Archives par mot-clé : Peinture

Natures mortes

Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d’organiser en une entité plastique un groupe d’objets. Qu’en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d’allusions spirituelles ne change rien à son profond dessein d’artiste : celui de nous imposer son émotion poétique devant la beauté qu’il a entrevue dans ces objets et leur assemblage.

Charles Sterling La nature morte de l’Antiquité au XXe siècle, Paris, Macula,‎ 1985

Continuer la lecture de Natures mortes

J’aime les panoramas

J’aime les panoramas : s’approprier le monde. Sous la direction de Laurence Madeline et Jean-Roch Bouiller. Exposition organisée au Musée Rath, à Genève, du 12 juin au 27 septembre 2015, et au MuCEM, à Marseille, du 4 novembre 2015 au 29 février 2016. Paris : Flammarion; Marseille : MuCEM; Genève : Musées d’art et d’histoire de Genève, 2015.

Continuer la lecture de J’aime les panoramas

Giuseppe Tominz, portraitiste de la bourgeoisie

tominz-goracchi
Alessandro de Goracuchi par Giuseppe Tominz, circa 1845, Museo Rivoltella (Trieste)
TomincJozef-avtoportrait
Autoportait, Jožef Tominc, Narodna galerija Ljubljana

En parcourant internet pour avoir plus de précisions sur  Alessandro de Goracuchi, médecin italien du XIXe siècle dont je cataloguais un des ouvrages, j’ai découvert son portrait (voir ci-contre à gauche) réalisé par Giuseppe Tominz (1790–1866). Continuer la lecture de Giuseppe Tominz, portraitiste de la bourgeoisie

Les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme : tentative de webographie

Les informations sur les images du monde flottant (ukiyo-e) et leurs reproductions abondent sur internet, notamment sur les sites des musées et bibliothèques, ceux des marchands d’arts spécialisés ou non dans l’estampe japonaise et sur des blogs spécialisés dans le Japon et son patrimoine artistique. Je voudrais faire ici une sélection de quelques sites, à compléter au fil de mes découvertes et de vos suggestions.

Voir sur le même sujet :

Dernière mise à jour : 11 septembre 2023.

Continuer la lecture de Les estampes japonaises de l’ukiyo-e au japonisme : tentative de webographie

Dali et L’angélus de Millet

Je ne sais pas si vous le savez(1), mais une grande exposition est consacrée à Salvador Dalí par le Centre Pompidou du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013. Ce me semble être une bonne occasion de vous dire un mot du Mythe tragique de l’Angélus de Millet, ouvrage consacré à du tableau fort connu de Millet. Ecrit en 1938, après une période où Dalí a peint plusieurs toiles inspirées de l’Angélus(2), ce livre ne paraîtra qu’en 1963 chez Jacques Pauvert(3).

Dans cet essai, l’artiste applique sa méthode d’interprétation paranoïaque-critique pour proposer une lecture de la symbolique érotique de l’œuvre. Il a surtout une géniale intuition. Pour lui, les deux personnages pleurent leur enfant défunt, qui se trouvait initialement à la place du panier. Et effectivement, en 1963, une radiographie réalisée par les laboratoires du Louvre à la demande de Salvador Dalí et de Jacques Pauvert, confirme que, sous le panier, il a été peint à l’origine un parallépipède sombre qui pourrait bien être un cercueil d’enfant.

Ce que je viens d’écrire figure un peu partout sur internet. Je voudrais juste ajouter que vous trouverez d’autres détails sur Dalí et L’angélus dans l’excellente bande-dessinée de Homs et Giroud, L’angélus, une œuvre qui mêle habilement secrets de famille et histoire de l’art.

______________________

(1) Il est difficile de passer à côté avec tous les numéros hors-série qui lui sont consacrés par Connaissance des arts, Le FigaroLe Monde, Le Nouvel Observateur ou Télérama.

(2) Par exemple :

L’angélus Architectonique De Millet (1933)

Gala et l’Angélus de Millet précédant l’arrivée imminente des anamorphoses coniques (1933)

L’atavisme du crépuscule (1934)

Reminescence archéologique de l’Angélus de Millet (1935)

(3) Il sera réédité chez le même éditeur en 1978, puis novembre 2012 aux éditions Allia.

Quelques ouvrages sur les artistes modernes et leurs courants

Les éditions Schlaraffenland de Selestat sont spécialisées depuis plusieurs années dans la publication d’ouvrages sur l’art contemporain et ce qu’il est convenu d’appeler les “écoles marginales”.

Parmi ses publications récentes, je signalerai Georges Braque et Nat Tate : la rencontre des géants. Il s’agit tout à la fois des actes du colloque tenu à Varengeville et du catalogue de l’exposition qui l’a accompagné en juin 2009, à l’occasion du cinquantenaire de la rencontre entre le maître cubiste et l’un des plus remarquables représentants de l’expressionnisme abstrait.

Le professeur Gérard Nommier qui a été un des principaux organisateurs de l’exposition de 2009,  prépare pour ces mêmes éditions un catalogue raisonné de l’œuvre  de Nat Tate. Sa parution, initialement prévue fin 2011, a été reportée à la suite de la découverte de tableaux inconnus du peintre dans le grenier d’une maison d’Offranville où il aurait séjourné.  Depuis d’autres découvertes ont eu lieu dans diverses localités de Normandie. Voilà qui va amener William Boyd à apporter quelque modifications à sa biographie  du peintre new-yorkais(1), puisqu’il y estimait que seulement douze de ses œuvres avaient survécu à l’autodafé des 8 et 10 janvier 1960, qui précéda de peu son suicide.

Deux des toiles découvertes ont été acquises par la célèbre galeriste et critique d’art Peggy d’Argenson dont les éditions Schlaraffenland ont publié dernièrement L’esthétique du vide : précurseurs et continuateurs du vacuisme. Elle y souligne notamment l’influence exercée par l’œuvre de Nat Tate sur Philippe Dussaert(2).

Coucher de soleil sur l’Adriatique, Boronali

Les éditions Schlaraffenland annoncent également une biographie du peintre Joachim-Raphaël Boronali, le fondateur de l’excessivisme(3), une réédition de l’étude de Denys Riot consacrée sur la peinture monochrome(4), et le catalogue du musée de la Convergence(5).

___________________

(1) Vous en trouverez un résumé dans un billet du blog Lunettes rouges.

(2) Sur le fondateur du vacuisme, l’ouvrage de référence reste sans conteste L’affaire Dussaert que Jacques Mougenot a tiré de sa conférence. La 2e édition est parue en 2010 aux éditions Edite. Voir aussi la chronique que lui consacre Le Bibliothécaire.

Manifeste de l'excessivisme(3) Découvert par Roland Dorgelès, qui en dresse un portait sensible dans Bouquet de bohème (Paris, 1931), ce peintre a connu une courte période de gloire lors  du salon des Indépendants de 1910 avec la toile Coucher de soleil sur l’Adriatique  et un manifeste théorique, le Manifeste de l’excessivisme. Le tableau figure depuis 1953 dans la collection particulière de Paul Bédu à Milly-la-Forêt. Longtemps introuvable, le Manifeste a été réédité par les éditions Allia pour le centenaire de l’excessivisme. En voici le passage le plus caractéristique :

Nous proclamons que l’excès en tout est une force, la seule force … Ravageons les musées absurdes, piétinons les routines infâmes. Vivent l’écarlate, le pourpre, les gemmes coruscantes, tous ces tons qui tourbillonnent et se superposent.

Plus d’informations sur Artnet et le site du Lapin agile, restaurant montmartois où le peintre avait ses habitudes lors de ses passages à Paris. Voir aussi l’article de Daniel Grojnowski paru dans les Actes de la recherche en sciences sociales, 1991, vol. 88,  p. 41-47.

(4) Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d’un genre. Les précédentes éditions sont parues chez J. Chambon en 1996, puis chez Gallimard en 2006 pour une édition revue et augmentée. Voir aussi ma chronique sur ce thème.

(5) Cet établissement culturel est bien connu pour sa collection d’œuvres de la nouvelle école artistique lyonnaise fondée par Sébastien Brunel et Thomas Girard, plus connue sous le nom de conisme. La boutique du musée propose aussi de nombreux ouvrages parus chez d’autres éditeurs. A lire notamment le roman que Patrick Poivre d’Arvor a consacré à Sébastien Brunel.

Dernière mise à jour : 23 novembre 2015.

Marie-Madeleine, lectrice et pénitente

 (Dernière mis à jour : 29/05/2012)

Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine au désert (Emmanuel Benner)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)
Marie-Madeleine lisant (Rogier van der Weyden)

Comment est-on passé de la représentation de Marie-Madeleine lisant par Rogier van der Weyden datant de la première moitié du XVe siècle à celle réalisée sur le même thème par Emmanuel Benner plus de quatre siècles plus tard ? Un historien de l’art vous le dirait mieux que moi.

Quelques remarques cependant. Dans le tableau d’Emmanuel Brenner, outre la nudité de la sainte qui atteint ici son point d’aboutissement, les siècles précédents ayant peu à peu rejeté les voiles qui la recouvraient(1) (je vous laissent le constater par vous-même avec les tableaux répertoriés ci-dessous), vous noterez la présence du crâne, ici relégué dans un coin. Comme motif pictural, il apparaît beaucoup plus tôt, et en position centrale, servant de lutrin, de presse-livre, d’accoudoir à une sainte dont la lecture est souvent interrompue par une lueur divine ou une sombre méditation

Nous sommes ici dans le domaine des vanités et autres memento mori. Le miroir, le pot de parfum(2) le crucifix, voire la couronne d’épines, qui s’ajoutent ou se substituent au crâne, jouent sur le même registre de la futilité de l’existence terrestre et de l’appel à la pénitence. Car cette lectrice retirée au désert est avant tout une pénitente et le livre qu’elle lit est le Livre majuscule, la Bible.

Sur ces quelques considérations générales qui valent ce qu’elles valent, je vous laisse consulter les peintures ci-dessous, représentant Marie-Madeleine avec un livre, qu’elle soit effectivement plongée dans sa lecture ou les yeux perdus dans la méditation. Pour des sélections plus générales, je vous renvoie

à celles réalisées par

Jisseo (voir aussi ici),

Bible Art Painting

Utpictura18

Wikipedia

au dossier iconographique de la thèse de Karine Lanini sur les vanités

aux résultats de recherche sur Google ou sur la base Joconde.

Quelques tableaux à travers les siècles

XVe siècle

Rogier van der Weyden.Marie-Madeleine lisant (1445). Londres, National Gallery >> voir Aparence ; voir aussi l’article qui lui est consacré sur Wikipedia

XVIe siècle

Brueghel l’Ancien. Sainte Marie-Madeleine pénitente.

Maître des figures de femmes à mi-corps. Sainte Madeleine lisant. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Frans Floris. Madeleine pénitente. Dijon, musée Magnin >> voir la base Joconde

Piero di Cosimo. Sainte Marie Madeleine (vers 1500/10). Rome, Galleria Nazionale d’Arte Antica di Palazzo Barberini >> voir Wikimedia

Adrien Ysenbrandt. La Madeleine dans un paysage (vers 1510/25). Londres, National Gallery >> voir Insecula

Ambrosius Benson, un spécialiste de ce thème >> Reading and art ou Lezen in de kunst

Marie-Madeleine lisant (vers 1525). Londres, National Gallery >> voir Paperblog

Marie-Madeleine lisant (vers 1530). Venise, Galleria Franchetti, Ca’ d’Oro >> voir Wikimedia

Sainte Marie-Madeleine lisant (15??) >> Visualphotos

Sainte Marie-Madeleine (15??) >> Christie’s

La Madeleine lisant (15??) >> Wikigallery

Tiziano Vecellio (Titien). Marie Madeleine pénitente (vers 1560). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

Domenicos Theotokopoulos (El Greco). Marie-Madeleine pénitente (1580). Budapest, Szépmüvészeti Muzeum >> voir le site du musée ou Wikipedia

Domenico Carrache. La Madeleine au désert (1591). Nancy ; musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Antonio Allegri (Le Corrège). Marie-Madeleine dans le désert ou la Lectrice (1600). Florence, Palais Pitti, Galerie Palatine  >> voir Utpictura18

XVIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Valenciennes, musée des Beaux-Arts >> voir la base Joconde

Sainte Madeleine pénitente. Paris ; musée du Louvre département des Arts graphiques >> voir la base Joconde

Giovanni Francisco Barbieri (Le Guerchin). Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Valentin de Boulogne. Sainte Madeleine. Chambéry, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Giovanni Domenico Cerrini. La Madeleine en prière. Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Cornélis Cornelisz (Cornélis van Haarlem). Sainte Madeleine. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Guy François. Sainte Marie-Madeleine pénitente. Paris, musée du Louvre >> voir le site du Louvre ou la base Joconde

Giovanni Martinelli. Madeleine repentante. Mâcon, musée des Ursulines >> voir la base Joconde

Johan Moreelse. Marie-Madeleine pénitente. Caen, musée des Beaux-Arts >> voir le site du Ciné club de Caen

Antiveduto Gramatica. Marie-Madeleine pénitente avec sa sœur Marthe >> voir Arcadja

Anton van Dyck. Madeleine pénitente (copie d’après). Grenoble, musée de Grenoble >> voir la base Joconde 

Hendrick Goltzius. La Madeleine pénitente et un ange (1610). , New York, Metropolitan Museum of Art >> voir Insecula

Orazio Gentileschi. Marie Madeleine en pénitence (1615). Collection privée >> voir Wikimedia

Antonio Allegri (Le Corrège). La Madeleine (vers 1618). Londres, National Gallery  >> voir Insecula

Domenico Fetti. Madeleine pénitente (vers 1617-1621). Rome, Galleria Doria Pamphilj >> voir Wikimedia

Domenico Fetti. Melancholie (vers 1620) >> voir Wikimedia (NB : Malgré son titre, cette toile reprend les éléments iconographiques caractéristiques de la représentation de Marie-Madeleine)

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1625). Detroit, Detroit Institut of Art >> voir le site du Detroit Institut of Art

Gerard Seghers. Madeleine repentante (1630). Washington, National Gallery of Art >> voir Utpcitura18

Orazio Lomi Gentileschi. Marie-Madeleine pénitente (vers 1621-1623). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Pinacothèque >> voir Guggenheim Bilbao ou Bilddatenbank

Georges de la Tour. Marie Madeleine pénitente, à la veilleuse (vers 1630-1635). Paris, musée du Louvre département des Peintures >>  voir la base Joconde

Simon Vouet. La Madeleine repentante (1633). Amiens, musée de Picardie >>  voir la base Joconde

Georges de la Tour. La Madeleine repentante (vers 1640). Washington, National Gallery, Ailsa Mellon Bruce Fund >> voir le site de Pierre-Olivier Douphis

Philippe de Champaigne. Madeleine pénitente (1648).  Rennes, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Nicolas Régnier. Marie-Madeleine pénitente (vers 1655-1660). Vienne, Kunsthistorisches Museum, Gemäldegalerie >> voir le site Niccolo Renieri et celui du Detroit Institut of Art

Pieter Cornélisz van Slingelandt. Marie-Madeleine pénitente (1657). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde et Insecula

Elisabetta Sirani. Sainte Madeleine pénitente (1663). Besançon, musée des beaux-arts et d’archéologie >> voir la base Joconde

Michele Rocca (Parmigianino le Jeune). Marie Madeleine pénitente (1698). Los Angeles, J. Paul Getty Museum >> voir Insecula

XVIIIe siècle

Sainte Madeleine pénitente. Bordeaux, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde 

Pompeo Girolamo Batoni. La Madeleine repentante.  >> voir les sites Femme femme femme et Richard Gardner Antiques ou sur Wikigallery

Carlo Antonio Tavella, dit Il Solfarola. Madeleine pénitente dans un paysage de rochers ou Madeleine dans une grotte. Bordeaux, musée des beaux-arts >>  voir la base Joconde

Adriaen van der Werff,Sainte Marie-Madeleine pénitente, méditant dans la solitude (1718). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Jean-Marc Nattier. La Madeleine ou une pénitente dans le désert (vers 1742-1744). Paris, musée du Louvre >> voir la base Joconde

Charles-Joseph Natoire. La Madeleine (1758). Dijon, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

Carle Van Loo. La Madeleine dans le désert (1761) >> voir Utpictura18

XIXe siècle

Petrus van Schendel. Sainte Marie-Madeleine en prière. Amiens, musée de Picardie >> voir la base Joconde

William Etty. Marie-Madeleine pénitente. Grenoble, musée de Grenoble >> voir Artflakes

Jean-Baptiste Camille Corot. La Madeleine lisant (1854). Paris, musée du Louvre département des Peintures >> voir la base Joconde

Jean-Jacques Henner. La liseuse ou Marie-Madeleine lisant (vers 1880-1890). Paris, musée d”Orsay >> voir Wikimedia

Emmanuel Benner.Marie-Madeleine au désert (1886). Strasbourg, musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg >> voir Wikimedia

Alexandre Falguière. La Madeleine (1887). Pau, musée des beaux-arts >> voir la base Joconde

___________________
(1) Des figurations de Marie-Madeleine nue, confondue avec Marie l’Egyptienne, existent dès le Moyen-Age, mais ses longs cheveux lui servent alors de vêtements, ce qui n’est plus le cas plus tard.

(2) Celui dont la femme pécheresse a enduit les pieds et/ou les cheveux de Jésus et qui figure déjà dans le tableau de Rogier van der Weyden.

Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle

Carl Schleicher. Der Bücherwurm
Hermann Fenner-Brehmer. Der Bücherwurm

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg (voir ci-dessus), j’ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

Eduard Swoboda.Ein kleiner Bücherwurm

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C’est que l’allemand Bücherwurm, littéralement  “ver de livre”, est l’équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur “dévoreur de livre” : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l’érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l’enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu’aujourd’hui encore, dans la catégorie d’images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art. Continuer la lecture de Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs… et de lectrices jusqu’au début du XXe siècle