Archives par mot-clé : Philosophie

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Tout ce que j’ai reçu jusqu’à présent pour le plus vrai et assuré, je l’ai appris des sens, ou par les sens : or j’ai quelquefois éprouvé que ces sens étaient trompeurs, et il est de la prudence de ne se fier jamais entièrement à ceux qui nous ont une fois trompés.

Descartes, Méditations métaphysiques, I

Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques, trompe-l’œil et objets impossibles sont une illustration parfaite de ce qu’écrit Descartes à propos du caractère trompeur de nos sens et notamment de la vue. Mon intérêt pour ces étrangetés iconiques remonte à loin, à ma découverte des œuvres de M. C. Escher. Je voudrais réunir ici quelques exemples de ces images trompeuses et quelques sites et ouvrages où il en est question.

Continuer la lecture de Figures fictives, images ambigües, illusions d’optiques et autres objets impossibles

Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Il était une fois un homme qui taillait des pierres dans le rocher. Son labeur était très dur, et il peinait beaucoup, mais son salaire était maigre et il n’était pas satisfait. Il soupirait parce que son labeur était dur. Et il s’écriait : « Ah, si seulement j’étais riche pour pouvoir reposer sur un baleh-baleh au klambu de soie rouge. »
Or voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était riche. Et il reposait sur un baleh-baleh, et son klambu était en soie rouge.

Or le roi du pays vint à passer, des cavaliers précédant sa voiture. Et derrière la voiture il y avait d’autres cavaliers, et l’on tenait le payong d’or au-dessus de la tête du roi. Et lorsque l’homme riche vit cela, il fut chagriné qu’on ne tînt pas de payong d’or au-dessus de sa tête. Il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être roi. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était roi. Et devant sa voiture galopaient de nombreux cavaliers, et d’autres venaient derrière sa voiture, et au-dessus de sa tête on tenait le payong d’or.

Et le soleil brillait de ses rayons brûlants et roussissait la terre, et le brin d’herbe se desséchait. Et le roi se plaignait que le soleil lui brûlait le visage, et était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il soupirait, et s’écriait : « Je voudrais être le soleil. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Aussitôt dit, aussitôt fait : il était le soleil. Et il envoyait ses rayons vers le haut et vers le bas, vers la droite et vers la gauche, et de toutes parts. Et il roussissait le brin d’herbe à la surface de la terre, et le visage des princes qui y vivaient.

Et un nuage s’interposa entre la terre et lui, et il repoussa les rayons du soleil. Et il fut courroucé de voir qu’on résistait à sa puissance, et se plaignit que ce nuage était plus puissant que lui. Et il n’était pas satisfait. Il voulait être le nuage, qui était si puissant.
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il devint nuage et se plaça entre le soleil et la terre et arrêta les rayons, en sorte que l’herbe verdit. Et le nuage pleuvait à grosses gouttes à la surface de la terre, et faisait s’enfler les rivières et des banjirs emportaient les troupeaux.
Et il dévastait les campagne par la masse de ses eaux.

Et il tomba sur un rocher, qui ne céda pas. Et il cascadait en larges torrents, mais le rocher ne cédait pas. Et il fut courroucé parce que le rocher ne voulait pas céder, et parce que la puissance de ses torrents était vaine. Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Ce rocher a reçu une puissance supérieure à la mienne. Je voudrais être ce rocher. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : »Qu’il vous advienne comme vous avez dit. »
Et il devint rocher, et il ne bougeait pas quand le soleil brillait, ni quand il pleuvait.

Or voici qu’arriva un homme avec une pique, et un ciseau pointu, et un lourd marteau, qui taillait des pierres dans le rocher. Et le rocher dit : « Qu’est-ce donc, cet homme est plus puissant que moi, et il taille des pierres dans mon sein ? » Et il n’était pas satisfait. Il s’écria : « Je suis plus faible que celui-là. Je voudrais être cet homme. »
Et voici qu’un ange descendit du ciel, qui lui dit : « Qu’il vous advienne ce que vous avez dit. »
Et il fut tailleur de pierre.

Et il taillait des pierres dans le rocher, au prix d’un dur labeur, et il peinait beaucoup pour un maigre salaire, et il était satisfait.

Jeronimus, pseudonyme du baron Van Hoëvell, pasteur de Batavia (1812-1879)

Continuer la lecture de Le tailleur de pierre japonais et autres histoires sur la relativité de la puissance et de la richesse pour une vie heureuse

Une phrase à méditer d’Antonio Gramsci

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.

Antonio Gramsci, Cahiers de Prison (1948-1951, cahier 3)

J’ai trouvé cette citation dans le numéro des Carnets de la drôle de guerre des rédacteurs de Philosophie magazine daté du 21 avril 2020. Abonnez-vous, c’est gratuit !

La citation exacte est :

La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés.

Mais il faut bien reconnaître que la première proposée a plus d’allure et de force.

Épidémies : la leçon d’Elias Canetti

De tous les malheurs dont l’humanité a été affligée de tous temps, les grandes épidémies ont laissé un souvenir particulièrement vivace. Elles éclatent avec la soudaineté de catastrophes naturelles, mais alors qu’un tremblement de terre s’achève après quelques brèves secousses, l’épidémie a une durée qui peut s’étendre sur des mois ou même sur une année. Le tremblement de terre atteint d’un seul coup le sommet de l’horreur, ses victimes périssent toutes à la fois. Une épidémie de peste agit au contraire par sommation, au début quelques-uns seulement sont pris, puis les cas augmentent ; on voit des morts partout, bientôt on en voit rassemblés plus que des vivants. Il se peut que le résultat de l’épidémie soit finalement identique à celui d’un tremblement de terre. Mais les gens sont témoins de la grande mort, elle se joue et s’accroît sous leurs yeux. C’est comme s’ils participaient à une bataille qui dure plus longtemps que toutes les batailles connues. Mais l’ennemi est dissimulé, on ne peut le voir ni le rencontrer nulle part. On se contente d’attendre d’en être touché […]

Elias Canetti, Masse et Puissance(1960), « Les épidémies »

Lire la suite sur Philomag.com

Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

La lecture de Vivre sans se cogner dans les coins avec Georges Perec, un article de Catherine Portevin paru aujourd’hui sur le site de Philosophie magazine, m’a incité à redécouvrir Espèces d’espaces. Par chance, j’en ai un exemplaire ( comme quoi, une bonne provision de livres, si encombrants soient-ils, peut se révéler utile…) et je n’ai pas été déçu, tant la matière à réflexion y abonde. Dans une volonté très perecquienne d’épuisement du sujet, cet essai traite de la page, du lit, de la chambre, de l’appartement, de l’immeuble, de la rue, du quartier, de la ville, de la campagne, du pays, du monde, de l’espace… et tout cela en partant du vide, du rien, de l’impalpable , du pratiquement immatériel.

Pour ceux qui n’auraient pas la chance d’en avoir un exemplaire papier ou numérique, et qui ne peuvent s’en procurer actuellement… je signale que de nombreux extraits sont disponibles sur internet, que ce soit sur Passages, Remue.net. Vous trouverez ci-dessous une petite sélection.

Continuer la lecture de Redécouvrir le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble et autres espèces d’espaces : la leçon de Georges Perec

Le logis est un univers : la leçon de Bachelard

La maison est notre coin du monde. Elle est (…) notre premier univers. Elle est vraiment un cosmos. Un cosmos dans toute l’acception du terme. Vue intimement, la plus humble demeure n’est-elle pas belle ? Les écrivains de l’humble logis évoquent souvent cet élément de la poétique de l’espace. Mais cette évocation est bien trop succincte. Ayant peu à décrire dans l’humble logis, ils n’y séjournent guère. Ils caractérisent l’humble logis en son actualité, sans en vivre vraiment la primitivité, une primitivité qui appartient à tous, riches ou pauvres, s’ils acceptent de rêver. (…) Par les songes, les diverses demeures de notre vie se compénètrent et gardent les trésors des jours anciens. Quand, dans la nouvelle maison, reviennent les souvenirs des anciennes demeures, nous allons au pays de l’Enfance Immobile, immobile comme l’Immémorial. Nous vivons des fixations, des fixations de bonheur. Nous nous réconfortons en revivant des souvenirs de protection. Quelque chose de fermé doit garder les souvenirs en leur laissant leurs valeurs d’images. Les souvenirs du monde extérieur n’auront jamais la même tonalité que les souvenirs de la maison. En évoquant les souvenirs de la maison, nous additionnons des valeurs de songe ; nous ne sommes jamais de vrais historiens, nous sommes toujours un peu poètes et notre émotion ne traduit peut-être que de la poésie perdue.

Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace,

En lisant l’entretien de la philosophe Claire Marin dans le dossier Covid-19. Les philosophes face à l’épidémie, j’ai été amené à m’intéresser à cet ouvrage de Bachelard qui fait partie de ses lectures actuelles. Et sur une page de France culture consacrée à Bachelard et La poétique de l’espace, j’ai trouvé l’extrait ci-dessus. Et vive internet, la bibliothèque universelle !

Confinement : la leçon de Rousseau

Rousseau en quarantaine italienne, un article paru sur le site de Philosophie magazine le 10 mars dernier, au début des mesures de confinement décrétées en Italie, nous rappelle que le philosophe genevois fut mis en quarantaine dans un lazaret à Gênes. Comment prit-il la chose ? Stoïquement. Voir ci-dessous l’extrait des Confessions, Livre Septième, où il est question de cet épisode.

Continuer la lecture de Confinement : la leçon de Rousseau

Philosophie de l’épidémie

L’épidémie n’est pas du côté de l’excès, mais de la transfiguration. Elle décompose les corps et les idées qui sont devant nous pour mieux faire apparaître ce qui était jusque là, contenu à l’intérieur de frontières bien délimitées. Quatre émissions pour comprendre pourquoi cette propagation à grande vitesse fascine autant qu’elle fait peur : de notre cohabitation avec les animaux à La Peste de Camus, en passant par les films d’horreur épidémiologiques.

MONtaigne à L’Œuvre

Je voudrais vous signaler ici le projet MONtaigne à L’Œuvre (MONLOE).

Porté par le programme Bibliothèques Virtuelles Humanistes du Centre d’études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours, son objectif est de réunir les éléments principaux d’un ample corpus (éditions des Essais ; traduction de Raymond Sebon ; édition des traductions et poèmes de La Boétie ; La Servitude volontaire…) auquel s’ajoutera une sélection d’ouvrages ayant servi de sources majeures des Essais.

Dans le cadre de ce projet, il faut également signaler la « Librairie » de Montaigne en 3D et les Essais audio-vidéo synchronisés, qui seront présentés, avec d’autres programmes du CESR lors des Journées européennes du patrimoine 2019.

Gethsémani

En cette semaine pascale, et bien que je sois un parfait agnostique, ou peut-être à cause de cela, je vous propose deux poèmes de Gérard de Nerval et Alfred de Vigny inspirés de l’agonie de Jésus au Mont des Oliviers, épisode cité dans les évangiles de Matthieu (XXVI, 36-46), de Marc (XV, 32-42) et de Luc (XXII, 39-44), Jean (XVIII, 1) étant très bref.

Si vous souhaitez aller plus loin sur ces poèmes, je vous renvoie aux articles ci-dessus, extraits de la Revue d’histoire littéraire de la France, 1998, vol. 98, n° 3, un numéro spécial consacré au colloque du Bicentaire de la naissance d’Alfred de Vigny, Paris , (22/11/1997)

Continuer la lecture de Gethsémani