Archives par mot-clé : Poésie

Choisir la liberté ou la servitude, est-ce une affaire de point de vue et d’éducation ?

Pour tenter de répondre à la question du titre, voici deux textes classiques, forts semblables par les idées, bien différents par la forme.

Continuer la lecture de Choisir la liberté ou la servitude, est-ce une affaire de point de vue et d’éducation ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Charles de Gaulle, barde breton

Dans un article publié dans le n° 95 (mars 2019) de Books, Ferdinand Mount fait allusion à un poète nationaliste breton, oncle du général de Gaulle, également prénommé Charles.

Charlez a Vro-C’hall […] avait appris le gallois, le breton et le gaélique mais ne s’était jamais rendu là où ces langues étaient parlées, étant cloué dans son appartement parisien en raison d’une paralysie progressive.

Comme il se trouve que la Bretagne et le breton suscitent depuis quelques temps mon intérêt, j’ai souhaité en savoir plus.

Continuer la lecture de Charles de Gaulle, barde breton

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Mon bulbe se dessèche à l’odeur des cynames…

Mon bulbe se dessèche à l’odeur des cynames,
Mon pâle cervelet pourrit dans les liqueurs,
Les petits artichauts ont asséché mon âme,
Et les vesses de loups ont fleuri dans mon cœur.

La pendule a sonné, j’ai consulté l’horaire,
Et je suis parti en pleurant comme un enfant.
Au numéro 3 bis de la rue Montorgueil,
Un pauvre homme est tombé qui s’est cassé la gueule.

Ah ! les philosophies ! Ah ! les métempsychoses !
Aveugles, paralytiques, cul-de-jatte, phtisiques !

Je suis roi, je suis dieu, je suis…  surnuméraire de l’enregistrement !

Mon grand-père déclamait souvent le poème ci-dessus dont il attribuait la paternité à son oncle de Chapareillan. Je l’écoutais, d’abord bouche bée, puis le récitait avec lui. L’enfant que j’étais ne comprenait pas tous les mots, notamment ceux que je fais figurer ici en bleu. Je vais tenter de les éclaircir en m’appuyant sur internet et je dédie à ma petite-cousine cet héritage de son arrière-grand-père.

Continuer la lecture de Mon bulbe se dessèche à l’odeur des cynames…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine

Je me suis rendu voici quelques mois à Véretz, près de Tours, pour stage de tai chi qui avait lieu dans une salle polyvalente portant le nom d’Eugène Bizeau. Un sympathique portrait de ce dernier en ornait l’entrée, représentant un  vieillard barbu et souriant affublé d’un grand chapeau de paille. Mes explorations sur internet m’ont permis d’en savoir un peu plus sur ce poète vigneron libertaire. Voici ma moisson. Continuer la lecture de Eugène Bizeau, poète vigneron libertaire en Touraine

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin…

Ne dites pas : la vie est un joyeux festin ;
Ou c’est d’un esprit sot ou c’est d’une âme basse.
Surtout ne dites point : elle est malheur sans fin ;
C’est d’un mauvais courage et qui trop tôt se lasse.


Riez comme au printemps s’agitent les rameaux,
Pleurez comme la bise ou le flot sur la grève,
Goûtez tous les plaisirs et souffrez tous les maux ;
Et dites : c’est beaucoup et c’est l’ombre d’un rêve.

Poème extrait des Stances de Jean Moréas  et trouvé sur le site Un jour un poème.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Autour du site Omar Khayyam Nederland

Le maître d’œuvre du site Omar Khayyam Nederland est Jos Coumans, bibliothécaire et auteur d’une bibliographie sur les robâyiât. Il est secrétaire de la Nederlands Omar Khayyám Genootschap dont ce site est l’expression. Il propose en outre trois autres sites :

Omariana.nl, site dédié à l’actualité des parutions et des congrès consacrés à Omar Khayyam, avec notamment un bulletin d’information.

Omar Khayyam in Nederland, un site en néerlandais.

Concordances of the rubáiyát

Continuer la lecture de Autour du site Omar Khayyam Nederland

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Arles selon… Jean Paul Toulet

Paul-Jean Toulet  1867- 1920

Peu connu du grand public, auteur de plusieurs romans, Paul-Jean Toulet doit surtout sa notoriété à ses poésies réunies dans un ouvrege paru à titre posthume : Les Contrerimes. Parmi celles-ci, l’une des plus célèbres est En Arles.

____________________________________________________________

En Arles

Dans Arles, où sont les Alyscams
Quand l’ombre est rouge, sous les roses,
Et clair le temps,
Prends garde à la douceur des choses,
Lorsque tu sens battre sans cause
Ton coeur trop lourd,
Et que se taisent les colombes :
Parle tout bas si c’est d’amour,
Au bord des tombes.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Trois poèmes complémentaires qui nous parlent de la liberté… et de son contraire

Je vous propose ci-dessous trois poèmes sur la liberté et l’ordre établi, le vagabondage et sa répression. Et à toute personne qui trouverait déplacé d’avoir reproduit les textes les plus récents alors qu’il existe des « ayant-droit » – cela m’a déjà été reproché à propos de la chanson Nuit et brouillard de Jean Ferrat – je rétorquerai que ces poèmes sont déjà largement diffusés sur internet et que, si les ayant-droit eux-mêmes me contactent, je veux bien les retirer, mais cela ne m’empêchera pas de faire un lien vers les sites où on peut les trouver…. Continuer la lecture de Trois poèmes complémentaires qui nous parlent de la liberté… et de son contraire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une fable de tous les temps

Les Animaux malades de la peste

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie.
Le Lion tint conseil, et dit : Mes chers amis,
Je crois que le Ciel a permis
Pour nos péchés cette infortune ;
Que le plus coupable de nous
Se sacrifie aux traits du céleste courroux,
Peut-être il obtiendra la guérison commune.
L’histoire nous apprend qu’en de tels accidents
On fait de pareils dévouements :
Ne nous flattons donc point ; voyons sans indulgence
L’état de notre conscience.
Pour moi, satisfaisant mes appétits gloutons
J’ai dévoré force moutons.
Que m’avaient-ils fait ? Nulle offense :
Même il m’est arrivé quelquefois de manger
Le Berger.
Je me dévouerai donc, s’il le faut ; mais je pense
Qu’il est bon que chacun s’accuse ainsi que moi :
Car on doit souhaiter selon toute justice
Que le plus coupable périsse.
– Sire, dit le Renard, vous êtes trop bon Roi ;
Vos scrupules font voir trop de délicatesse ;
Eh bien, manger moutons, canaille, sotte espèce,
Est-ce un péché ? Non, non. Vous leur fîtes Seigneur
En les croquant beaucoup d’honneur.
Et quant au Berger l’on peut dire
Qu’il était digne de tous maux,
Etant de ces gens-là qui sur les animaux
Se font un chimérique empire.
Ainsi dit le Renard, et flatteurs d’applaudir.
On n’osa trop approfondir
Du Tigre, ni de l’Ours, ni des autres puissances,
Les moins pardonnables offenses.
Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins,
Au dire de chacun, étaient de petits saints.
L’Ane vint à son tour et dit : J’ai souvenance
Qu’en un pré de Moines passant,
La faim, l’occasion, l’herbe tendre, et je pense
Quelque diable aussi me poussant,
Je tondis de ce pré la largeur de ma langue.
Je n’en avais nul droit, puisqu’il faut parler net.
A ces mots on cria haro sur le baudet.
Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
Rien que la mort n’était capable
D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de LA FONTAINE   (1621-1695)

_______________________________________________________________________

Note de Jean Stouff

Ce n’est pas sans raison que je vous propose cette fable qui reste toujours d’actualité. J’en ai vu un exemple récent. Comprenne qui pourra.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts