Archives par mot-clé : Peinture

Dali et L’angélus de Millet

Je ne sais pas si vous le savez(1), mais une grande exposition est consacrée à Salvador Dalí par le Centre Pompidou du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013. Ce me semble être une bonne occasion de vous dire un mot du Mythe tragique de l’Angélus de Millet, ouvrage consacré à du tableau fort connu de Millet. Ecrit en 1938, après une période où Dalí a peint plusieurs toiles inspirées de l’Angélus(2), ce livre ne paraîtra qu’en 1963 chez Jacques Pauvert(3).

Dans cet essai, l’artiste applique sa méthode d’interprétation paranoïaque-critique pour proposer une lecture de la symbolique érotique de l’œuvre. Il a surtout une géniale intuition. Pour lui, les deux personnages pleurent leur enfant défunt, qui se trouvait initialement à la place du panier. Et effectivement, en 1963, une radiographie réalisée par les laboratoires du Louvre à la demande de Salvador Dalí et de Jacques Pauvert, confirme que, sous le panier, il a été peint à l’origine un parallépipède sombre qui pourrait bien être un cercueil d’enfant.

Ce que je viens d’écrire figure un peu partout sur internet. Je voudrais juste ajouter que vous trouverez d’autres détails sur Dalí et L’angélus dans l’excellente bande-dessinée de Homs et Giroud, L’angélus, une œuvre qui mêle habilement secrets de famille et histoire de l’art.

______________________

(1) Il est difficile de passer à côté avec tous les numéros hors-série qui lui sont consacrés par Connaissance des arts, Le FigaroLe Monde, Le Nouvel Observateur ou Télérama.

(2) Par exemple :

L’angélus Architectonique De Millet (1933)

Gala et l’Angélus de Millet précédant l’arrivée imminente des anamorphoses coniques (1933)

L’atavisme du crépuscule (1934)

Reminescence archéologique de l’Angélus de Millet (1935)

(3) Il sera réédité chez le même éditeur en 1978, puis novembre 2012 aux éditions Allia.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La parabole des aveugles

C’est en parcourant un article de  Jean Avalon paru dans la revue  AEsculape en 1937(1) que m’est venu l’envie de faire une petite chronique sur ce thème.

Je pense que la plupart d’entre vous ont eu l’occasion de voir cette peinture de Pieter Brueghel l’Ancien (ci-dessus) inspirée de passages des évangiles de Matthieu(2)et de Luc(3). Si l’original est conservé au Musée Capodimonte de Naples, il en existe une bonne copie, parfois attribuée à Pieter Brueghel le Jeune au musée du Louvre.

Cependant cette parabole à fait l’objet d’autres illustrations. D’abord par Pieter Brueghel l’Ancien lui-même dont un dessin reproduit par le graveur Pieter van der Heyden et intitulé Deux aveugles qui se conduisent l’un l’autre tombent dans un fossé (ci-contre), il s’intègre à une Suite de douze Proverbes flamands gravée vers 1568(4) (5) dont une série incomplète est conservée à l’université de Liège. Cette scène où apparaissent seulement deux personnages est plus proche des passages évangéliques où Jésus ne parle que de deux aveugles. Déjà présente chez Jérôme Bosch (ci-dessous à gauche), elle sera reprise par Pieter Brueghel le Jeune (ci-dessous à droite). Cependant, le thème a déjà été traité de  manière allusive par Holbein dès 1538(6) et  vers 1545, Corneille Metsys a déjà représenté cette parabole, avec quatre aveugles cette fois (je remercie Marcel Martin  de me l’avoir signalé – mise à jour du 7 juillet 2015).

 

D’autres artistes ont abordé ce sujet. Certains, comme Martin van Cleve (ci-dessus) ou Sebastiaen Vrancx (ci-contre), mettent en scène une troupe d’aveugles allant vers sa chute sur le modèle du célèbre tableau. Plus près de nous, Fmurr s’en souvient en ouverture de la bande-dessinée Les aveugles (ci-dessous). Ajoutons qu’il existe à Bruxelles une fontaine des aveugles où un groupe sculpté s’inspire de ce même tableau.

D’autres se limitent à deux aveugles seulement, comme dans la Suite de douze Proverbes flamand. Dans le Recueil des plus illustres proverbes paru en 1663, Jacques Lagniet s’écarte du thème de la chute dans laquelle un aveugle entraîne un autre aveugle pour s’attacher au sort des gueux avec une estampe intitulé C’est pitié quand un aveugle se laisse mener par un autre (ci-dessous).

Est-ce tout sur le sujet ? Oui, pour l’instant. Du moins pour la parabole inspirée des évangiles, car il en existe une autre, semble-t-il plus ancienne, puisqu’une de ses versions a pour protagoniste le Bouddha. Elle est répandue en Orient et a été introduite en Occident au milieu du XIXe siècle par John Godfrey Saxe dans un de ses poèmes. Elle met en scène des aveugles et un éléphant : les premier ignorent ce qu’est  cet animal et doivent dire ce qu’il est au roi qui les a convoqué. Mais chacun n’en saisissant qu’une partie de la bête ne peut en avoir qu’une compréhension partielle.

Le texte de cette parabole varie selon les versions bouddhique, jaïne, soufie… Quant à sa signification, elle n’est pas nécessairement celle que nous pourrions imaginer depuis notre début de XXIe siècle pour qui la leçon, ou plutôt la double leçon, serait la suivante : éviter d’identifier son propre point de vue et accepter que chacun ne détient qu’une une partie de la vérité doit nous amener à rechercher ensemble cette vérité par un travail collectif mettant en commun la part de chacun. Si cela entre bien en concordance avec le refus des sectarismes et de l’intolérance prôné aujourd’hui, cela n’en est pas moins une leçon biaisée, tout au moins en ce qui concerne la version bouddhique de la parabole(7), car jamais il n’y est dit que le Bouddha n’a qu’un point de vue partiel, pas plus que le roi qui met les aveugles à l’épreuve n’ignore ce qu’est un éléphant. En fait, le sutra laisse entendre que, alors le Bouddha a une vision de la globalité, les autres écoles ne l’ont pas(8).

De nombreuses illustrations de cette parabole sont accessibles sur internet. Je crois bien que celle que je préfère est celle réalisée par Hokusai (ci-dessous) où les aveugles apparaissent comme ridiculement minuscules auprès du pachyderme(9).____________________________________

(1)  Jean Avalon. « La parabole des aveugles », AEsculape, 27e année, 1937, p.136-143.

(2)   Matthieu 15,14  (version Louis Segond) :

Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles ; si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse.

(3)  Luc 6,39 (version Louis Second) :

Il leur dit aussi cette parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ?

(4)  Sur les gravures de Brueghel l’Ancien, voir les deux ouvrages suivants et l’index des estampes de Brueghel l’Ancien existant dans Wikipedia.

Louis Lebeer. Les Estampes de Pierre Bruegel l’Ancien. 1991

René Van Bastelaer: Les Estampes de Peter Bruegel l’ancien. Bruxelles, Van Oest, 1908. Compte rendu de l’ouvrage par Amédée Boinet dans Bibliothèque de l’école des chartes, 1909, vol.  70, p. 581-583, disponible sur Persée.

(5)  Il existe aussi Douze proverbes flamands peints par Brueghel sur des panneaux de bois conservés au Musée Mayer van den Bergh de la ville d’Anvers.

Le thème des proverbes est si cher à Brueghel qu’il lui a aussi consacré en 1559 une grande huile sur bois représentant plus de cent proverbes et dictons que vous pouvez voir à Berlin.

D’autres peintures de Brueghel ou de son fils existent et peuvent repérées ici et .

(6)  Dans Les simulacres de la Mort, Holbein avait représenté la mort empoignant le bâton d’un aveugle. Voir la chronique sur les danses macabres.

(7)  Par contre, cela correspond parfaitement à la doctrine jaïne de l’anekāntavāda qui se réfère aux principes de pluralisme et de la multiplicité des points de vue, l’idée que la « vérité » ou la « réalité » étant perçues différemment selon les personnes. La version jaïne de la parabole s’y réfère explicitement. C’est elle dont se serait inspiré John Godfrey Saxe pour son poème.

(8)  Je résume ici la substance d’un billet de Furanku sur le site Espérer isshoni, article où vous trouverez le texte complet de ce sutra.

(9)  Sur l’éléphant dans la gravure japonaise, voir The Pachyderm in the Room – Kuniyoshi’s Elephant, un article du site Toshidama Japanese Prints.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques ouvrages sur les artistes modernes et leurs courants

Les éditions Schlaraffenland de Selestat sont spécialisées depuis plusieurs années dans la publication d’ouvrages sur l’art contemporain et ce qu’il est convenu d’appeler les « écoles marginales ».

Parmi ses publications récentes, je signalerai Georges Braque et Nat Tate : la rencontre des géants. Il s’agit tout à la fois des actes du colloque tenu à Varengeville et du catalogue de l’exposition qui l’a accompagné en juin 2009, à l’occasion du cinquantenaire de la rencontre entre le maître cubiste et l’un des plus remarquables représentants de l’expressionnisme abstrait.

Le professeur Gérard Nommier qui a été un des principaux organisateurs de l’exposition de 2009,  prépare pour ces mêmes éditions un catalogue raisonné de l’œuvre  de Nat Tate. Sa parution, initialement prévue fin 2011, a été reportée à la suite de la découverte de tableaux inconnus du peintre dans le grenier d’une maison d’Offranville où il aurait séjourné.  Depuis d’autres découvertes ont eu lieu dans diverses localités de Normandie. Voilà qui va amener William Boyd à apporter quelque modifications à sa biographie  du peintre new-yorkais(1), puisqu’il y estimait que seulement douze de ses œuvres avaient survécu à l’autodafé des 8 et 10 janvier 1960, qui précéda de peu son suicide.

Deux des toiles découvertes ont été acquises par la célèbre galeriste et critique d’art Peggy d’Argenson dont les éditions Schlaraffenland ont publié dernièrement L’esthétique du vide : précurseurs et continuateurs du vacuisme. Elle y souligne notamment l’influence exercée par l’œuvre de Nat Tate sur Philippe Dussaert(2).

Coucher de soleil sur l’Adriatique, Boronali

Les éditions Schlaraffenland annoncent également une biographie du peintre Joachim-Raphaël Boronali, le fondateur de l’excessivisme(3), une réédition de l’étude de Denys Riot consacrée sur la peinture monochrome(4), et le catalogue du musée de la Convergence(5).

___________________

(1) Vous en trouverez un résumé dans un billet du blog Lunettes rouges.

(2) Sur le fondateur du vacuisme, l’ouvrage de référence reste sans conteste L’affaire Dussaert que Jacques Mougenot a tiré de sa conférence. La 2e édition est parue en 2010 aux éditions Edite. Voir aussi la chronique que lui consacre Le Bibliothécaire.

Manifeste de l'excessivisme(3) Découvert par Roland Dorgelès, qui en dresse un portait sensible dans Bouquet de bohème (Paris, 1931), ce peintre a connu une courte période de gloire lors  du salon des Indépendants de 1910 avec la toile Coucher de soleil sur l’Adriatique  et un manifeste théorique, le Manifeste de l’excessivisme. Le tableau figure depuis 1953 dans la collection particulière de Paul Bédu à Milly-la-Forêt. Longtemps introuvable, le Manifeste a été réédité par les éditions Allia pour le centenaire de l’excessivisme. En voici le passage le plus caractéristique :

Nous proclamons que l’excès en tout est une force, la seule force … Ravageons les musées absurdes, piétinons les routines infâmes. Vivent l’écarlate, le pourpre, les gemmes coruscantes, tous ces tons qui tourbillonnent et se superposent.

Plus d’informations sur Artnet et le site du Lapin agile, restaurant montmartois où le peintre avait ses habitudes lors de ses passages à Paris. Voir aussi l’article de Daniel Grojnowski paru dans les Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 88,  p. 41-47.

(4) Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre. Les précédentes éditions sont parues chez J. Chambon en 1996, puis chez Gallimard en 2006 pour une édition revue et augmentée. Voir aussi ma chronique sur ce thème.

(5) Cet établissement culturel est bien connu pour sa collection d’œuvres de la nouvelle école artistique lyonnaise fondée par Sébastien Brunel et Thomas Girard, plus connue sous le nom de conisme. La boutique du musée propose aussi de nombreux ouvrages parus chez d’autres éditeurs. A lire notamment le roman que Patrick Poivre d’Arvor a consacré à Sébastien Brunel.

Dernière mise à jour : 23 novembre 2015.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie à celles réalisées par Jisseo (voir aussi ici), Bible Art Painting, Utpictura18, ou Wikipedia, au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités ou aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d »Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

 

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

(Dernière mise à jour : 18 juillet 2012)

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg, j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  « ver de livre », est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur « dévoreur de livre » : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’huiencore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art.

Celle-ci n’a pas d’équivalent dans la sélection concernant les lecteurs masculins. ‎ La représentation picturale de lecteurs nus semble du reste rare sur internet (et peut-être aussi dans l’histoire de la peinture ?) à quelques exceptions plus récentes comme la peinture de  Chirico ci-contre.

La lectrice nue, quant à elle, semble être un lieu commun éculé, qui remonte à loin. C’est que la lecture féminine a longtemps été tenue pour une activité immorale et dépravée les incitant à négliger leurs devoirs publics et privés, une activité qui met en péril non seulement les lectrices elles-mêmes, mais également la famille et la société toute entière, menacées avec l’impudeur, la lascivité et l’adultère.

Voilà qui renvoie à la vision de la femme tentée et tentatrice dont le premier avatar est Eve avec le fruit de l’arbre du savoir. Bref, pour reprendre le titre d’un livre bien connu, les femmes qui lisent sont dangereuses.

D’autres représentations de la lecture féminine existent pourtant. Ainsi la Bible ayant longtemps été la seule lecture qui leur fût autorisée, des représentations de femmes plongées dans les Saintes Ecritures ne manquent pas, au premier rang desquelles la Vierge (Virgin Mary reading constitue d’ailleurs une sous-catégorie de la sélection de Wikipedia) et Marie-Madeleine suivies par toute une série de saintes et également de pieuses personnes, souvent d’un certain âge…

Il n’en reste pas moins que la lecture féminine, lorsqu’elle n’a pas la légitimité que lui confère la religion et qu’elle ne verse pas dans les excès de la lascivité et de l’érotisme, reste désordonnée ou rêveuse (cf. le titre de la peinture illustrant la couverture des Femmes qui lisent sont dangereuses). C’est notamment la lecture de romans, dont le lectorat féminin assure le succès à partir du XVIIIe siècle..

Elle s’oppose à la  concentration des lecteurs masculins à la recherche de savoir et d’information plus que de rêve et d’évasion. Au Moyen-Age, les saints et les ecclésiastiques sont  d’abord les seuls à être représentés lisant. Par la suite les hommes de pouvoir (rois, nobles, hommes politiques) et de savoir (philosophes, littérateurs et savants en tous genres) viennent les concurrencer, avant que la représentation de la lecture ne s’étende au simple particulier. Dans le même temps, nous passons du livre au journal.

Toutes les considérations ci-dessus sont à prendre pour ce qu’elles sont : des approximations sommaires sur l’histoire de la lecture et de ses représentations. N’y voyez qu’un prétexte pour aborder ce thème multiforme et son traitement sur internet où  il est présent sur de nombreux sites : Portraits de lecteurs ou Reading and Art y sont entièrement consacrés ; des sélections d’images sont proposées sur le blog de Patricia Putoy dans une série intitulée Energie renouvelable : la lecture, mais aussi dans Mes petites idéesFluctuat, La petite maison des arts, Les mille étangs, Harriet Devine’s Blog… Cependant, si vous souhaitez une sélection à la fois très étendue et bien référencée, je vous conseille de visiter la base Joconde et sa sélection sur la lecture.

Pour la lecture féminine spécifiquement, voir les sélections qui accompagnent des recensions des ouvrages de Stefan Bollmann sur La marchande de nuages, Thé au jasminL’internaute, Enigm-artPour une étude d’un portrait de lectrice en peinture, voir l’article d’Odete Jubilado, « Lorsque le tableau est une fenêtre ouverte sur la lecture…« , consacré en bonne partie à La liseuse de Fragonard.

Vous aurez remarqué que les représentations de lecteurs que je vous ai présentées sont essentiellement des tableaux. Et qu’en est-il de la sculpture ? Les documents sur le sujet semblent plus rares et il  me faudra sans doute y revenir. En attendant, je vous propose de rechercher dans la base Joconde ou de découvrir les quelques lectrices statufiées sélectionnées par Wikipedia.

A voir aussi,  L’éducation maternelle du sculpteur Eugène Delaplanche, qui n’est pas sans rappeler la représentation traditionnelle de Sainte Anne faisant lire la Bible à Marie.

Enfin je vous renvoie à une statue en bronze réalisée en Allemagne au début du XXe siècle et intitulée … Bücherwurm ! Et la boucle est bouclée…

Bibliographie succincte

Il n’y a pas qu’internet et pour approfondir  ce qui précède,  voici une petite bibliographie à compléter au fil de mes propres découvertes et de vos suggestions.

Sur la lecture et sa représentation en générale

François Dupuigrenet Desroussilles (dir). La symbolique du livre dans l’art occidental du haut Moyen Age à Rembrandt. Bordeaux : Société des Bibliophiles de Guyenne ; Paris : Institut d’étude du livre, 1995.

Alberto Manguel. Une Histoire de la lecture,  essai traduit de l’anglais par Christine Le Boeuf. Arles : Actes Sud, 1998.

Fritz Nies. Imagerie de la lecture : exploration d’un patrimoine millénaire de l’Occident. Paris : Presses universitaires de France, 1995.

Sur la lecture féminine

Les ouvrage sur le sujet sont nombreux. Je rappellerai d’abord ceux de Stefan Bollmann, préfacés par Laure Adler, Les femmes qui lisent sont dangereuses (2006)et sa suite, Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses (2011). Il s’agit de beaux livres, l’essentiel de l’ouvrage étant consacré à l’iconographie. Voir leur présentation sur le site de Flammarion et sur Parutions.com.

Voici quelques autres ouvrages, plus universitaires :

Lectrices : au miroir des femmes, textes rassemblés par Marianne Camus et Françoise Rétif. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2004.

Lectrices d’Ancien Régime, actes du colloque, 27-29 juin 2002, UFR ALC, Université de Rennes II, sous la dir. de Isabelle Brouard-Arends. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen-Âge et Renaissance,  colloque international tenu à l’Université de Lille 3, les 24, 25 et 26 mai 2004,  textes réunis par Anne-Marie Legaré. Turnhout : Brepols, DL 2007.

Sandrine Aragon. Des liseuses en péril : les images de lectrices dans les textes de fiction de « La Prétieuse » de l’abbé de Pure à « Madame Bovary » de Flaubert (1656-1856). Paris : H. Champion, 2003. Texte remanié de la thèse de l’auteur.

Jean Mainil. Don Quichotte en jupons ou Des effets surprenants de la lecture Texte imprimé essai d’interprétation de la lectrice romanesque au dix-huitième siècle. Paris : Éditions Kimé, 2007.

Noë Richter. Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle. Bernay : Société d’histoire de la lecture, 2004.

Alexandre Wenger. La fibre littéraire : le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle. Genève : Droz, 2007. Texte remanié d’une thèse de doctorat soutenue à Genève en 2005.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les canulars picturaux et l’origine de l’art moderne (1) Monochromes

J’assistais l’autre jour à une fort intéressante conférence-spectacle de Jacques Mougenot sur l’affaire Dussaert, du nom de Philippe Dussaert (1947-1989), fondateur de l’école vacuiste. Si vous avez l’occasion d’y assister, n’hésitez pas. Outre l’agrément du spectacle, cela donne à penser sur le statut de l’oeuvre d’art et celui de l’artiste.

Cela m’a donné envie de m’intéresser aux canulars picturaux dans leur rapport avec les origines de l’abstraction. Je commencerai ici par les monochromes.

Avant de devenir l’affaire d’artistes « sérieux » avec le Carré blanc sur fond blanc (1918) de Malevitch et les propositions monochromes d’Yves Klein (1955), le monochrome, forme radicale de peinture abstraite,  a fait les délices des humoristes de la seconde moitié du XIXe siècle, Alphonse Allais n’étant du reste pas le premier, avec sa Première Communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige (1883).

Voir sur le sujet les sites suivants : L’AlamblogL’imposture en peinture et Radical Art. Il y est notamment question…

… de Bertall, qui dans ses caricatures parues dans l’Illustration, Journal universel présente en 1843 le dessin d’un tableau noir constellé de points blancs avec pour légende : Vue de la hougue (effet de nuit), par M. Jean-Louis Petit ;

… d’un monochrome bleu signalé dans Le Diable au Salon : revue comique, critique et très-chique de l’exposition des Beaux-Arts (Bruxelles, 15 août – 31 octobre 1851) ; avec une foultitude d’illustrations sur pierre et sur bois, par les premiers maçons et les meilleurs charpentiers du pays, parue chez Caquet-Bonbec et Cie éditeurs avec pour auteur Japhet (J.A. Luthereau) et pour illustrateur Félicien Rops ;

… du Combat de nègres dans une cave pendant la nuit exposé par Paul Bilhaud au Salon des Arts incohérents de 1882 (cf. le site Philippe Declerk et Les arts incohérents, site de Catherine Charpin)  ;

… de l’Album primo-avrilesque contenant sept monochromes publié par Alphonse Allais chez Ollendorf, le 1er avril 1897 (cf. l’A.B.C.daire d’Alphonse) et réédité en novembre 1999 par les éditions Climats et  janvier 2005 par les éditions Al Dante (cf. Chronic’art)

… du dessin animé Le Peintre néo-impressionniste d’Emile Cohl (1910) dont vous trouverez ci-dessous un résumé trouvé sur RAForum dans un article d’Isabelle Marinone (NB : un article entier, signé cette fois Denys Riout, lui est consacré dans la revue 1895) :

L’anti-académisme de Cohl ouvre la voie aux avant-gardistes cubistes, futuristes, dadaïstes et surréalistes. L’invention de nouvelles formes plastiques ajoute une cassure des perceptions réalistes au discours ironique du cinéaste sur la société. Le père du dessin animé pense à l’utilisation de la couleur, avec notamment Le peintre néo-impressionniste en 1910, film imprégné d’humour Incohérent. L’œuvre mélange personnages réels en noir et blanc et dessins animés en couleur. L’histoire décrit un peintre néo-impressionniste présentant à un acheteur, un ecclésiastique, ces toiles monochromes qui rapidement s’animent. Chaque tableau fait penser aux œuvres proposées à l’exposition des Incohérents de 1883, par Alphonse Allais. Cohl en donne une nouvelle version en fonction des anciens titres fantaisistes, [44] bien que le plus souvent il illustre le plus fidèlement possible l’idée de base de chaque cadre. Ainsi la toile jaune présente un soleil souriant au visage d’André Gill, la toile verte un diable ventru buvant de l’absinthe, la toile rouge des cardinaux en forme de tomates … Le tout devant le curé ébahi et indigné. Le film se termine sur le peintre riant [45] du religieux, qui part furieux et sans le moindre tableau. Emile Cohl rend ici, de manière claire, un hommage aux Incohérents et aux Néo-impressionnistes, alors composés des artistes anarchistes Paul Signac, [46] Lucien Pissarro [47] et Maximilien Luce. [48] Cohl choisit de placer un homme d’Eglise comme acheteur, et souligne ainsi la provocation du peintre face aux normes établies. Il renforce un aspect anticlérical assez peu visible dans le reste de ses productions.

La fin du film décrite dans ce résumé correspond pas à celle que nous pouvons voir dan la version ci-dessous (merci à Marie Paccou qui me l’a signalé), où au contraire le religieux prend le tout. Mise à jour du 22 novembre 2016.

Grâce à l’ouvrage de Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre (J. Chambon, 1996, puis Gallimard, 2006 pour une édition revue et augmentée), j’ai trouvé deux toiles signalées dans le catalogue de l’exposition des Arts incohérents de 1889 : Eclipse totale de soleil en Afrique centrale d’Amillet et Wagon de fumeurs dans un tunnel de Guillon. Leur existence est néanmoins incertaine.

Enfin, parmi les littérateurs, outre Alphonse Allais, Georges Fourest (cf. un article de Laurent Robert sur le site Romanitas où vous trouverez une véritable préhistoire du monochrome littéraire) ou Alexandre Dumas (cf. une précédente  chronique), nous pouvons remonter plus haut que le XIXe siècle et citer, comme le fait Wikipédia,  Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme publié en 1760, où Laurence Sterne introduit une page noire au chapitre XII, ou encore Voltaire, qui attribue à Micromégas un ouvrage de philosophie constitué de feuilles blanches.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Passage de la Mer rouge par les Hébreux ou les prémices de l’abstraction selon Alexandre Dumas père

Voici un extrait d’Alexandre Dumas (cf. Le Corricolo, fin du chapitre 40, consultable sur Méditerranées) :

Je leur raconterai tout simplement l’histoire d’un pauvre fou que j’ai vu à Charenton, et qui m’a paru non seulement plus sage, mais encore plus logique qu’eux. Sa folie était de se croire un grand peintre, et à son avis il venait d’exécuter son chef d’oeuvre.

Ce chef-d’oeuvre, recouvert d’une toile verte, était le Passage de la mer Rouge par les Hébreux.

Il vous conduisait devant le chef-d’oeuvre, levait la toile verte, et l’on apercevait une toile blanche.

– Voyez, disait-il, voilà mon tableau.
– Et il représente ? demandait le visiteur.
– Il représente le Passage de la mer Rouge par les Hébreux.
– Pardon ! mais où est la mer ?
– Elle s’est retirée.
– Où sont les Hébreux ?
– Ils sont passés.
– Et les Egyptiens ?
– Ils vont venir.

L’immortel auteur des Trois Mousquetaires était si content de cette anecdote, qu’il l’a réutilisé sous une autre forme dans ses Mémoires (voir le site Dumas père) :

Maintenant, il s’agissait de décorer l’appartement. C’était l’affaire de mes amis les peintres.

A peine surent-ils le besoin que j’avais d’eux, qu’ils vinrent m’offrir leurs services. Il y avait quatre pièces à peindre ; on se partagea la besogne.

Les décorateurs étaient tout simplement Eugène Delacroix, Louis et Clément Boulanger, Alfred et Tony Johannot, Decamps, Granville, Jadin, Barye, Nanteuil, nos premiers artistes enfin. (…)

Le lendemain, on commença l’œuvre avec le jour. La plupart des travailleurs, au reste, en étaient aux trois quarts de leur besogne. Clément Boulanger et Barye avaient fini. Louis Boulanger n’avait plus que trois ou quatre heures de travail. Decamps donnait les dernières touches à son Debureau, et Jadin à ses coquelicots et à ses bleuets ; Granville en- était à ses dessus de porte, quand, ainsi qu’il l’avait promis, Delacroix arriva.

– Eh bien, où en sommes-nous ? demanda-t-il.
– Mais vous voyez, dit chaque travailleur en s’effaçant pour laisser voir son œuvre.
– Ah çà ! mais c’est de la miniature que vous faites là ! Il fallait me prévenir : je serais venu il y a un mois.

Et il fit le tour des quatre chambres, s’arrêtant devant chaque panneau, et trouvant le moyen, grâce au charmant esprit dont il est doué, de dire un mot agréable à chacun de ses confrères.

Puis, comme on allait déjeuner, il déjeuna. Le déjeuner fini :

– Eh bien ? demanda-t-il en se tournant vers le panneau vide.
– Eh bien, voilà ! lui dis-je ; c’est le tableau du Passage de la mer Rouge : la mer est retirée, les Israélites sont passés, les Egyptiens ne sont point arrivés encore.
– Alors, je profiterai de cela pour faire autre chose. Que voulez-vous que je vous bâcle là-dessus ?
– Mais, vous savez, un Roi Rodrigue après la bataille : Sur les rives murmurantes

« Du fleuve aux ondes sanglantes,
Le roi sans royaume allait,
Froissant, dans ses mains saignantes,
Les grains d’or d’un chapelet. »

– Ainsi, c’est bien cela que vous voulez ?
– Oui.
– Quand ce sera à moitié fait, vous ne me demanderez pas autre chose ?
– Parbleu !
– Va donc pour le roi Rodrigue !

Et, sans ôter sa petite redingote noire collée à son corps, sans relever ses manches ni ses manchettes, sans passer ni blouse ni vareuse, Delacroix commença par prendre son fusain ; en trois ou quatre coups, il eut esquissé le cheval ; en cinq ou six, le cavalier ; en sept ou huit le paysage, morts, mourants et fuyards compris. Puis, faisant assez de ce croquis, inintelligible pour tout autre que lui, il prit brosse et pinceaux, et commença de peindre.

Alors, en un instant, et comme si l’on eût déchiré une toile, on vit sous sa main apparaître d’abord un cavalier tout sanglant, tout meurtri, tout blessé, traîné à peine par son cheval, sanglant, meurtri et blessé comme lui, n’ayant plus assez de l’appui des étriers, et se courbant sur sa longue lance ; autour de lui, devant lui, derrière lui, des morts par monceaux. Au bord de la rivière, des blessés essayant d’approcher leurs lèvres de l’eau, et laissant derrière eux une trace de sang. Al’horizon, tant que l’oeil pouvait s’étendre, un champ de bataille acharné, terrible. Sur tout cela, se couchant dans un horizon épaissi par la vapeur du sang, un soleil pareil à un bouclier rougi à la forge ; puis, enfin, dans un ciel bleu se fondant à mesure qu’il s’éloigne, dans un vert d’une teinte inappréciable, quelques nuages roses comme le duvet d’un ibis.

Tout cela était merveilleux à voir : aussi un cercle s’était-il fait autour du maître, et chacun, sans jalousie, sans envie, avait quitté sa besogne pour venir battre des mains à cet autre Rubens qui improvisait tout à la fois la composition et l’exécution.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vagues japonaises

Great Waves: Chinese Themes in the Arts of Korea and Japan, exposition en ligne du Metropolitan Museum (1er mars 2003-21 septembre 2003).

HOKUSAI « l’affolé de son art » d’Edmond de Goncourt à Norbert Lagane , exposition du musée Guimet (21 mai 2008-4 août 2008).

Hiroshige, « La mer à Satta, dans la province de Suruga » (Suruga Satta kaijô)L’estampe japonaise images d’un monde éphémère, exposition en ligne de la BNF. Vous pouvez, entre autres choses, feuilleter l’album Les trente-six vues du mont Fuji d’où est extraite la grande vague de Kanagawa et trouver des informations sur Hokusai ou sur Hiroshige qui a également traité le thème de la vague (voir infos ici et ).

Voir aussi

l’article Wikipedia La Grande vague de Kanagawa

ma chronique sur les estampes japonaises

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Miniatures et peintures indiennes

A l’occasion de l’exposition Miniatures et peintures indiennes, organisée par la BNF du 10 mars au 6 juin 2010  (vidéo ; expo virtuelle ; banque d’image), je me suis livré à une exploration de la toile sur ce thème. Je m’en suis tenu à des sites relevant d’institutions culturelles, car par ailleurs, les sites commerciaux sur le thème ne manquent pas. Voici une petite sélection des liens trouvés. Continuer la lecture de Miniatures et peintures indiennes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Peinture et calligraphie chinoises anciennes

Grâce au message d’un ami – vous savez, ces échanges de photos, vidéos, pps amusants, esthétiques, poétiques…  -, j’ai découvert une merveille de la peinture chinoise conservée au 國立故宮博物院 National Palace Museum de Taiwan. Continuer la lecture de Peinture et calligraphie chinoises anciennes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts