Archives par mot-clé : Paraboles

La parabole des trois anneaux

En lisant l’introduction que Raoul Vaneigem donne à son édition des Trois imposteurs, je me suis souvenu d’une pièce de Gottlob Ephraim Lessing, Nathan le Sage et surtout de sa scène 7 de l’acte III avec la fameuse parabole des trois anneaux. Continuer la lecture de La parabole des trois anneaux

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La parabole des aveugles

C’est en parcourant un article de  Jean Avalon paru dans la revue  AEsculape en 1937(1) que m’est venu l’envie de faire une petite chronique sur ce thème.

Je pense que la plupart d’entre vous ont eu l’occasion de voir cette peinture de Pieter Brueghel l’Ancien (ci-dessus) inspirée de passages des évangiles de Matthieu(2)et de Luc(3). Si l’original est conservé au Musée Capodimonte de Naples, il en existe une bonne copie, parfois attribuée à Pieter Brueghel le Jeune au musée du Louvre.

Cependant cette parabole à fait l’objet d’autres illustrations. D’abord par Pieter Brueghel l’Ancien lui-même dont un dessin reproduit par le graveur Pieter van der Heyden et intitulé Deux aveugles qui se conduisent l’un l’autre tombent dans un fossé (ci-contre), il s’intègre à une Suite de douze Proverbes flamands gravée vers 1568(4) (5) dont une série incomplète est conservée à l’université de Liège. Cette scène où apparaissent seulement deux personnages est plus proche des passages évangéliques où Jésus ne parle que de deux aveugles. Déjà présente chez Jérôme Bosch (ci-dessous à gauche), elle sera reprise par Pieter Brueghel le Jeune (ci-dessous à droite). Cependant, le thème a déjà été traité de  manière allusive par Holbein dès 1538(6) et  vers 1545, Corneille Metsys a déjà représenté cette parabole, avec quatre aveugles cette fois (je remercie Marcel Martin  de me l’avoir signalé – mise à jour du 7 juillet 2015).

 

D’autres artistes ont abordé ce sujet. Certains, comme Martin van Cleve (ci-dessus) ou Sebastiaen Vrancx (ci-contre), mettent en scène une troupe d’aveugles allant vers sa chute sur le modèle du célèbre tableau. Plus près de nous, Fmurr s’en souvient en ouverture de la bande-dessinée Les aveugles (ci-dessous). Ajoutons qu’il existe à Bruxelles une fontaine des aveugles où un groupe sculpté s’inspire de ce même tableau.

D’autres se limitent à deux aveugles seulement, comme dans la Suite de douze Proverbes flamand. Dans le Recueil des plus illustres proverbes paru en 1663, Jacques Lagniet s’écarte du thème de la chute dans laquelle un aveugle entraîne un autre aveugle pour s’attacher au sort des gueux avec une estampe intitulé C’est pitié quand un aveugle se laisse mener par un autre (ci-dessous).

Est-ce tout sur le sujet ? Oui, pour l’instant. Du moins pour la parabole inspirée des évangiles, car il en existe une autre, semble-t-il plus ancienne, puisqu’une de ses versions a pour protagoniste le Bouddha. Elle est répandue en Orient et a été introduite en Occident au milieu du XIXe siècle par John Godfrey Saxe dans un de ses poèmes. Elle met en scène des aveugles et un éléphant : les premier ignorent ce qu’est  cet animal et doivent dire ce qu’il est au roi qui les a convoqué. Mais chacun n’en saisissant qu’une partie de la bête ne peut en avoir qu’une compréhension partielle.

Le texte de cette parabole varie selon les versions bouddhique, jaïne, soufie… Quant à sa signification, elle n’est pas nécessairement celle que nous pourrions imaginer depuis notre début de XXIe siècle pour qui la leçon, ou plutôt la double leçon, serait la suivante : éviter d’identifier son propre point de vue et accepter que chacun ne détient qu’une une partie de la vérité doit nous amener à rechercher ensemble cette vérité par un travail collectif mettant en commun la part de chacun. Si cela entre bien en concordance avec le refus des sectarismes et de l’intolérance prôné aujourd’hui, cela n’en est pas moins une leçon biaisée, tout au moins en ce qui concerne la version bouddhique de la parabole(7), car jamais il n’y est dit que le Bouddha n’a qu’un point de vue partiel, pas plus que le roi qui met les aveugles à l’épreuve n’ignore ce qu’est un éléphant. En fait, le sutra laisse entendre que, alors le Bouddha a une vision de la globalité, les autres écoles ne l’ont pas(8).

De nombreuses illustrations de cette parabole sont accessibles sur internet. Je crois bien que celle que je préfère est celle réalisée par Hokusai (ci-dessous) où les aveugles apparaissent comme ridiculement minuscules auprès du pachyderme(9).____________________________________

(1)  Jean Avalon. « La parabole des aveugles », AEsculape, 27e année, 1937, p.136-143.

(2)   Matthieu 15,14  (version Louis Segond) :

Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

(3)  Luc 6,39 (version Louis Second) :

Il leur dit aussi cette parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ?

(4)  Sur les gravures de Brueghel l’Ancien, voir les deux ouvrages suivants et l’index des estampes de Brueghel l’Ancien existant dans Wikipedia.

Louis Lebeer. Les Estampes de Pierre Bruegel l’Ancien. 1991

René Van Bastelaer: Les Estampes de Peter Bruegel l’ancien. Bruxelles, Van Oest, 1908. Compte rendu de l’ouvrage par Amédée Boinet dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1909, vol.  70, p. 581-583, disponible sur Persée.

(5)  Il existe aussi Douze proverbes flamands peints par Brueghel sur des panneaux de bois conservés au Musée Mayer van den Bergh de la ville d’Anvers.

Le thème des proverbes est si cher à Brueghel qu’il lui a aussi consacré en 1559 une grande huile sur bois représentant plus de cent proverbes et dictons que vous pouvez voir à Berlin.

D’autres peintures de Brueghel ou de son fils existent et peuvent repérées ici et .

(6)  Dans Les simulacres de la Mort, Holbein avait représenté la mort empoignant le bâton d’un aveugle. Voir la chronique sur les danses macabres.

(7)  Par contre, cela correspond parfaitement à la doctrine jaïne de l’anekāntavāda qui se réfère aux principes de pluralisme et de la multiplicité des points de vue, l’idée que la « vérité » ou la « réalité » étant perçues différemment selon les personnes. La version jaïne de la parabole s’y réfère explicitement. C’est elle dont se serait inspiré John Godfrey Saxe pour son poème.

(8)  Je résume ici la substance d’un billet de Furanku sur le site Espérer isshoni, article où vous trouverez le texte complet de ce sutra.

(9)  Sur l’éléphant dans la gravure japonaise, voir The Pachyderm in the Room – Kuniyoshi’s Elephant, un article du site Toshidama Japanese Prints.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts