Archives par mot-clé : Réaction

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: “A nous, Science humaine”. Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: “Et maintentant?”

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Réactionnaires d’autrefois

Alors que les médias nous fatiguent avec les nouveaux-réactionnaires ou néo-réactionnaires (cf. l’ouvrage de Daniel Linberg récemment réédité) leur faisant ainsi une douteuse publicité et confondant parfois, voire souvent, les vrais réacs et ceux qui ont le malheur de n’être pas tout à fait dans la doxa officielle, je voudrais me pencher un peu sur les réactionnaires d’autrefois, ces conservateurs catholiques mâtinés de royalisme et de nationalisme, opposants farouches à la France républicaine et démocratique héritière de la Révolution. Continuer la lecture de Réactionnaires d’autrefois

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettre de M. Burke à un membre de l’Assemblée national de France

Le 9 mai prochain doit paraître, dans la petite collection des éditions Mille et une nuits, Lettre à un membre de l’Assemblée nationale sur la Révolution et Rousseau du célèbre réactionnaire anglais Edmund Burke.Publié en 1791 peu après Réflexions sur la Révolution en France, ce texte durcit les vues de l’auteur sur les événements révolutionnaires et le rôle joué par Jean-Jacques Rousseau.

En attendant de lire cette édition établie par Patrick Thierry qui a également révisé la traduction, je vous invite à feuilleter sur Google livres la première édition de la traduction française publiée à Paris par le libraire Louis Artaud en novembre 1791.  Précédé d’un assez long  “Avant-propos du traducteur” (p. 1-24), il s’agit d’un pamphlet adressé au constituant François-Louis Thibault de Menonville. A en croire la notice de la BNF, il est “paru la même année, même adresse, dans au moins cinq compositions typographiques différentes”.

Si vous préférez lire ce texte dans sa langue et son édition d’origine, parue en janvier 1791 sous le titre A Letter from Mr. Burke to a member of the National Assembly, in answer to some objections to his book on French affairs, vous pouvez également le faire sur Google livres.

J’en profite pour rappeler que cette année 2012 est celle du tricentenaire Jean-Jacques Rousseau et que ce dernier n’avait pas que des amis, comme le montre le cas d’Edmund Burke, mais aussi de Joseph de Maistre.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Joseph de Maistre contre Rousseau

Pour lire dans le bus, j’ai pris hier matin un des petits livres des éditions Mille et une nuits qui peuplent mes rayons et sont bien commodes à glisser dans la poche de mon blouson. J’ai choisi un peu par hasard un ouvrage de Joseph de Maistre(1), Contre Rousseau : de l’état de nature, paru en 2008 avec des notes et une postface de Yannis Constantinidès(2).

Que le comte savoisien ne soit pas ni un démocrate ni un progressiste est incontestable. N’est-il pas un des piliers de la pensée contre-révolutionnaire de la Restauration à nos jours en passant par les divers courants d’extrême-droite, nazisme compris(3) ? Sans doute, mais il n’est pas sans intérêt de le lire pour son style alerte et caustique et comme témoin d’une époque, celle qui va des Lumières à la Restauration en passant par le choc de la Révolution et de l’Empire.

Champion de la réaction royaliste et catholique, il semble avoir détesté tout particulièrement les livres du philosophe genevois, dont il attaque le Contrat social dans un autre ouvrage posthume, Etude sur la souveraineté(4). Cependant, rien n’est simple et Jean-Yves Pranchère a souligné que cette relation était bien plus complexe qu’il n’y paraît(5).

L’opposition idéologique de Maistre et de Rousseau n’a pas seulement marqué les écrits du premier contre les idées du second. Elle a cristallisé l’opposition politique des conservateurs et des républicains.

A la fin du [XIXe] siècle sous l’impulsion de François Descote et du baron Costa, chefs de file de la droite, Chambéry rend hommage à deux de ses illustres citoyens : Joseph et Xavier de Maistre. Le groupe est réalisé par le sculpteur parisien Ernest Dubois recommandé au comité par Ernest Daudet. Cette célébration est peu appréciée par la gauche qui n’oublie pas que Joseph de Maistre a été le grand théoricien de la contre-révolution. Le parti progressiste prendra sa revanche en 1910 en faisant ériger à son tour une statue à Jean-Jacques Rousseau, inspirateur de la Révolution. C’est la guerre des statues !(6)

________________________________________________

 

(1) Voir sur cet auteur, outre l’article de Wikipédia, le site anglophone qui lui est consacré par Caroline Armenteros et dont voici la présentation dans les signets de la BNF :

Site consacré à Joseph de Maistre (1753-1821), théoricien des Contre-Lumières. Propose notamment une liste des oeuvres numérisées disponibles en ligne et une bibliographie très complète. Comporte des liens vers d’autres sites consacrés à cette époque, ainsi qu’une description des principales archives détentrices de ses manuscrits.

(2) Initialement intitulé Examen d’un écrit de J.-J. Rousseau sur l’inégalité des conditions parmi les hommes et paru à titre posthume, ce texte est accessible tant sur Gallica que sur Google livres. Il n’est cependant pas inutile d’en avoir une édition annotée, car bien des allusions, claires pour les contemporains de l’auteur le sont un peu moins pour nous.

(3) Voir sur ce sujet l’article de Jean Zaganiaris, « Réflexions sur une « intimité » : Joseph de Maistre et Carl Schmitt », L’Homme et la société 2/2001 (n° 140-141), p. 147-167, disponible su Cairn.

(4) Disponible sur Gallica et sur Google livres et repris par en 1992 par les Presses universitaires de France sous le titre De la souveraineté du peuple : un anti-contrat social, dans une édition établie, présentée et annotée par Jean-Louis Darcel.

(5) « Maistre dans la dialectique des Lumières », communication au 51e congrès de lAssociation internationale des études francaises, Cahiers de l’Association internationale des études fr5ncaises, 2000, vol.  52, p. 103-115, disponible sur Persée. Voir du même auteur, L’autorité contre les Lumières : la philosophie de Joseph de Maistre, Librairie Droz, 2004, partiellement consultable sur Google livres.

(6) Cf. l’article Annick Bogey, « Le patrimoine architectural de Savoie au XIXe » , sur le site Sabaudia.org. La maison des Charmettes a consacré à cette guerre des statues une exposition du 15 mai au 31 décembre 2010 : voir le dossier de presse. Sur la statue de Rousseau, voir aussi l’article de Marie-Gabrielle Maistre dans Rousseau Studies.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts