Archives par mot-clé : Livres

Essai sur l’indifférence en matière politique par Armand Granel

En ces temps où, paraît-il, l’indifférence en matière politique grandit avec l’abstention1, il peut être intéressant de voir ce qu’il pouvait être dit sur cette question voici 150 ans. En examinant une liste d’ouvrages du XIXe siècle proposés en don par la Bibliothèque municipale de Toulouse, j’y ai trouvé le titre suivant, dont il existe une version numérisée su Gallica : Essai sur l’indifférence en matière politique d’un certain Armand Granel, avocat. Je ne sais pas ce que ça vaut, mais je le signale, à tout hasard…

  1. Encore faudrait-il être sûr que cette dernière est toujours l’indice d’une indifférence et non d’une grande exigence que le système politique actuel ne peut satisfaire…

Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance

Je vous transmets ci-dessous un message de Régis Robineau, coordinateur de l’équipe Portail Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance. Encore une belle ressource à explorer !

Bonjour,

Biblissima, l’observatoire du patrimoine écrit du Moyen Âge et de la Renaissance, a lancé il y a quelques mois un prototype de moteur de recherche de manuscrits et imprimés antérieurs à 1800 dans les bibliothèques numériques conformes aux standards IIIF [1] : https://iiif.biblissima.fr/collections [2]

La version en cours de ce moteur « IIIF-Collections » agrège les métadonnées des manuscrits et imprimés anciens issus de 10 bibliothèques numériques : Gallica-BnF, Digital.Bodleian (Bodleian Libraries, Oxford), BVMM (IRHT), e-codices, British Library (BL-BnF Polonsky project), Europeana Regia, Parker Library On the Web, Bibliothèque Mazarine, Ghent University, Cambridge University, Durham University and Cathedral Library.

Ce prototype a rencontré un écho favorable et de nombreuses sollicitations en provenance de France et de l’étranger nous sont parvenues. D’autres jeux de données seront intégrés au fur et à mesure au cours des prochains mois.

L’approche générale de cette expérimentation est non seulement de collecter et d’indexer les métadonnées telles que présentes à la source, mais aussi de réconcilier, « clusteriser » et normaliser certains éléments de métadonnées afin de proposer une recherche et des facettes qui soient utiles et efficaces. Ce traitement de données présente l’avantage de s’appuyer sur les référentiels d’autorités constitués pour le portail Biblissima (https://biblissima.fr), qui sont bien sûr au cœur de l’interopérabilité des données.

Toutes les entités « réconciliées » viennent ensuite enrichir ces mêmes référentiels, aujourd’hui publiés sur une plateforme dédiée et accessible à l’adresse https://data.biblissima.fr :

– Personnes physiques (~27 000 entités): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q2785
– Noms géographiques (~5500 entités): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q27525
– Organisations (en cours): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q32811
– Cotes de manuscrits et imprimés anciens (en cours): ex. https://data.biblissima.fr/entity/Q50036
– Oeuvres textuelles (fin 2019)
– Descripteurs iconographiques (fin 2019)

Au final, tout ce travail de réconciliation, de désambiguïsation et d’alignement des données vers des référentiels du Linked Open Data est ainsi exposé et librement réutilisable selon les principes du Web de données [3] par les bibliothèques d’origine ou des projets de recherche.

Nous sommes ouverts à toute collaboration dans ce projet, que ce soit pour le référencement de nouvelles bibliothèques numériques dans le moteur IIIF-Collections ou pour l’alimentation et l’exploitation des référentiels d’autorités.

Pour l’équipe Biblissima,
Régis Robineau

[1] Voir https://iiif.biblissima.fr
[2] Présentation du prototype IIIF-Collections lors de la dernière conférence internationale IIIF à Göttingen en juin : Digital Manuscripts Without Borders: A Discovery Platform of Manuscripts and Rare Books. https://projet.biblissima.fr/en/digital-manuscripts-without-borders-a-discovery-platform-manuscripts-and-rare-books
[3] Plus d’informations sur l’API et les données RDF accessibles sur data.biblissima.fr : https://data.biblissima.fr/w/Accueil#Acc.C3.A8s_aux_donn.C3.A9es. La mise en place d’un point d’accès SPARQL est également prévu dans quelques mois.


Régis Robineau
Coordinateur de l’équipe Portail Biblissima
regis.robineau@biblissima-condorcet.fr

+33 (0)1 55 93 93 88
Campus Condorcet
20 avenue George Sand
93210 La Plaine Saint-Denis
biblissima.fr@biblissima

Quelques ouvrages en usage pour étudier les langues anciennes… à la fin des années 1970

C’était à partir de la 5e pour le latin, de la 4e pour le grec qu’à la fin des années 1970, je commençais à m’initier aux langues anciennes.  Pour cela, nous disposions, mes petits camarades et moi, d’ouvrages plus ou moins récents. Quels étaient-ils ? Est-il possible de les trouver en ligne ? Telles sont les deux questions auxquelles je voudrais répondre ici. Continuer la lecture de Quelques ouvrages en usage pour étudier les langues anciennes… à la fin des années 1970

La bibliothèque de Léon Morin

En relisant dernièrement Léon Morin, prêtre, l’excellent roman largement autobiographique de Béatrix Beck (Prix Goncourt 1952) dont Jean-Pierre Melville a tiré en 1961 un beau film avec le jeune Bebel et Emmanuelle Riva, …

… je me suis arrêté sur les passages où il était question de livres. Pas seulement le Livre, la Bible que le prêtre cite pour expliquer à Barny le fameux « Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné » de Jésus sur la croix…

… mais aussi les ouvrages qu’il lui prête, ceux dont il lui parle et surtout ceux figurant dans sa bibliothèque. Continuer la lecture de La bibliothèque de Léon Morin

Les Trésors du patrimoine écrit

L’Institut national du patrimoine et la Bibliothèque nationale de France organisent chaque année depuis janvier 2008, un cycle de conférences consacrées aux trésors du département des Manuscrits. Les Archives nationales les ont rejoints dès 2009 , puis  les Archives diplomatiques et le Service historique de la Défense (SHD) pour dévoiler des documents originaux conservés dans leurs collections.

J’ai trouvé sur le compte Youtube de l’INP une série de vidéos sur ces manuscrits et documents  et je vous invite à les découvrir ci-dessous :

Bibliophilie, histoire du livre et curiosités littéraires : une webographie provisoire

Sites

Chroniques sur les livres anciens

Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quand j’étais enfant, je m’étais familiarisé avec la mythologie grecque dans un livre de Mario Meunier intitulé La Légende dorée des Dieux et des Héros. Plus tard, je découvrais l’ouvrage plus ardu de Robert Graves sur Les mythes grecques.

Aurais-je vécu à la fin du XVIIIe ou dans la première moitié du XIXe siècle, ç’aurait sans doute été grâce aux Lettres à Émilie sur la mythologie que j’aurais abordé ce domaine. Continuer la lecture de Lettres à Émilie sur la mythologie et quelques autres ouvrages sur le même sujet

Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

L’exemplaire de L’amitié Scythe dont je vous ai parlé voici plus de trois ans est relié avec un ouvrage de la même époque, paru à Paris chez Sébastien Jorry en 1766 : Euménie et Gondamir, histoire française du tems où commença la monarchie. Son ton est emphatique comme pour le livre sus-nommé. Il met en scène les amours contrariées de deux jeunes gens, l’une Gauloise et l’autre François, entendez par là Franc, car nous sommes au temps de Childéric, le père de Clovis. Un méchant préfet romain ourdit un soulèvement contre ce bon roi et les deux amoureux se retrouvent dans la tourmente, mais voici que… le livre a fini par me tomber des mains et je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire ! Continuer la lecture de Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

Fin du livre et bibliothèques de l’avenir selon Octave Uzanne

Dans Les Contes pour les bibliophiles qu’Octave Uzanne et Albert Robida ont publiés en 1895 figure un texte intitulé « La fin du livre« , publié initialement en anglais dans le n° 2 du Scribner’s Magazine du mois d’août 1894. Le narrateur s’y inquiète de l’avenir du livre face aux nouvelles technologies d’alors, à savoir le kinétoscope et le phonographe.  André Lange en donne une bonne présentation sur son site consacré à l’histoire de la télévision.

Si vous souhaitez le lire, vous trouverez sur Wikisource et le Projet Gutenberg, à moins que vous ne préfériez  un vrai livre sur papier. Dans ce cas, je vous renvoie à la réédition parue 2008 aux éditions Manucius dont je vous ai déjà parlé au sujet du Musée de la conversation.

Octave Uzanne est revenu sur le sujet dans un article paru dans la Revue Franco-Allemande, au mois de février de l’année 1901 : « Les bibliothèques de l’avenir. » Voir aussi ici et .