Archives par mot-clé : Mort

Tombeau d’Axel Kahn

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
— Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton ame arrive,
À force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

Alfred de Vigny, « La mort du Loup », III

Le dernier message d’Axel Kahn
Son blog
Bibliographie de ses ouvrages

Napoléon (14) Mort et funérailles de Napoléon vues par le Capitaine Marryat

Pompe funèbre de Bonaparte (1827). Agrandir l’image sur le site de Gallica.

Frederick Marryat (1792-1848) est un capitaine de navire qui a écrit de nombreux romans qui ont eu un certain succès en leur temps. Traduits en français dès 1837, certains sont accessibles en ligne.

Du temps où il naviguait, il se trouva à Sainte-Hélène au moment du décès de l’exilé impérial dont il dessina la dépouille mortuaire et les funérailles. Ses dessins furent reproduits dans des gravures visibles sur Gallica.

The Funeral Procession of Bonaparte (1821). Agrandir l’image sur le site de Gallica.

Voir aussi Napoléon sur son lit de mort, un croquis de Guy Rotton, capitaine au 20ème régiment d’infanterie.

Deux exemples bien différents de danses macabres

Pour compléter une chronique sur les danses macabres datant de juin 2010, je voudrais vous signaler dans des styles très différents :

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Danses macabres ou danses des morts

Dans les siècles de foi, surtout dans les derniers,
La grand’danse macabre était fréquemment peinte
Au vélin des missels comme aux murs des charniers.

Anatole France., La danse des morts

Il ne s’agit pas ici d’une étude de plus sur le thème de la danse macabre, mais d’une tentative personnelle d’inventaire des ressources existantes. C’est dire que des mises à jour seront nécessaires…

(Dernière mise à jour : 25 mai 2021)

Plan

I.Pour une première approche du thème

II. Danses macabres et livres anciens : du manuscrit aux éditions critiques

II. A. Du manuscrit aux premiers impimés

II. B. La grande danse macabre des hommes et des femmes

II. C. La danse des morts de Holbein le Jeune

III. Etudes générales

Ajout du 30 juin 2010

Ajout du 25 mai 2021

Voir aussi les deux chroniques suivantes :

Continuer la lecture de Danses macabres ou danses des morts