Archives par mot-clé : Philosophie

Sur Jaakko Hintikka

Synthèse sur les différentes facettes de la philosophie du langage de Platon à Hintikka et Chomsky et analyses sur les relations entre langage et rationalité.

Résumé du livre de Sylvain Auroux, La philosophie du langage, dans le Livres hebdo n° 1107 (20 avril 2018).

Mes petites recherches sur internet sont souvent déclenchées par un mot, un nom lu ou entendu  pour la première fois et qui suscite ma curiosité. Tel est le cas, dans le résumé ci-dessus, du logicien finlandais Jaakko Hintikka.

Publications de Jaakko Hintikka

Continuer la lecture de Sur Jaakko Hintikka

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin…

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ;
Ou c’est d’un esprit sot ou c’est d’une âme basse.
Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ;
C’est d’un mauvais courage et qui trop tôt se lasse.


Riez comme au printemps s’agitent les rameaux,
Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,
Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux ;
Et dites : c’est beaucoup et c’est l’ombre d’un rêve.

Poème extrait des Stances de Jean Moréas  et trouvé sur le site Un jour un poème.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Désobéir

Je lis actuellement Désobéir, un intéressant essai de Frédéric Gros paru chez Albin Michel en septembre dernier.

Au fil des chapitres, de la soumission à la rébellion, de la subordination au droit de résistance, du conformisme à la transgression, du consentement à la désobéissance civile… … l’auteur nous invite à découvrir les différentes visages de la désobéissance, mais aussi son revers, l’obéissance, ce terreau de la banalité du mal illustrée pendant l’année 1961, chapitre central de l’ouvrage, par le procès EichmannContinuer la lecture de Désobéir

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Homère. L’Iliade, chant 8, traduction de Leconte de Lisle

Et Thétis aux pieds d’argent parvint à la demeure de Hèphaistos, incorruptible, étoilée, admirable aux Immortels eux-mêmes ; faite d’airain, et que le Boiteux avait construite de ses mains.

Et elle le trouva suant, et se remuant autour des soufflets, et haletant. Et il forgeait vingt trépieds pour être placés autour de sa demeure solide. Et il les avait posés sur des roues d’or afin qu’ils se rendissent d’eux-mêmes à l’assemblée divine, et qu’ils en revinssent de même. Il ne leur manquait, pour être finis, que des anses aux formes variées. Hèphaistos les préparait et en forgeait les attaches.

[…]

Et le corps monstrueux du Dieu se redressa de l’enclume ; et il boitait, chancelant sur ses jambes grêles et torses. Et il éloigna les soufflets du feu, et il déposa dans un coffre d’argent tous ses instruments familiers. Puis, une éponge essuya sa face, ses deux mains, son cou robuste et sa poitrine velue. Il mit une tunique, prit un sceptre énorme et sortit de la forge en boitant. Et deux servantes soutenaient les pas du Roi. Elles étaient d’or, semblables aux vierges vivantes qui pensent et parlent, et que les Dieux ont instruites.

Continuer la lecture de Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La société contre l’État selon Pierre Clastres et James C. Scott : micro-bibliographie

L’histoire des peuples qui ont une histoire est, dit-on, l’histoire de la lutte des classes. L’histoire des peuples sans histoire, c’est, dira-t-on avec autant de vérité au moins, l’histoire de leur lutte contre l’État.

Le chef qui veut faire le chef, on l’abandonne : la société primitive est le lieu du refus d’un pouvoir séparé, parce qu’elle-même, et non le chef, est le lieu réel du pouvoir

Extraits  de : Pierre Clastres. La Société contre l’État >  Lire plus d’extraits

Cette brève bibliographie est née de la lecture d’un aricle de Nicolas Journet, « Pierre Clastres. La politique du sauvage », publié dans le n° 303 (mai 2018) de Sciences humaines. Continuer la lecture de La société contre l’État selon Pierre Clastres et James C. Scott : micro-bibliographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Tiqqun, le Comité invisible, le Bloom, Tarnac, etc.

Alors que l’affaire de Tarnac s’approche de son épilogue après s’être pas mal dégonflée au fil des années d’instruction et des semaines du procès, je suis en train de lire Maintenant  (voir un extrait) paru voici bientôt un an.

A propos, savez-vous que les autres ouvrages du Comité invisible ainsi que la revue Tiqqun dont Julien Coupat fut un des rédacteurs,  sont partiellement disponibles en ligne, notamment sur le site Bloom0101 ? Plusieurs  articles de Tiqqun ont étaient réédités séparément, notamment à La Fabrique, la maison d’édition d’Éric Hazan. Continuer la lecture de Tiqqun, le Comité invisible, le Bloom, Tarnac, etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Voici deux articles de attribués à Diderot parus dans l’Encyclopédie. Il donne une idée de ce que les philosophes des Lumières savaient de la Chine et de la philosophie chinoise.

Continuer la lecture de La Chine et la philosophie des Chinois dans l’Encyclopédie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

En discutant avec une collègue d’un roman, Le Sang noir, dont l’auteur, Louis Guilloux, évoque son ami le philosophe Georges Palante à travers le portrait du professeur Cripure, je me suis souvenu que Michel Onfray avait consacré un ouvrage à ce philosophe « nietzschéen de gauche ». Je me suis aussi souvenu que j’avais commencé à établir voici plusieurs mois une webographie de ses ouvrages accessibles en ligne. La voici, mais il faudra sans doute des mises à jour… Continuer la lecture de George Palante : une webographie de ses œuvres en ligne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’homme dans l’infini

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté, qu’il éloigne sa vue des objets bas qui l’environnent. Qu’il regarde cette éclatante lumière mise comme une lampe éternelle pour éclairer l’univers, que la terre lui paraisse comme un point au prix du vaste tour que cet astre décrit et qu’il s’étonne de ce que ce vaste tour lui‑même n’est qu’une pointe très délicate à l’égard de celui que ces astres, qui roulent dans le firmament, embrassent. Mais si notre vue s’arrête là que l’imagination passe outre, elle se lassera plutôt de concevoir que la nature de fournir. Tout ce monde visible n’est qu’un trait imperceptible dans l’ample sein de la nature. Nulle idée n’en approche, nous avons beau enfler nos conceptions au-delà des espaces imaginables, nous n’enfantons que des atomes au prix de la réalité des choses. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. Enfin c’est le plus grand caractère sensible de la toute‑puissance de Dieu que notre imagination se perde dans cette pensée. Continuer la lecture de L’homme dans l’infini

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts