Archives par mot-clé : Poésie

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Thomas Heath Robinson (1869-1953)

Khayyam-THRobinsonThomas Heath Robinson est moins connu ses deux frères, William, le plus célèbre, et Charles, lui aussi illustrateur des robâiyât. Surnommés les trois mousquetaires, ils ont illustré ensemble en 1899  Fairy Tales from Hans Christian Andersen.

Formé à la Cook’s Art School et à la Westminster Art School, Thomas Heath Robinson illustre Fairy Tales from The Arabian Nights en 1899. Il illustre aussiThe Scarlet Letter de Nathaniel Hawthorne,et des ouvrages de Laurence Sterne, d’Elizabeth Cleghorn Gaskell et de William Makepeace Thackeray et contribue à des récits d’aventures dans de nombreux magazines pour la jeunesse ainsi que des livres avec des sujets religieux, comme celui de George R. Lees,  The Life of Christ (1920). He contributed to boys’ adventure stories in numerous magazines as well as to books with religious subjects, such as George R. Lees, (1920). Vous trouverez quelques unes de ses illustrations sur les sites suivants : ArtMagik ; Collection Nelson ; Look and learn.

En 1907, il illustre une édition de la traduction de FitzGerald publiée à Londres chez Ernest Nister. Les illustrations de cette éditions sont visibles sur Flickr et  Very illustrated

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Jeanyee Wong

Wong-Khayyam

Née à San Francisco en 1920, Jeanyee Wong était encore enfant quand ses parents sont venus s’installer à New-York. Ayant intégré la Cooper Union, elle y a suivi les cours du fameux calligraphe Georges Salter. Grâce à l’estime de Fritz Kredel, elle a obtenu son premier travail à l’âge de vingt ans, en illustrant The Wisdow of Confucius dans la traduction de Lin Yutang. Dans les soixante-dix années qui suivent, elle a réalisé plus de 2000 jaquettes et illustré une quarantaine d’ouvrages (cf. article d’Alexandra Cheney sur le blog Speakeasy). Parmi ces derniers en 1961, une édition de la traduction par FitzGerald parue aux Peter Pauper Press (Mount Vernon New-York) dont vous trouverez les illustrations sur le blog dédié à cette artiste par Alex Jay ainsi que sur Very illustrated et sur Flickr.

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát

Great-KhayyamEn faisant quelques recherches sur un de mes sujets de prédilections, les robâiyât d’Omar Khayyâm, j’ai découvert cet ouvrage collectif sur ce sujet :

Ali Asghar Seyed-Gohrab (éd.). The Great ‘Umar Khayyam: A Global Reception of the Rubáiyát. Amsterdam University Press, 1 août 2012. 267 pages. En ligne sur Google livres et sur Open Access.

Rassemblant dix-huit essais sur l’histoire de la réception de l’œuvre dans diverses traductions littéraires et des éditions, ce recueil explore comment la philosophie de Khayyâm du doute, du carpe diem et de l’hédonisme telle que la présente sa poésie, a inspiré des générations de poètes, de romanciers, de peintres , de musiciens, de calligraphes, de cinéastes, de libres penseurs. Ses quatrains sont ainsi utilisés dans l’Iran contemporain comme la littérature de résistance, symbolisant la voix laïque dans les débats culturels face aux fondamentalistes. Mais curieusement, ils sont aussi instrumentalisés par Poutine dans ses relations avec l’Iran.

Comme vous pourrez le remarquer en consultant la table des matières, l’aire culturelle francophone est remarquablement absente. Le seul article émanant d’un chercheur français est celui d’Anne Castaing (INALCO) et porte sur l’influence de Khayyâm en Inde. Sa réception et ses traductions en France, dès le milieu du XIXe siècle, sont négligées.

Par contre, nous pouvons remarquer que les Pays-Bas sont bien représentés : les contributions concernent la réception des robâiyât dans ce pays étant les plus nombreuses (5 sur 18) et la plupart des auteurs sont néerlandais ou enseignent dans une université néerlandaise. C’est ainsi que nous retrouvons Jos Coumans dont je vous ai présenté voici pas mal de temps la remarquable bibliographie. Il nous propose ici un article intitulé An ‘Umar Khayyam Database, où nous apprenons en passant qu’avec

63 éditions néerlandaises (y compris la reproduction), on peut dire que les Pays-Bas, un pays relativement petit , se classe parmi le top mondial dix dans la production de Rubáiyát.

Sans doute est-ce à cette affection particulière des Néerlandais pour cette œuvre que nous devons un des meilleurs sites sur le poète persan : Omar Khayyam Nederland.

Table des matières

Introduction

A.A. Seyed-Gohrab

Khayyam’s Universal Appeal: Man, Wine, and the Hereafter in the Quatrains

Khayyam in Persia

M. Aminrazavi

Reading the Ruba’iyyat as “Resistance Literature”

A.H. Morton

Some ‘Umarian Quatrains from the Lifetime of ‘Umar Khayyam

M. Bagheri

Between Tavern and Madrasa: ‘Umar Khayyam the Scientist

Khayyam in the Arab World and Turkey

M. Alsulami

The Arab ‘Umar Khayyam

Jan Just Witkam

Ahmad Rami’s Arabic translation of the Quatrains of ‘Umar Khayyam

S. Sötemann

Quatrains of ‘Umar Khayyam in Turkish and Turkish Quatrains

Khayyam in the Netherlands

J.T.P. de Bruijn

Other Persian Quatrains in Holland: the Roseraie du Savoir of Husayn-i Azad

M. Goud

Khayyam’s Impact on Modern Dutch Literature

J.D.F. van Halsema

Bitter Certainty: J.H. Leopold on ‘Umar Khayyam

J. Biegstraaten

How ‘Umar Khayyam Inspired Dutch Visual Artists

R. de Groot

The Legacy of ‘Umar Khayyam in Music of the Netherlands

The Russian and Georgian Reception of Khayyam

F. Abdullaeva, N. Chalisova, and Ch. Melville

The Russian perception of Khayyam: from text to image

T. Shurgaia

The Translation of ‘Umar Khayyam’s Poetry into Georgian – a Touchstone for Translators

Khayyam’s Reception in Victorian England

E. Zare-Behtash

The Reception of FitzGerald’s Rubaiyat of ‘Umar Khayyam by the Victorians

Khayyam in India

A. Castaing

Vernacularizing Rubaiyat: the Politics of Madhushala in the context of the Indian  Nationalism

A.  Rangarajan

Attempts at Locating the Rubaiyat in Indian Philosophical Thought

 International Khayyam Data-Base

J. Coumans

An ‘Umar Khayyam Database

Index

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. John Buckland-Wright (1897-1954)

JBW-Khayyam3

JBW_Khayyam4

JBW_Khayyam1

« Je vous préviens que je vais me permettre une totale liberté en faisant ces illustrations … Je vais essayer de faire un poème visuel, oriental dans le sentiment et inspiré par Fitzgerald, mais en aucun cas une illustration littérale. »

Ainsi s’exprime l’illustrateur néo-zélandais John Buckland-Wright dans une lettre à Christopher Sanford, propriétaire des éditions Golden Cockerel Press, ce dernieri lui ayant demandé de réaliser une trentaine de gravure pour une édition des  Rubáiyát d’Omar Khayyam. Pour avoir illustré Mademoiselle de Maupin et Love Night : a Laotian Gallantry chez le même éditeur, l’artiste s’y connait un peu en érotisme gracieux et de bon aloi, allant d’images éthérées à d’autres parfois nettement plus coquines. Bref, il fait partie des illustrateurs qui, comme Ronald Balfour, interprètent l’œuvre d’Omar Khayyam dans le sens de la jouissance et de la sensualité.

L’édition des  Rubáiyát paraît en 1938, mais six ans plus tard, une autre version est produite clandestinement aux Pays-Bas alors occupés par les nazis. Les quatrains ont été traduits en néerlandais par  Henricus Wijbrandus Jacobus Maria Keuls (sous le pseudonyme de Ponticus).

 JBW-Khayyam2

 Pour en savoir plus sur  John Buckland-Wright et son œuvre, je vous conseille de visiter la Brookgallery ou l’exposition en ligne John Buckland Wright – Master of the Burin de la bibliothèque universitaire d »Otago (Nouvelle-Zélande).

Références bibliographiques des deux éditions

The Golden Cockerel Rubaiyat of Omar Khayyam, translated by Fitzgerald.  London, Golden Cockerel Press. 1938.

Kwatrijnen van Omar Khayyam. Amsterdam: Uitgeverij De Bezige Bij [édition l’abeille occupée], 1944.

kwatrinen

 

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Gaston Couté

Gaston-CouteHier, lors d’une discussion avec des amis sur les expressions populaires, Gaston Couté a été évoqué. J’avoue ne pas savoir grand chose de ce chansonnier montmartois originaire de Meung. Alors, ce matin, je suis parti en quête de plus d’informations que j’ai rapidement trouvées sur le site fort bien fait qui lui est consacré. Vous pourrez y  lire ou y écouter ses œuvres chantées par ses nombreux interprètes. Elles ont été publiées en 1977 en cinq volumes par Le Vent du ch’min avec un Glossaire des mots et expressions employés par Gaston Couté.

Grainedanar

Ce poète réaliste proche des anarchistes – il collabore aux revues La Barricade et La Guerre socialevaut la peine d’être redécouvert. A ce propos, je note la réédition en 2006 aux Editions libertaires d’un ouvrage de Pierre Valentin Berthier, Gaston Couté, la vérité et la légende dans la collection « Graine d »anar ».

En 2011, c’était le centenaire de sa mort à Paris à l’âge de 31 ans. Un itinéraire Gaston Couté a été créé et traverse la région Centre en souvenir de la grande balade faite par le poète et son ami Maurice Lucas à la fin de l’été 1899 depuis Le Bardon dans l’Orléanais, à Gargilesse dans le Berry.

Bibliographie disponible sur Wikipédia.et sur Les poètes.net.

Chansons de Gaston Couté par divers chanteurs accessibles sur Youtube ou sur Dailymotion.

Voir aussi le site Du temps des cerises aux feuilles mortes, Oulala.net etc.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Anne Fish (1890-1964)

Anne Harriet Fish était une artiste anglaise utilisant des techniques variées (huile, aquarelle…). Un certain nombre de ses illustrations sont parues dans des magazines comme Vanity Fair, Vogue et The Tatler. Sa suite pour Rubaiyat d’Omar Khayyam – publié en 1922 – est considéré comme son chef-d’œuvre.

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Charles Robinson (1870-1937)

 

Illustrateur britannique, Charles Robinson a accédé à la célébrité, en 1895, avec les gravures réalisées pour A Child’s Garden of Verses de Robert Louis Stevenson. Il a illustré dès 1910  la traduction de FitzGerald. Ses illustrations seront reprises dans des éditions ultérieures dans les années 20 et 30 du siècle dernier.

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Naghi Naghachian

Né à Téhéran Iran, Naghi Naghachian, après avoir terminé ses études en Iran, étudie l’illustration et design de livre à la Hochschule für Gestaltung (HfG) à Offenbach. Il travaille ensuite, illustration et image de marque pour les fabricants de marque leader en Europe comme directeur artistique dans des agences de publicité en Allemagne, de Suisse et d’Angleterre et en tant que freelance graphiste. Concepteur dune police de carctères pour l’écritures arabe, il a édité  et illustrée une édition quadrilingue des Robâiyât (persan, anglai, alleman, français).

Plus d’informations sur son site personnel, sur Linotype et sur Omar Khayyam Nederland.

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm. Hope Beck

Peu d’informations sur cet illustrateur de Die Onherwinbare Hede, Verwerk Uit Die Rubai’yat Van Omar Chajjam (Juta & Co, 1950), traduction en afrikaans par Abr. H. Jonker des traductions anglaise de FitzGerald et allemande deFr.  Bodenstedt .  Plus d’infos.

Autres illustrateurs des robâiyât d’Omar Khayyâm

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts