Archives par mot-clé : Philosophie

La société contre l’État selon Pierre Clastres et James C. Scott : micro-bibliographie

Cette brève bibliographie est née de la lecture d’un article de Nicolas Journet, « Pierre Clastres. La politique du sauvage », publié dans le n° 303 (mai 2018) de Sciences humaines.

Pierre Clastres

La Société contre l’État. Recherches d’anthropologie politique, Minuit, 1974, rééd. 2011.

Continuer la lecture de La société contre l’État selon Pierre Clastres et James C. Scott : micro-bibliographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Tiqqun, le Comité invisible, le Bloom, Tarnac, etc.

Alors que l’affaire de Tarnac s’approche de son épilogue après s’être pas mal dégonflée au fil des années d’instruction et des semaines du procès, je suis en train de lire Maintenant  (voir un extrait) paru voici bientôt un an.

A propos, savez-vous que les autres ouvrages du Comité invisible ainsi que la revue Tiqqun dont Julien Coupat fut un des rédacteurs,  sont partiellement disponibles en ligne, notamment sur le site Bloom0101 ? Plusieurs  articles de Tiqqun ont étaient réédités séparément, notamment à La Fabrique, la maison d’édition d’Éric Hazan. Continuer la lecture de Tiqqun, le Comité invisible, le Bloom, Tarnac, etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Voici deux articles de attribués à Diderot parus dans l’Encyclopédie. Il donne une idée de ce que les philosophes des Lumières savaient de la Chine et de la philosophie chinoise.

Continuer la lecture de La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

En discutant avec une collègue d’un roman, Le Sang noir, dont l’auteur, Louis Guilloux, évoque son ami le philosophe Georges Palante à travers le portrait du professeur Cripure, je me suis souvenu que Michel Onfray avait consacré un ouvrage à ce philosophe « nietzschéen de gauche ». Je me suis aussi souvenu que j’avais commencé à établir voici plusieurs mois une webographie de ses ouvrages accessibles en ligne. La voici, mais il faudra sans doute des mises à jour… Continuer la lecture de George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’homme dans l’infini

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent. Qu’il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour lui‑même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que ces astres, qui roulent dans le firmament, embrassent. Mais si notre vue s’arrête là que l’imagination passe outre, elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir. Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin c’est le plus grand caractère sensible de la toute‑puissance de Dieu que notre imagination se perde dans cette pensée. Continuer la lecture de L’homme dans l’infini

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Die Ros’ ist ohn’ Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet.

La rose est sans pourquoi, elle fleurit parce qu’elle fleurit,
N’a pour elle-même aucune attention, ne demande pas si on la voit.

Le distique ci-dessus est sans doute le plus célèbre de ceux  extraits du Cherubinischer Wandersmann d’Angelus Silesius. Ce n’est pourtant pas le seul, loin s’en faut, puisque cet ouvrage mystique, paru pour la première fois en 1657 sous le titre Geistreiche Sinn- und Schlussreime, ne contient pas moins de 1676 distiques et 10 sonnets. Il a inspiré des philosophes comme Leibniz, Ludwig Wittgenstein, Martin Heidegger ou Leszek Kołakowski.

Je vais tenter de rassembler ici un peu de documentation sur l’ouvrage et son auteur. Continuer la lecture de Autour d’Angelus Silesius et du Cherubinischer Wandersmann

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Un fait remarquable des origines chrétiennes est le peu d’intérêt que suscita dans la société païenne la propagation de la nouvelle religion jusqu’au milieu du second siècle. […]

Louis Rougier

Qui s’intéresse, comme Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, aux origines du christianisme est nécessairement confronté aux témoignages des païens et notamment aux pamphlets et écrits polémiques visant la religion nouvelle. Certains ont disparus, comme celui du précepteur de Marc-Aurèle, L. Cornelius Fronton. D’autres au contraire ont été préservés de la destruction comme le traité Contre les Galiléens de l’empereur Julien. Beaucoup ne subsistent que sous forment de fragments tel celui de Porphyre.

L’exemple le plus remarquable de cette polémique anti-chrétienne est Discours véritable (Λόγος Ἀληθής) écrit vers 178 par le philosophe Celse ce qui en fait l’auteur le plus ancien pour lequel nous bénéficions d’écrits constituant une polémique argumentée contre la nouvelle sensibilité religieuse. Le texte a été partiellement préservé par celui-là même qui en était le plus farouche adversaire : Origène, auteur d’un Contre Celse écrit vers 248. Continuer la lecture de Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie ; j’abandonne mon esprit à tout son libertinage ; je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit, dans l’allée de Foi, nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées ce sont mes catins.

Le début du Neveu de Rameau de Denis Diderot me ravit toujours tant je me sens proche alors en esprit du grand maître d’oeuvre de l’Encyclopédie… toute proportion gardée, évidemment.  🙂 Continuer la lecture de Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La polémique autour de L’homme révolté d’Albert Camus

La parution de L’homme révolté d’Albert Camus suscita une de ces polémiques, dont les intellectuels français sont si friants, avec comme principaux protagonistes, outre l’auteur :

les surréalistes autour d’André Breton qui mènent une vigoureuse critique dans plusieurs fascicules de la revue Arts  à partir d’octobre 1951 et un numéro spécial de La rue intitulé Révolte sur mesure,

les existentialistes Francis Jeanson et Jean-Paul Sartre qui écrivent des articles peu amènes  dans les numéros de mai et d’août 1952 des Temps modernes,

Georges Bataille qui prend la défense de Camus contre les surréalistes dans « Le temps de la révolte » paru dans les n° 55 et 56 de la revue Critique en décembre 1951 et janvier 1952, puis en décembre 1952, avec un nouvel article, « L’affaire de L’homme révolté », cette fois contre Sartre, dans le n° 67 de la même revue (ces deux articles sont

Voir aussi :

d’autres documents sur l’affaire Camus sur le site dédié à André Breton

un article riche en annexes documentaires dans

Voir aussi l’article suivant : Marina Galletti. « Notes sur Bataille, Camus et le surréalisme« . Les Temps Modernes, 2005/1, n° 629, p. 35-42.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts