Archives par mot-clé : Pantomime

Nadar, Deburau et Pierrot assassin

(Dernière mise à jour : 27 février 2014)

J’ai pu voir à l’exposition Nadar, la norme et le caprice une photographie représentant Sarah Bernhardt en Pierrot dans la pantomime Pierrot assassin.

 

Pierrot assassin et le crime de Baptiste

Si j’en crois le catalogue de la BNF, ce Pierrot assassin est, non pas une pantomime de Paul Margueritte inititulée Pierrot assassin de sa femme et parue en 1882 (cf. Gallica), mais bien celle de Jean Richepin, avec une musique de F. Pardon, des décors de Robecchi et des costumes de Landolff, jouée avec Sarah Bernhardt dans le rôle de Pierrot et Réjane dans celui de Colombine. La représentation eut lieu au Palais du Trocadéro, le 28 avril 1883. En 1889,  en termes peu amènes et quelque peu antisémites, Champfleury la définit comme un fiasco dans sa préface aux Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau (cf. Gallica)

Et puique nous parlons de Deburau… Le thème du Pierrot assassin m’a fait penser au film de Jean Carné, Les enfants du Paradis où Baptiste Deburau triomphe dans la pantomime Le marchand d’habits. Or il y joue le rôle d’un assassin. Voici ce qu’en dit Fabienne Deseez dans son mémoire Théâtre et théâtralite dans les Enfants du paradis (cf. Memoire online)

En 1842, Cot d’Ordan, l’administrateur des Funambules, écrit pour Deburau une pantomime d’un genre nouveau, Le marchand d’habits qui marquera le sommet de la gloire du mime. Cette pantomime est reprise dans le film dans la deuxième époque.

Loin d’être une comédie, cette pantomime macabre, située entre Don Juan et Hamlet, raconte l’histoire de Pierrot, chassé par son maître parce qu’il est tombé amoureux d’une duchesse. Pour faire la cour à sa belle, il tue un marchand d’habits afin de se procurer des vêtements décents. Au moment de conduire la duchesse à l’autel, le spectre du marchand d’habits apparaît, saisit Pierrot, le tue et l’entraîne dans un gouffre.

Théophile Gautier donne de cette pantomime une évocation plus détaillée dans « Shakspear (sic) aux Funambules », article paru dans la Revue de Paris du 4 septembre 1842 et reproduit sur Brittany melodies, site malheureusement fortement vérolé de pubs intempestives, mais où on peut trouver quelques articles intéressants sur le célèbre mime.

Ainsi celui de Danièle Gasiglia-Laster, « Les Enfants du Paradis et le XIX° siècle de Jacques Prévert » m’a appris cette double anecdote sur la genèse du film de Carné et un épisode tragique de la vie de Deburau :

D’autre part, le scénario original s’achève sur le meurtre par Deburau du marchand d’habits, inspiré par un fait réel : au cours d’une promenade avec sa femme, Deburau et sa compagne furent insultés par un jeune homme ; le mime rossa le voyou à coups de canne et le tua. Cela se passait le 18 avril 1836 et ce serait l’idée de départ des Enfants du paradis : Jean-Louis Barrault, qui rêvait d’incarner le mime, ayant raconté à Prévert et Carné le meurtre involontaire commis par Deburau, le procès retentissant qui s’ensuivit, la curiosité de l’entendre pour la première fois, son acquittement. Ce fait-divers et ses conséquences ne seront pourtant finalement pas représentés dans le film.

A noter que cet article, publié initialement dans L’invention du XIXe siècle II, le XIXe siècle au miroir du XXe (Klincksieck / Sorbonne Nouvelle, 2002), est également disponible sur un site consacré à Marcel Carné où vous trouverez un dossier très complet sur le film. Voir aussi Karavane Papou.

Maxime Braquet a écrit un article assez détaillé au sujet cette « baston tragique » sur le site La ville des gens. Sa version diffère sensiblement de celle donnée en 1931 par l’écrivain tchèque Egon Erwin Kisch (1888-1948) dans « Pierrot, der Totschläger » (cf In jedem Schubfach eine Leiche : Zwölf Reportagen, Berlin und Weimar, 1965) : une traduction par J. Granoux, Du mime au crime, est disponible sur Brittany melodies. Je vous laisse comparer. Cependant, la version de Maxime Braquet, membre du Conservatoire Historique d’Études et de Recherches – C.H.E.R. 19, me semble un peu mieux étayée historiquement. Mais il ne sera pas inutile de lire également, dans l’ouvrage Louis Péricaud, Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition (Paris, 1897), le chapitre intitulé… « Pierrot assassin » (cf. Gallica).

Deburau fils et Nadar

Mort avant le développement de la photographie, le grand réformateur de la pantomime apparait dans des gravures, comme celle de Maleuvre repésentant le mime dans la pantomime Les vingt-six infortunes de Pierrot (cf. Gallica).

Son fils, Charles (1829-1873) lui succéda au théâtre des Funambules. Et c’est là que nous retrouvons Nadar. Ou plutôt Nadar et son frère lorsqu’ils travaillaient ensemble. Mais voyons ce qu’il en est dit sur le site du Musée d’Orsay :

Durant l’automne 1854 ou l’hiver 1854-1855, Nadar, qui a associé à son activité son jeune frère Adrien, demande au mime Charles Deburau (1829-1873) du théâtre des Funambules de poser pour une série de « têtes d’expression ». Ce dernier est le fils du célèbre Baptiste Debureau, qui servit de modèle pour le rôle joué par Jean-Louis Barrault dans le film de Marcel Carné Les enfants du Paradis (1945).

Félix Nadar obtient ensuite d’un ami haut placé que la série soit exposée à l’Exposition universelle de 1855. Le jury de l’Exposition décerne une médaille d’or à ce travail. Elle est attribuée non pas à Félix, mais à Adrien, qui s’est approprié le nom d’artiste de son frère en se faisant appeler Nadar jeune. Il s’ensuit un procès que Félix finit par gagner en 1857 contre Adrien.

Voyez aussi sur cette triste histoire, l’article de Laurent Abadjian, « “Controverses” : Qui est l’auteur de cette photo ? », sur le site de Télérama sur trois affaires qui ont marquées la progressive reconnaissance du droit d’auteur en photographie extraites du livre de Daniel Girardin et Christian Pirker Controverses, une histoire juridique et éthique de la photographie.

La photographie emblématique de la série consacrée à Charles Deburau est sans doute Pierrot photographe. Voir l’article de Philippe Hamon, « Pierrot photographe », Romantisme, 1999, vol. 29, n° 105, p. 33-43 (cf. Persée).

Voir aussi, sur la  même thématique, un couple de statuettes de années 1890, Pierrot photographie Colombine, repéré sur Antiq-photo.

Les différentes photographies de la série réalisée par Nadar et son frère sont visibles un peu partout sur internet, et notamment sur MuZéo Collection (11 photographie) ou la galerie de Gustavo Thomas sur Picasa (13 photographies).

Sur les Deburau père et fils

Wikipedia francophone présente de façon très succincte la famille Deburau. Pour un aperçu la vie de Jean-Gaspard Baptiste Deburau (ou Debureau), né Jan Kašpar Dvořák (1796–1846), mieux vaut se reporter à l’article de Wikipedia anglophone et à celui des Amis et passionnés du Père Lachaise.

Pantomimes de Gaspar et Ch. Deburau, traduction (?) par M. Émile Gobby ; préface. par M. Champfleury.Paris : E. Dentu, 1889. Disponible dans Gallica.

Il faut ajouter à cela quelques biographies et des livres de souvenirs écrits par ses contemporains ou plus tard :

Jules Janin. Deburau. Histoire du Théâtre à quatre sous, pour faire suite à l’Histoire du Théâtre-Français. 2e édition. Paris : Gosselin, 1832. 2 vol. in-12 . Première édition mise dans le commerce, l’édition originale n’ayant été tirée qu’à 25 exemplaires pour un cercle d’amis (cf. Livre-rare-book). D’autres édition suivront :

Celle de parue à Bruxelles chez L. Hauman et Cie en est disponible sur Google livres.

Celle parue à Paris à la Librairie des bibliophiles en 1881 avec une préface d’Arsène Houssaye figure dans Gallica.

Champfleury. Pierrot, valet de la mort : pantomime en sept tableaux. Paris : impr. de Gerdès, 1846. Disponible dans Gallica.

Cette brochure a été reprise dans Souvenirs des Funambules, ouvrage du même auteur publié en 1859. Disponible sur Google livres

Jules Janin et al.. Deburau. Paris : impr. de Aubusson et Kugelmann, 1856. 16 p. Disponible dans Gallica.

Louis Péricaud. Le Théâtre des Funambules, ses mimes, ses acteurs et ses pantomimes, depuis sa fondation jusqu’à sa démolition. Paris : 1897. Disponible sur Gallica.

Tristan Rémy. Jean-Gaspard Deburau. Préface de Jean-Louis Barrault. Paris : l’Arche, 1954.

Parmi les écrivains qui se sont inspirés de la vie de Baptiste Deburau figure en premier lieu Sacha Guitry dont la pièce, simplement intitulée Deburau, a été mise en scène en 1918 par Georges Pitoëff avec comme interprète Georges Pitoëff (Jean-Gaspard Deburau) et Ludmilla Pitoëff (Charles Debrau, son fils). Elle a donné lieu par la suite à au moins trois adaptations sur le grand et le petit écran, comme nous l’indique le site spécialisé dans le cinéma imdb.com :

The Lover of Camille (1924) : réalisateur Harry Beaumont ; scénariste Dorothy Farnum, adaptation de la pièce de Sacha Guitry ; interprète Monte Blue (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1951) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Sacha Guitry (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Deburau (1982) (TV) : réalisateur Sacha Guitry ; scénariste Sacha Guitry ; interprète Robert Hirsch (Jean-Gaspard Deburau) ; plus d’infos

Moins connu en Françe, l’écrivain tchèque František Kožík (1909-1997) lui a consacré un roman paru en 1939 Největší z pierotů (« Le plus grand des Pierrots ») qui a eu une certaine importance en son temps (cf. Radio Praha).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts