SFLGC.