Archives par mot-clé : Poésie

If… de Kipling

Le poème

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you,
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream – and not make dreams your master;
If you can think – and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss[es];
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your [or our] turn long after they are gone,
And so hold on [to it] when there is nothing in you
Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

If you can talk with crowds and keep your virtue,
‘ Or walk with Kings – nor lose the common touch,
if neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count [on you,] with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And – which is more – you’ll be a Man, my son! Continuer la lecture de If… de Kipling

Oulipien par anticipation (5) Vers échiquetés et autres bizarreries littéraires collectées par Alfred Canel

Pour trouver la pièce de vers cachée dans cet échiquier, il s’agit tout simplement de procéder comme le cavalier du jeu des échecs. Or, on sait que « le cavalier du jeu des échecs fait deux pas, soit à gauche, soit à droite, en avant ou en arrière, mais toujours en se dirigeant d’une case blanche sur une case noire, ou d’une case noire sur une case blanche ».

Pour les initiés, cette courte explication serait suffisante; pour les profanes, il nous a paru nécessaire d’y ajouter l’échiquier à chiffres qui suit :

Continuer la lecture de Oulipien par anticipation (5) Vers échiquetés et autres bizarreries littéraires collectées par Alfred Canel

La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire

Paul Madière. Les poètes parodistes : anthologie de parodies du XVIIe siècle à nos jours. Paris : Louis-Michaud, 1912

Vous trouverez ci-dessous une bibliographie en cours de constitution sur le rire en poésie, qui fera l’objet de mises à jour régulières.

Continuer la lecture de La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire

Anthologies de poésie allemande

Trois poèmes pour commencer

Dû bist mîn, ich bin dîn.
des solt dû gewis sîn.
dû bist beslozzen
in mînem herzen,
verlorn ist das sluzzelîn:
dû muost ouch immêr darinne sîn

Auteur anonyme du XIIe siècle

Die Ros’ ist ohn’ Warum, sie blühet, weil sie blühet.
Sie achtet nicht ihrer selbst, fragt nicht, ob man sie siehet

Angelus Silesius, disique extrait du Cherubinischer Wandersmann

Mein Herz gleicht ganz dem Meere,
Hat Sturm und Ebb’ und Flut,
Und manche schöne Perle
In seiner Tiefe ruht.

Heinrich Mann, dernière strophe du poème Das Fischermädchen extrait de Buch der Lieder

Continuer la lecture de Anthologies de poésie allemande

Anthologies de poésie chinoise

Certaines de mes chroniques ont déjà effleuré la poésie chinoise, qu’il s’agisse de la ballade de Mulan ou de l’anthologie Ombres de Chine d’André Markowicz. Je voudrais vous proposer ici quelques anthologies que vous pourrez trouver soit en ligne soit en librairie et bibliothèque.

Continuer la lecture de Anthologies de poésie chinoise

Épidémies et littérature

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie. […]

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

L’étonnante crise sanitaire que nous traversons ne manquera pas d’inspirer dans quelques mois ou quelques années des romans ou d’autres œuvres littéraires. Du coup, je vais explorer un peu le thème des épidémies en littérature. Je commencerai par quelques études sur ce thème avant de vous proposer une liste d’œuvres.

Dernière mise à jour : 07 juillet 2020.

Continuer la lecture de Épidémies et littérature

Neige, un poème de Mao Zedong

Neige, sur l’air de « Printemps au Jardin de Qin » février 1936

Vue du pays du Nord,
Mille lis que la glace enferme,
Dix mille lis de neige tourbillonnant.
Là-bas, en deçà, par-delà la Grande muraille,
Rien que la steppe à perte de vue ;
Du Grand fleuve, de l’amont à l’aval,
Le flot impétueux s’est soudain figé. […]

Suite de la traduction et texte original, dans l’article de Céline Wang, Controverse autour d’un poème de Mao Zedong « Neige, sur l’air de “Printemps au jardin de Qin” », Études chinoises. 漢學研究, n° 27, p. 11-40.

Autres copies de l’article : copie 1 ; copie 2.

Une autre traduction :

Paysage du Nord :
Mille lis de glace scellés,
Dix mille lis de neige en volée .
De la Grande Muraille, au dedans, au dehors,
Rien qu’une blanche immensité sans bord.
Le grand Fleuve, en amont, en aval,
Perd soudain ses impétueux élans. […]

Lire la suite sur le site Mao Zedong.

Ce poème est extrait de Mao Tsé-toung, Poésies complètes

Autres poèmes de Mao Zedong

Dix poèmes de Mao Tsé Toung, traduction de Philippe Sollers, première publication: Tel Quel n°40, Hiver 1970, repris dans Sur le matérialisme, Seuil.

Le Mont Jinggang, 1928.

Gethsémani

En cette semaine pascale, et bien que je sois un parfait agnostique, ou peut-être à cause de cela, je vous propose deux poèmes de Gérard de Nerval et Alfred de Vigny inspirés de l’agonie de Jésus au Mont des Oliviers, épisode cité dans les évangiles de Matthieu (XXVI, 36-46), de Marc (XV, 32-42) et de Luc (XXII, 39-44), Jean (XVIII, 1) étant très bref.

Si vous souhaitez aller plus loin sur ces poèmes, je vous renvoie aux articles ci-dessus, extraits de la Revue d’histoire littéraire de la France, 1998, vol. 98, n° 3, un numéro spécial consacré au colloque du Bicentaire de la naissance d’Alfred de Vigny, Paris , (22/11/1997)

Continuer la lecture de Gethsémani

Choisir la liberté ou la servitude, est-ce une affaire de point de vue et d’éducation ?

Pour tenter de répondre à la question du titre, voici deux textes classiques, forts semblables par les idées, bien différents par la forme.

Continuer la lecture de Choisir la liberté ou la servitude, est-ce une affaire de point de vue et d’éducation ?