Archives par mot-clé : Poésie

Autour d’Omar Khayyam et des Rubaiyat

Je regroupe ici de manière un peu systématique des liens vers mes chroniques consacrées à Omar Khayyam et à ses rubayat.

Bibliographies
Manuscrits
Traductions
Illustrations
Varia

Littérature et écologie

Escoute, Bûcheron, arreste un peu le bras :
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoûte à force,
Des Nymphes qui vivoient dessous la dure escorce ?

Eh quoi ! tout est sensible !
Pythagore.

Homme, libre penseur ! te crois-tu seul pensant
Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
Mais de tous tes conseils l’univers est absent.

Une sensibilité « écologique » en littérature existe longue date. Sans remonter à Ronsard, Jean-Jacques Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre, le romantisme, les « Vers dorés » de Nerval ou Du progrès dans ses rapports avec le petit bourgeois et avec les maîtres d’école de Rodolphe Töpffer sont là pour en témoigner.

Continuer la lecture de Littérature et écologie

Tombeau d’Axel Kahn

Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
À voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse,
Seul, le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
— Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au cœur !
Il disait : « Si tu peux, fais que ton ame arrive,
À force de rester studieuse et pensive,
Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
Gémir, pleurer, prier, est également lâche.
Fais énergiquement ta longue et lourde tâche
Dans la voie où le sort a voulu t’appeler,
Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler. »

Alfred de Vigny, « La mort du Loup », III

Le dernier message d’Axel Kahn
Son blog
Bibliographie de ses ouvrages

Les épigrammes de Palladas

À quoi bon la pompe et l’apprêt ?
Nu je suis né, nu je mourrai.

Anth. Pal., X, 53

Donné dans la traduction de Marguerite Yourcenar (La Couronne et la Lyre) , le distique ci-dessus est de Palladas poète grec ayant vécu à Alexandrie vers la fin du IVe siècle et le début du Ve siècle, dont cents cinquante épigrammes environ sont conservés dans l’Anthologie palatine.

Marguerite Yourcenar n’hésite pas à affirmer qu’il était païen, comme la plupart des lettrés de son temps, ces païens confrontés à l’avancée d’un christianisme toujours plus sûr de lui depuis la promulgation de l’édit de Milan par Constantin en 313. Christian Lacombrade est cependant plus réservé sur la question dans un article paru en 1953 dans Pallas. Revue d’études antiques, estimant que les critiques de Palladas contre les moines regroupés en multitudes peuvent aussi bien émaner de chrétiens conséquents. Mais qu’importe après tout, cela n’enlève rien à la beauté et à la profondeurs de plusieurs de ses poèmes marqués par la fragilité de la vie, la fuite du temps…

Pour le lire, vous pouvez feuilleter l’Anthologie palatine où ses poèmes sont dispersés. Sachez cependant qu’en 1851 Marie-Louis-Jean-André-Charles Demartin du Tyrac, comte de de Marcellus avait eu la bonne idée de rassembler ses épigrammes dans le second tome de ses Épisodes littéraires en Orient, accessibles sur Gallica et sur Remacle.

La Lorelei

La Lorelei est le nom d’un rocher dressé au-dessus du Rhin près de Sankt Goarshausen, mais aussi d’une fée, digne héritière des sirènes, qui charme les bateliers imprudents… Certains de ceux qui ont appris l’allemand en leurs jeunes années se souviennent sans doute du poème de Heinrich Heine à propos de cette belle ensorceleuse. Mais connaissent-ils l’ensemble de la légende ? Clemens Brentano en a donné sa version vingt ans avant Heine et Alexandre Dumas la sienne une trentaine d’année après la parution de Das Buch der Lieder (1827). Mais lisez plutôt.

Continuer la lecture de La Lorelei

If… de Kipling

Le poème

If you can keep your head when all about you
Are losing theirs and blaming it on you,
If you can trust yourself when all men doubt you,
But make allowance for their doubting too;
If you can wait and not be tired by waiting,
Or being lied about, don’t deal in lies,
Or being hated, don’t give way to hating,
And yet don’t look too good, nor talk too wise:

If you can dream – and not make dreams your master;
If you can think – and not make thoughts your aim;
If you can meet with Triumph and Disaster
And treat those two impostors just the same;
If you can bear to hear the truth you’ve spoken
Twisted by knaves to make a trap for fools,
Or watch the things you gave your life to, broken,
And stoop and build ’em up with worn-out tools:

If you can make one heap of all your winnings
And risk it on one turn of pitch-and-toss,
And lose, and start again at your beginnings
And never breathe a word about your loss[es];
If you can force your heart and nerve and sinew
To serve your [or our] turn long after they are gone,
And so hold on [to it] when there is nothing in you
Except the Will which says to them: ‘Hold on!’

If you can talk with crowds and keep your virtue,
‘ Or walk with Kings – nor lose the common touch,
if neither foes nor loving friends can hurt you,
If all men count [on you,] with you, but none too much;
If you can fill the unforgiving minute
With sixty seconds’ worth of distance run,
Yours is the Earth and everything that’s in it,
And – which is more – you’ll be a Man, my son! Continuer la lecture de If… de Kipling

Oulipien par anticipation (5) Vers échiquetés et autres bizarreries littéraires collectées par Alfred Canel

Pour trouver la pièce de vers cachée dans cet échiquier, il s’agit tout simplement de procéder comme le cavalier du jeu des échecs. Or, on sait que « le cavalier du jeu des échecs fait deux pas, soit à gauche, soit à droite, en avant ou en arrière, mais toujours en se dirigeant d’une case blanche sur une case noire, ou d’une case noire sur une case blanche ».

Pour les initiés, cette courte explication serait suffisante; pour les profanes, il nous a paru nécessaire d’y ajouter l’échiquier à chiffres qui suit :

Continuer la lecture de Oulipien par anticipation (5) Vers échiquetés et autres bizarreries littéraires collectées par Alfred Canel

La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire

Paul Madière. Les poètes parodistes : anthologie de parodies du XVIIe siècle à nos jours. Paris : Louis-Michaud, 1912

Vous trouverez ci-dessous une bibliographie en cours de constitution sur le rire en poésie, qui fera l’objet de mises à jour régulières.

Continuer la lecture de La poésie parodique, burlesque, humoristique, satirique… bref, les poètes du rire