Archives par mot-clé : Philosophie

Autour de Simone Weil

Après ma lecture de « Luttons-nous pour la justice ? » j’ai souhaité rassembler ci-dessous un peu de documentation en ligne concernant Simone Weil (1909-1943).

Œuvres de Simone Weil

Livres numérisés en ligne

La plupart de ses ouvrages sont disponibles sur le site Les classiques des sciences sociales.

Ceux indiqués ci-dessous ne se trouvent pas sur ce site, mais ailleurs sur Internet :

Continuer la lecture de Autour de Simone Weil

Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Au-delà du déni des climatosceptiques et des émotions dont elle est la cause (éco-anxiété et solastalgie), la crise écologique suscite une grande diversité de réactions dans la pensée, l’action politiques et sociétale et la création culturelle. C’est ce que je voudrais synthétiser dans cette webographie renvoyant à mes chroniques antérieures liées à ce thème.

Continuer la lecture de Les effets de la crise écologique sur la pensée, les mouvements socio-politiques et la création culturelle

Tombeau d’Axel Kahn

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
— Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton ame arrive,
À force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

Alfred de Vigny, « La mort du Loup », III

Le dernier message d’Axel Kahn
Son blog
Bibliographie de ses ouvrages

Un code secret pour philosophes athées au temps des Lumières

Marmontel dans sa jeunesse recherchait beaucoup le vieux Boindin, célèbre par son esprit & son incrédulité. Le vieillard lui dit ; trouvez-vous au café Procope. — Mais nous ne pourrons pas parler de matières philosophiques. — Si fait, en convenant d’une langue particulière, d’un argot. Alors ils firent leur dictionnaire. L’Ame s’appelait Margot ; la Religion, Javotte ; la Liberté, Jeanneton, & le Père éternel, M. de l’Être. Les voilà disputant & s’entendant très-bien. Un homme en habit noir, avec une fort mauvaise mine, se mêlant à la conversation, dit à Boindin : Monsieur, oserais-je vous demander ce que c’était que ce M. de l’Être qui s’est si souvent mal conduit & dont vous êtes si mécontent ? Monsieur, reprit Boindin, c’était un espion de police. On peut juger de l’éclat de rire, cet homme étant lui-même du métier.

  • Chamfort. Maximes, Pensées, Caractères et Anecdotes, 1796, éd. Ginguené, p. 204.

Réaction païenne et fin du paganisme

Si ce sont des moines, pourquoi y en at-il tant ? et s’il y en a tant, comment sont-ils des solitaires ? O multitude de solitaires qui fait de la solitude un mensonge !

Palladas, Anth. Pal., 384, trad. Fr. Jacob

Voici quelques années, j’avais lu avec un grand intérêt Chronique des derniers païens de l’helleniste Pierre Chuvin. Parmi les ouvrages cités dans sa bibliographie, je signalerai les deux suivants ;

Continuer la lecture de Réaction païenne et fin du paganisme

L’attention au présent

Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la  lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

Blaise Pascal, Les Pensées.

Je suis souvent surpris de lire chez Pascal, à propos du moi, du divertissement ou, dans l’extrait ci-dessus, du peu d’attention que nous portons au présent, des réflexions que l’on retrouvent sous une forme proche dans les préceptes du yoga et du bouddhisme : Continuer la lecture de L’attention au présent

La Recherche d’une première vérité par Jules Lequier

En feuilletant Les livres de la semaine n° 1284 du 19 novembre 2020, j’ai repéré un ouvrage de Ghislain Deslandes intitulé Court traité sur la recherche d’une vérité première aux éditions Ovadia. Il s’agit d’une introduction à l’œuvre de Jules Lequier (1814-1862), philosophe méconnu du milieu du XIXe siècle.

Ses principaux manuscrits, qui portent sur la question philosophique du libre arbitre dans sa relation avec le déterminisme et la prescience divine, ont été publiés de manière posthume en 1865 par Charles Renouvier sous le titre de La Recherche d’une première vérité qui est disponible sur Archive.org et Gallica. La réédition de 1924 est accessible sur Gallica. Celle parue sous le titre Comment trouver, comment chercher une première vérité ? aux éditions de l’Éclat en 1985 existe aussi en format Lyber.

Vous pourrez trouver deux autres éditions en bibliothèques ou en librairie : l’une parue en 1993 aux Presses universitaires de France, l’autre aux éditions Allia en 2009.

Pour en savoir plus

Les comptes-rendus fait à l’occasion de la réédition de 1924 par :

Les Cahiers Jules Lequier, publications annuelles des Amis de Jules Lequier.

Goulven Le Brech. « Jules Lequier, le spectre du beau », Philosophoire, 2012, n° 38, p. 155-165.

Autres études sur Jules Lequier.

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Une phrase à méditer d’Antonio Gramsci

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci, Cahiers de Prison (1948-1951, cahier 3)

J’ai trouvé cette citation dans le numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine daté du 21 avril 2020. Abonnez-vous, c’est gratuit !

La citation exacte est :

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.

Mais il faut bien reconnaître que la première proposée a plus d’allure et de force.