Archives par mot-clé : Paganisme

Métissages culturels (3) Une réflexion sur le passage progressif et inachevé du paganisme au christianisme

Le symbolisme constituait toute la religion des anciens, sous forme d’images idéalisant les qualités d’un personnage ou les phénomènes naturels. C’était tout ce qu’y voyait la foule, tandis que les esprits éclairés n’y cherchaient qu’une expression métaphorique des forces de. la nature, sentiment panthéiste qui appar tient en propre à la race aryenne. Aussi chez eux la transition entre le paganisme et le christianisme fut-elle bien plus difficile et moins complète que chez les sémites, dont les instincts monothéistes acceptaient la simplicité synthétique de la nouvelle doctrine.

L’Église, aux premiers siècles, dut prendre bien des ménagements pour ne pas heurter de front les préjugés et les vieilles croyances, ne pas détrôner trop précipitamment Jupiter, ni briser trop brutalement les roseaux de Pan. Il lui fallut demander l’assistance des divinités déchues pour rallier la foule au dogmede l’unité.

C’est de cette nécessité impérieuse qu’est née cette quantité prodigieuse de symboles qui dénaturent quelque peu le culte orthodoxe. La cérémonie sacrée du feu, pratiquée jadis dans toute la Grèce, s’est conservée jusqu’à nos jours, si ce n’est sous forme d’hommage direct, du moins comme symbole, et à Jérusalem, dans la chapelle du Saint-Sépulcre, j’ai vu un pappas inspiré distribuant le feu sacré à des milliers de pèlerins munis de cierges, et qui se renversaient, se battaient, s’injuriaient pour approcher du petit orifice derrière lequel le prêtre, vestale d’un nouveau genre, était posté, spectacle fort peu édifiant et qui reportait l’imagination aux scènes les plus bruyantes du paganisme populaire. J’ai vu, à Naples, les femmes injurier la statue de saint François parce qu’il n’avait pas empêché un tremblement de terre; j’ai vu, dans l’Amérique du Sud, des paysans, fervents catholiques, attacher une statuette de saint Jacques au bout d’une ficelle et lui faire faire trois ou quatre plongeons dans un puits, parce qu’il ne les avait pas préservés d’une maladie. Ne se dirait-on pas à l’époque où les jeunes chasseurs d’Arcadie fouettaient la statue de Pan en haut du mont Lycée ? Quelle étude curieuse et un peu humiliante à faire que celle de l’esprit humain dans les manifestations de ses sentiments religieux, à toutes les époques et dans tous les pays!

Henri Belle (1837-1908). “Voyage en Grèce”, Le Tour du monde : nouveau journal des voyages, 1er semestre 1879, p. 318

Autres métissages culturels

L’Anthologie grecque

Une lecture régulière du recueil de traductions de Marguerite Yourcenar, La Couronne et la Lyre, et de l’Anthologie de poésie grecque de Robert Brasillach m’a amené à m’intéresser à l’Anthologie grecque. Vous trouverez ci-dessous le résultat provisoire de mes investigations…

Continuer la lecture de L’Anthologie grecque

Réaction païenne et fin du paganisme

Si ce sont des moines, pourquoi y en at-il tant ? et s’il y en a tant, comment sont-ils des solitaires ? O multitude de solitaires qui fait de la solitude un mensonge !

Palladas, Anth. Pal., 384, trad. Fr. Jacob

Voici quelques années, j’avais lu avec un grand intérêt Chronique des derniers païens de l’helleniste Pierre Chuvin. Parmi les ouvrages cités dans sa bibliographie, je signalerai les deux suivants ;

Continuer la lecture de Réaction païenne et fin du paganisme

Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Un fait remarquable des origines chrétiennes est le peu d’intérêt que suscita dans la société païenne la propagation de la nouvelle religion jusqu’au milieu du second siècle. […]

Louis Rougier

Qui s’intéresse, comme Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, aux origines du christianisme est nécessairement confronté aux témoignages des païens et notamment aux pamphlets et écrits polémiques visant la religion nouvelle. Certains ont disparus, comme celui du précepteur de Marc-Aurèle, L. Cornelius Fronton. D’autres au contraire ont été préservés de la destruction comme le traité Contre les Galiléens de l’empereur Julien. Beaucoup ne subsistent que sous forment de fragments tel celui de Porphyre.

L’exemple le plus remarquable de cette polémique anti-chrétienne est Discours véritable (Λόγος Ἀληθής) écrit vers 178 par le philosophe Celse ce qui en fait l’auteur le plus ancien pour lequel nous bénéficions d’écrits constituant une polémique argumentée contre la nouvelle sensibilité religieuse. Le texte a été partiellement préservé par celui-là même qui en était le plus farouche adversaire : Origène, auteur d’un Contre Celse écrit vers 248. Continuer la lecture de Discours véritable contre les chrétiens de Celse