Archives par mot-clé : Propagande

Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Dans un précédent billet, je faisais allusion au culte impérial mis en place à partir de 1804.

Bref panorama

Outre la gloire miltaire dont est auréolé le général de la Révolution et l’empereur jusqu’à la campagne de Russie, l’un élément fondateur de ce culte est la fête nationale pour laquelle il choisit la date du 15 août, jour de son anniversaire et de la signature du Concordat, symbole d’un retour à l’ordre civil et religieux. Ce jour devient la saint Napoléon, du nom d’un obscur martyr du IVsiècle, Santo Neopolis (ou Neapolis), exhumé fort opportunément par le cardinal Légat Giovanni Battista Caprara à la grande satisfaction de l’empereur.

Désormais, l’Empire aurait son saint ! Il en fit également une date fétiche pour marquer ses réalisations ou ses libéralités. La Saint-Napoléon fut fêtée le 15 août 1806, pour la première fois.

Et ce ne fut pas un hasard, si la première pierre de l’Arc de Triomphe à Paris, fut posée le 15 août 1806. Le 15 août 1809, Berthier sera fait prince de Wagram, Davout, prince d’Eckmühl, Fouché, duc d’Otrante et Masséna, prince d’Essling. C’est encore un 15 août (1810) que fut inaugurée la colonne de la Grande Armée, place Vendôme à Paris et promulgué, le Code civil, dans le grand-duché de Varsovie. Le 15 août 1811, à Bercy, on posa la première pierre de la halle aux vins et le 15 août 1813, le canal de l’Ourcq fut ouvert à la navigation.

Extrait du site Napoléon 1er

Continuer la lecture de Napoléon (9) Saint Napoléon et la religion impériale

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bande dessinée et propagande (1) L’aventure de Célestin Tournevis

Dès le début de l’Occupation, les Allemands, qui manquent d’ouvriers pour remplacer les hommes engagés au combat, ouvrent des bureaux de placement pour inciter les Français à aller travailler en Allemagne. Ils lancent des campagnes de recrutement par la presse et par voie d’affichage qui promettent aux travailleurs volontaires un salaire égal à celui des ouvriers allemands, les mêmes avantages sociaux ainsi qu’une prime d’éloignement. Les travailleurs volontaires sont cependant assez peu nombreux à se présenter.

Extrait du site du Mémorial de Quineville.

L’aventure de Célestin Tournevis est une courte bande dessinée destinée à encourager les travailleurs français à venir en Allemagne.  Elle sera détourné par la Résistance avec Les mésaventures de Célestin Tournevis. L’occupant allemand et Vichy constatant le peu de succès de leur propagande, ce sera l’instauration du tristement célèbre S.T.O. (service du travail obligatoire(1).

Comme vous le verrez, dans la bande dessinée, le sort du travailleur français en Allemagne est largement idéalisé, comme dans les bandes actualités de l’époque. Célestin Tournevis en est tout étonné, lui qui, dans la veine doloriste et expiatoire de Vichy, s’attendait au sort beaucoup plus dur que lui avait décrit le chagrin Têtenbois.

L'aventure de Célestin Tournevis
Cliquez sur l’image pour lire l’histoire

____________________________________________

 (1) Sur le sujet, voir l’ouvrage de Helga Elisabeth Bories-Sawala, Dans la gueule du loup: les Français requis du travail en Allemagne (Presses Univ. Septentrion, 2010) et notamment la partie intitulée Le recrutement de main d’œuvre sur une base « libre » (p. 44-50).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts