Archives par mot-clé : Livres imaginaires

Livres imaginaires chez… le baron Corvo

Hadrien S’enferma alors pour Se reposer, fumant et lisant les Comptes rendus de Livres non écrits, dans quelques vieux numéros de la Monthly Review. L’un d’eux Le fit réfléchir. Il s’intitulait ; Rappport de Thucydide sur le Discours de Périclès à l’occasion du couronnement du roi Édouard VII.

Baron Corvo, Hadrien VII, chap. XV. Continuer la lecture de Livres imaginaires chez… le baron Corvo

Catalogues d’ouvrages imaginaires

Connaissez-vous l’ouvrage de Maximilien Twagiramutara. Soixante millions de mythos, publié en 2007 par la Librairie Bruaene, à Bruxelles ? Non ? C’est que vous n’avez-pas lu comme je l’ai fait dernièrement Mot pour mot : kel ortograf pr 2m1 ? paru la même année sous la plume de Vincent Cespedes. Vous sauriez alors que Max – appelons le ainsi, comme le fait son amie Noémie – est un correcteur fort intéressé par la question de l’orthographe française sur laquelle je reviendrai sans doute prochainement, et surtout que ce Tutsi fondateur de l’IFA (Institut des Francophonies alternatives)… est tout aussi dénué d’existence que son livre qui appartient à la grande famille des ouvrages imaginaires comme le Le Necronomicon d’Abdul al-Hazred (Lovecraft). The Approach to Al-Mu’ tasim de Mir Bahadur Ali (Jorge Luis Borges), L’Ombre du Vent de Julián Carax (Carlos Ruiz Zafón) ou Le Voyage d’hiver d’Hugo Vernier (Geoges Perec).

Mais à propos, existe-t-il des catalogues les répertoriant ? La réponse est oui, dont au moins trois relativement récents, sans parler de la List of fictional books de Wikipedia, et quelques exemples plus anciens.

Dernière mise à jour : 23 octobre 2017.

Mille et un livres imaginaires et La Fictiothèque

Jacques Geoffroy.

Mille et un livres imaginaires. Frasne (Jura) : Cavenas, 1997.

La Fictiothèque. Edilivre, 2017. Présentation de l’ouvrage.

Visiter le blog de l’auteur (même s’il semble un peu à l’abandon) ainsi que sa fictiothèque.

Extrait du site :

[Mille et un livres imaginaires] présentait une quarantaine d’extraits ou de description de livres imaginaires : Eléments de Pataphysique du Docteur Faustroll (Jarry), Autour d’une fosse vide de Calixto Bandera (Cavino), L’An 2013 de Moravagine (Cendrars)… Un index de plus de mille titres, depuis A coat of many colours de Nahum Cordovero jusqu’à Zéliskar de Dorinval, inventorie quelques-unes de ces oeuvres imaginaires de la littérature française et étrangère.

La bibliothèque invisible

bibliotheque-invisibleStéphane Mahieu. La bibliothèque invisible : catalogue des livres imaginaires. Paris : Ed. du Sandre, 2014.

Sur l’auteur ;

C’est à un ‘pataphysicien émérite né en 1957, que revenait la responsabilité de leur donner collectivement un peu de corps. Auteur de plusieurs ouvrages sur les confins de la pensée et de l’expression, il a traité auparavant du Phalanstère des langages excentriques (2005), du spiritisme dans son Petit manuel de littérature d’outre-tombe (2008) ou encore d’un corpus politique croquignolet composé par les écrits des dictateurs, Le Guide suprême (2009). (Extrait de L’Alamblog)

Ce qu’en dit Fabula.

Présentation de l’éditeur :

La Bibliothèque invisible traite des livres qui n’existent pas, mais dont on trouve le titre, le nom d’auteur et la description dans des romans, des pièces de théâtre, des pamphlets, voire des bandes dessinées. On ne peut les emprunter en bibliothèque ou les acheter en librairie. Ils ne s’ouvrent qu’à l’intérieur d’autres livres. Ils peuvent apparaître au détour d’un roman, comme dans La Vie mode d’emploi de Perec, relever d’un but satirique comme le catalogue de la bibliothèque de Saint-Victor que donne Rabelais dans Pantagruel ou participer du canular comme la fausse vente aux enchères de la bibliothèque du comte Fortsas.
Plus de 1 500 livres imaginaires sont cités dans La Bibliothèque invisible et trois cents d’entre eux font l’objet d’une notice détaillée. Le lecteur découvrira ainsi les ouvrages rédigés par Sherlock Holmes ou son rival le professeur Moriarty, l’histoire du Necronomicon et des livres maudits créés par H.P. Lovecraft, l’œuvre volumineuse de De Selby telle qu’imaginée par l’écrivain irlandais Flann O’Brien, les écrits des personnages de Balzac, de Nabokov ou d’Umberto Eco.
Certains fonds importants se sont dégagés au fur et à mesure des lectures, comme les fonds Borges, Vila-Matas ou Roussel. Les plus célèbres auteurs n’ont pas négligé ce jeu comme Shakespeare, Poe ou Hugo.Turgot et Dickens ornèrent leur cabinet de travail de faux livres aux titres réjouissants.
Un texte de présentation étudie les modalités d’apparition du livre imaginaire, en donne une typologie et examine quelques ouvrages qui ont fini un jour par être réalisés et sont passés de ce côté-ci du miroir.
Savants fous, philosophes oubliés, auteurs de pièces injouables ont leur place dans la bibliothèque invisible qui double les bibliothèques réelles et les révèle. Il n’est jamais assez de livres, telle pourrait être la leçon donnée par les écrivains qui ont rêvé ces ouvrages introuvables.

La bibliothèque du comte Fortsas

Parmi les bibliothèques de livres imaginaires citées ci-dessus, voir notamment le soi-disant catalogue de la bibliothèque du comte Fortsas paru initialement en 1840 et réédité voici quelques années par les éditions des Cendres. Son histoire canularesque est résumée sur le blog du Bibliophile ainsi que dans un ouvrage d’Emmanuel Hoyois paru en 1867, Documents et particularités historiques sur le Catalogue du comte de Fortsas,

La bibliothèque de Saint-Victor

Rabelais donne dans le chapitre 7 de Pantagruel le catalogue des livres de la bibliothèque de Saint-Victor à Paris, lesquels livres sont imaginaires et ont fait l’objet de maints commentaires. Selon Voltaire, on ne s’est jamais tant moqué de tous nos livres de théologie que dans le catalogue des livres que trouva Pantagruel dans la bibliothèque de Saint-Victor. Au XIXe siècle Paul Lacroix (le bibliophile Jacob) et Gustave Brunet s’y sont intéressés (cf. Catalogue de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Victor au seizième siècle, rédigé par F. Rabelais [in Pantagruel] commentée par le bibliophile Jacob, et suivi d’un Essai sur les bibliothèques imaginaires, par G. Brunet, J. Techener, 1862). Cette bibliothèque de Saint-Victor est pourtant bien réelle comme le rappelle Dominique Poirel (cf. « Une bibliothèque médiévale : la librairie « fort magnificque » de Saint-Victor », Littératures classiques, 2008, n° 66, p. 27-38) :
Proverbiale par sa richesse et ridicule par son contenu, la bibliothèque ici dépeinte offre aux yeux de Rabelais et de ses lecteurs le type achevé, c’est-à-dire foisonnant et démodé, de la bibliothèque médiévale.
Voir aussi Ivre de livres.

 Paul Masson et le catalogue de la BNF

Raymond-Josué Seckel. « Un blagueur à la Bibliothèque : Paul Masson (1849-1896), alias Lemice-Terrieux », La Revue de la BNF, 2OO9, n° 31, p. 12-20.

Library of Babel