Archives par mot-clé : Livres

Un peu de pomologie

Ce dimanche 9 octobre avait lieu la 30e exposition de  fruits annuelle des Croqueurs de pommes de Touraine. Il s’agit d’une des 64 associations regroupées au sein des Croqueurs de pommes fondés en 1978 par Jean-Louis Choisel pour sauvegarder les variétés fruitières régionales en voie de disparition. Ceci m’incite à vous proposer quelques références bibliographiques sur la pomologie, cette science non seulement des pommes, mais de tous les fruits cultivés. Continuer la lecture de Un peu de pomologie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques souvenirs de vacances au Portugal sous le signe du livre

Cet été, avec mon amie et comme des milliers de Français cette année, nous sommes allés au Portugal. Voici quelques souvenirs de vacances, tous liés aux livres, aux bibliothèques et aux librairies. Les autres, je les distillerai petit à petit… Continuer la lecture de Quelques souvenirs de vacances au Portugal sous le signe du livre

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un abécédaire de livres

Alors que je préparais ma chroniques sur les abécédaires, mon amie Marie-Françoise m’a suggéré de composer un abécédaire avec des livres dont le titre ne ferait qu’une seule lettre. Si l’idée est moins originale que nous pouvions l’espérer, la liste oulipienne ci-dessous peut être considérée comme le programme polyglotte de lectures futures ou le catalogue d’une collection bibliophilique virtuelle. En cliquant sur les images des couvertures, vous pourrez lire soit un extrait, soit une présentation de l’ouvrage en des langues variées… Continuer la lecture de Un abécédaire de livres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Institution du Prince de Guillaume Budé

Aujoud’hui a lieu au CESR de Tours une conférence de Christine Bénévent sur les premières éditions perdues de L’Institution du Prince de Guillaume Budé. Des reproductions des éditions de 1547 sont disponibles sur Gallica   et Google livres (ex 1 | ex 2 | ex 3).

Voir aussi Continuer la lecture de L’Institution du Prince de Guillaume Budé

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Albums de l’internat et salles de garde

Bal de 1913
Photographie : Medic@

Ayant eu aujourd’hui à cataloguer l’Album de l’internat des hôpitaux de Paris 1934-1935 comportant une reproduction de la composition du maître Charles Tochet pour le Bal de l’internat 1913 (voir ci-dessus) Continuer la lecture de Albums de l’internat et salles de garde

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Tranches de livres peintes

Un ami a attiré mon attention sur les tranches peintes de livres anciens (en anglais : fore-edge paintings) en m’envoyant un lien les concernant sur La boîte verte. Cela a évidemment suscité ma curiosité et m’amène à vous présenter cette mini-chronique.

Brève présentation historique

De quoi s’agit-il ? De scènes peintes sur la tranche d’un livre,

soit directement sur le livre fermé, de sorte qu’elles sont visibles directement sur la gouttière,

soit, selon l’acceptation la plus répandue du terme, réalisées lorsque le livre est ouvert, la peinture étant appliquée sur l’extrême bord de la surface des pages et l’œuvre n’étant alors visible que si l’on décale les pages de sorte que la gouttière soit oblique : ces peintures sont invisibles quand le livre est fermé.

Les tranches peintes sont anciennes, remontant peut-être au Xe siècle : elles étaient composées de dessins symboliques ou de motifs héraldiques en or et en couleurs comme ceux réalisés par Thomas Berthelet pour le roi Henry VIII. Puis viennent des portraits avec au XVIe siècle l’artiste vénitien, Cesare Vecellio.

La technique permettant de rendre ces peintures invisibles quand le livre est fermé apparaît entre 1649 et 1653 en Angleterre avec Samuel Mearne, un relieur à la famille royale, et les relieurs Stephen et Thomas Lewis. L’art de la peinture de paysages est lancé par William Edwards Halifax autour de 1750. Il utilise d’abord un monochrome (noir ou gris) et plus tard, une gamme complète de couleurs.

Bien que l’art des tranches peintes soit déjà ancien, la majorité ont été réalisées à la fin du XIXe et au XXe siècles, principalement sur ​​les livres datant du début du XIXe siècle.

Pour aller plus loin

Des articles

« Tranches peintes » de Wikipédia, et surtout ses versions en anglais et en allemand

« Fore-edge painting » du Bookbinding and the Conservation of books. A Dictionary of Descriptive Terminology sur le site Cool.conservation

« Fore-edge-painting » du Lexikon der optischen Medien, mit über 200 Fachbegriffen, von A bis Z du site Werner Nekes

« Les tranches peintes ou fore-edge paintings » et « Un monument de la bibliophilie : les Pillone » (ce dernier à propos de Cesare Vecellio) sur le Blog du bibliophile,

Dans le chapitre 6 du Nouveau manuel du relieur par Sébastien Le Normand (1900), voir la partie « Dorure sur tranche » : ce manuel est disponible sur le site Le moulin du verger.

Une conférence filmée du libraire de livres anciens Philip Pirages dont je vous recommande les vidéos disponibles sur Youtube

On the Edge. The Hidden Art of Fore-Edge Book Painting, site spécialisé de la Boston Public Library, dont vous pourrez également voir 8 ouvrages parmi les vidéos accessibles sur Youtube.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lecture : invention d’une nouvelle technologie de pointe

J’ai trouvé sur le blog Le Bibliofil un article signalant cette vidéo (voir aussi sa version sous-titrée) sur une nouvelle invention en matière de lecture préparée par une équipe de chercheurs espagnols. La technologie utilisée est séduisante et pourrait bien convaincre de nombreux lecteurs.

Cependant cela ne va pas sans quelques difficultés pour les novices, comme l’atteste le document ci-dessous conçu comme un manuel d’utilisation à l’usage du marché danois et allemand.

Certains avantages de cette technologie novatrice par rapport à celles qui l’ont précédé sont développés ci-dessous.

Cette invention se décline en plusieurs tailles permettant même de la glisser dans une poche.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie

à celles réalisées par

Jisseo (voir aussi ici),

Bible Art Painting

Utpictura18

Wikipedia

au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités

aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d »Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts