Archives par mot-clé : Philosophie

Jacques le fataliste est-il fataliste ?

Suite à l’écoute d’une émission récente sur France Culture (voir ci-dessous), j’ai eu envie d’assembler quelques documents en ligne concernant cette œuvre du grand encyclopédiste, auquel j’ai déjà consacré une chronique intitulée Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité.

A propos de Jacques le fataliste

Diderot et “Jacques le Fataliste”, le 4e épisode de la série Diderot, audacieux au sein des Lumières présentée par l’émission Avec philosophie sur France Culture, 25 avril 2024.

Continuer la lecture de Jacques le fataliste est-il fataliste ?

L’importance du choix, du hasard et dudéterminisme dans une vie humaine : citations

Chacun de nous, en jetant un coup d’œil rétrospectif sur son histoire, constatera que sa personnalité d’enfant, quoique indivisible, réunissait en elle des personnes diverses qui pouvaient rester fondues ensemble parce qu’elles étaient à l’état naissant : cette indécision pleine de promesses est même l’un des plus grands charmes de l’enfance. Mais les personnalités qui s’entrepénètrent deviennent incompatibles en grandissant, et, comme chacun de nous ne vit qu’une seule vie, force lui est de faire un choix.

Henri Bergson, L’évolution créatrice

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans La Lettre de Philosophie magazine du 20 février dernier. Elle est signée Martin Legros, qui conclut ainsi sa missive :

L’art de vivre est un art de la bifurcation, où il s’agit de se glisser dans la meilleure piste qui se dessine, au carrefour de ce que nous sommes et de ce que la vie nous offre. Un peu comme le ski.

Ces considérations semblent s’opposer à l’idée que le hasard et le destin régissent nos vies, le choix supposant le libre arbitre ou tout au moins une certaine marge de liberté et de débrouillardise. Mais ne sommes nous pas conditionnés dans nos choix, car, comme le souligne Spinoza,

Continuer la lecture de L’importance du choix, du hasard et dudéterminisme dans une vie humaine : citations

L’essence du travail intellectuel par Josef Dietzgen

L’ouvrage dont je vous propose ci-dessous quelques éditions en ligne est le premier et le plus connu du tanneur et philosophe socialiste autodidacte allemand Josef Dietzgen (1828-1888). Sur cet auteur apprécié de Marx et Engels, je vous renvoie au dossier réalisé par les Archives Anton Pannekoek.

Les premières éditions en allemand et en anglais

Das Wesen der Menschlichen Kopfarbeit. Hamburg : Otto Meißner, 1869. Autres liens : Marxist.org | Archives Anton Pannekoek

Das Wesen der menschlichen Kopfarbeit : eine abermalige Kritik der reinen und praktischen Vernunft / mit einer Einleitung von Anton Pannekoek. Stuttgart : Dietz, 1903. Autre lien : Archives Anton Pannekoek.

The Nature of Human Brain Work 1869. Chicago :Charles. H. Kerr & Co., 1906.

Continuer la lecture de L’essence du travail intellectuel par Josef Dietzgen

A propos d’une lecture de Sherlock Holmes

Hier soir dans Le Signe des Quatre, je notais ce conseil de lecture donné par Sherlock Holmes au Docteur Watson :

Laissez moi vous recommander ce livre, l’un des plus remarquable jamais écrit. C’est Le Martyre de l’homme de Winwood Reade.

Quand la nouvelle de Conan Doyle est publié en 1890, cela fait dix-huit ans qu’a paru la première édition The Martydom of Man et quinze ans que son auteur est décédé. L’explorateur et historien William Winwood Reade (1838–1875) souhaitait promouvoir dans cet ouvrage la philosophie du libéralisme politique et du darwinisme social. Considéré comme une “bible de substitution pour les laïques”, son ouvrage avait été violemment condamné comme irréligieux par le premier ministre lui-même, William Gladstone. C’est qu’il osait s’en prendre au dogme chrétien.

Continuer la lecture de A propos d’une lecture de Sherlock Holmes

La santé est-elle normale ?

Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore.

Jules Romains, Knock ou Le triomphe de la Médecine

Immobilisé chez moi par une crise de goutte, j’écoutais mardi dernier le deuxième épisode de l’émission Avec philosophie consacrée à la santé. Les invités(1) ont notamment fait référence aux idées de Georges Canguilhem sur la notion de normalité dans le domaine de la santé. Intitulé “La santé est-elle normale ?”, cet épisode ne pouvait que convenir à mon état actuel et m’a rappelé tout naturellement la pièce de Jules Romain qui précède d’une vingtaine d’année la première édition de l’ouvrage de Canguilhem, Le normal et le pathologique, en 1943…

______________________________________________________

  1. Elodie Giroux, professeure des Universités en philosophie des sciences et de la médecine à l’université Jean Moulin Lyon 3, et Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie à l’Université de Paris, directeur du Laboratoire du changement social et politique et membre du comité de rédaction de la revue Esprit.

Le philosophe ignorant par Voltaire

Je viens de noter la parution chez Conspiration éditions d’un ouvrage peu connu de Volaire, Le philosophe ignorant. Paru initalement en 1766, ce livre aborde en 56 questions la philosophie et les doutes de Voltaire, alors âgé de 72 ans.

Il a fait l’objet de trois autres éditions récentes que vous pourrez sans doute trouver chez les libraires, les bouquinistes ou en bibliothèque :

Qui suis-je ? Que suis-je ? Suis-je ?

La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu est un exemple intéressant de bande-dessinée dont le personnage principal est amnésique. Pour une fois, c’est une personne ordinaire, banale, pas comme XIII

Qui suis-je ? Telle est la question que (se) pose l’amnésique prenant soudain conscience de son amnésie, question suivie immédiatement de la recherche de son moi passé, une quête pleine d’obstacles et de mystère. Le thème est bien connu de la bande-dessinée, de la littérature et du cinéma. C’est qu’il semble impensable que l’amnésique ne désire pas retrouver la mémoire, cette mémoire conçue comme le fondement de sa personnalité et aussi de sa responsabilité morale et juridique. Je suis mon passé et la conscience que j’en ai me rend responsable des mes actes, tel est le credo commun.

Continuer la lecture de Qui suis-je ? Que suis-je ? Suis-je ?

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Implantés ou flashés : le bonheur est-il dans une annihilation des émotions ?

Si vous avez pris la peine de visionner la série Le mutant, brièvement signalée dans une récente chronique, vous aurez fait la connaissance des implantés, ces humains dénués d’émotions par la grâce d’un implant électronique situé derrière l’oreille. Ils ne fument pas, ne boivent pas d’alcool, ne ressentent aucun sentiment de colère lorsqu’on les frappe et n’aspirent qu’à la paix. Tel est le moyen utilisé par le mutant Saül Masson pour imposer la paix mondiale. Une horreur pour la société des années 1970 où la consommation d’alcool et de tabac, l’agressivité et la colère étaient considérées comme autant d’attributs positifs de l’homme occidental moderne. Le mutant est une œuvre tragique, angoissante, qui n’incite certainement pas à rire. Le ton est grave, désespéré et désespérant et à la paix universelle imposée par lobotomie informatique s’opposent les moyens parfois fort discutables employés par ses opposants (tentatives d’assassinats contre Saül ; actions terroristes meurtrières contre les partisans des Légions de la Paix).

Continuer la lecture de Implantés ou flashés : le bonheur est-il dans une annihilation des émotions ?

Autour de Simone Weil

Après ma lecture de “Luttons-nous pour la justice ?” j’ai souhaité rassembler ci-dessous un peu de documentation en ligne concernant Simone Weil (1909-1943).

Œuvres de Simone Weil

Livres numérisés en ligne

La plupart de ses ouvrages sont disponibles sur le site Les classiques des sciences sociales.

Ceux indiqués ci-dessous ne se trouvent pas sur ce site, mais ailleurs sur Internet :

Continuer la lecture de Autour de Simone Weil