Archives par mot-clé : Recueils

Les Monumenta Germaniae Historica en ligne

En cherchant une édition du Liber ad gloriam martyrum de Grégoire de Tours(1), j’ai été amené à chercher quelques informations sur les Monumenta Germaniae Historica fondés en 1819 par la Gesellschaft für Deutschlands ältere Geschichtskunde. C’est une des entreprises éditoriales les plus prestigieuses pour l’édition critique de textes de l’Antiquité tardive et du Haut Moyen-Age avec ses 300 volumes répartis en cinq séries principales (Scriptores, Leges, Diplomata, Epistolae et Antiquitates) et en 33 sous-séries.

Brepols en propose une version électrronique sur abonnement sur sa base Brepopolis : les eMGB. Je dois dire que cette version n’est pas très aisée d’utilisation(2).

Il existe une autre version en ligne de ce recueil : les digitalen Monumenta Germaniae Historica (dMGH). avec un interface en allemand, ce qui ne devrait pas être insurmontable pour les chercheurs motivés. J’ai pu y trouver sans trop de difficultés l’ouvage que je cherchais.

Par ailleurs, un certain nombres des volumes des MGH sont disponibles sur :

Archive.org

Documenta catholica omnia

Gallica

Bon à savoir si votre bibliothèque n’est pas abonnée à la base Brepols ou si vous avez quelques difficultés à vous y connecter pour d’obscures raisons techniques…

Dernière mis à jour : 7 janvier 2015

____________________

(1) Une version bilingue latin-français est accessible en ligne sur Archive.org dans un volume publié en 1857 et intitulé Les livres des miracles et autres opuscules traduits par H. L. Bordier.

(2) Pour en savoir plus sur les eMGH, voir le dépliant 2012 et le manuel.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France

En préparant ma chronique sur le procès fait au cadavre de Jacques Clément, j’ai pris connaissance de cet intéressant recueil de documents que je vous invite à découvrir.

Constant Leber, Jacques-Barthélémy Salgues et Jean Cohen. Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France : composée, en grande partie, de pièces rares, ou qui n’ont jamais été publiées séparément, pour servir à compléter toutes les collections de mémoires sur cette matière. Paris : G.-A. Dentu, 1838. 20 vol. Disponible sur Gallica.

 

Parties de l’ouvrage et tomes correspondants

Origines ; préliminaires de l’histoire de France : tome 1 et tome 2

Géographie :  tome 2

Culte : tome 3

Organisation sociale : tome 4 ; tome 5 ; tome 6 ; tome 7 ; tome 19 ; tome 20

Civilisation : tome 8 ; tome 9 ; tome 10 ; tome 11 ; tome 12 ; tome 13

Sciences, lettres, arts : tome 14 ; tome 15 ; tome 16

Evènements fameux : tome 17 ; tome 18

Mélanges :  tome 18

 

Extrait de la préface du tome 1 où Constant Leber annonce le plan général de l’ouvrage :

 

PREMIÈRE PARTIE.

ORIGINES; PRÉLIMINAIRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE.

Les origines forment le premier anneau de la chaîne des faits; et conséquemment le premier objet qui se présente dans l’étude distributive des parties de l’histoire. Le peuple dont nous sommes issus n’avait pas les Gaules pour berceau comment et dans quel temps s’y est.il établi ? d’où venait-il alors? quels évènemens ont préparé ou signalé sa conquête ? quels furent ses premiers rois et son existence politique dans sa nouvelle patrie? C’est ce dont traitent les ouvrages réunis sous le titre d’Origines.

DEUXIÈME PARTIE.

GÉOGRAPHIE.

De la connaissance des peuples conquérans, nous devons passer à l’exploration du pays conquis. Nous avons à examiner sa situation, son étendue, ses limites ses rapports géographiques avec des voisins rivaux ou amis. C’est le théâtre des scènes qui vont se développer pour bien comprendre ce qui s’y passe, il faut en connaître le plan et les issues. D’ où Géographie.

TROISIÈME PARTIE.

CULTE.

Vient ensuite la religion, le premier besoin ft disons la première loi des sociétés. Elle est, en effet, le fondement des plus anciennes institutions monarchiques. C’est dans sa croyance et le sentiment des devoirs qu’elle lui impose, qu’il faut d’abord étudier un peuple, pour pénétrer le fond de son caractère et le mobile de ses activons. D’où Culte.

QUATRIÈME PARTIE.

ORGANISATION SOCIALE.

Après la loi divine, ce sont les lois humaines qui appellent immédiatement notre attentiori. Les actes constitutifs etrégulateurs de la société le principe fondamental du gouvernement; l’autorité et les devoirs du chef; les droits et les obligations du sujet; les formes de la représentation nationale; le mode d’administration de la justice; les distinctions qui sont la marque du pouvoir ou la récompense de grandes vertus; la force qui défend les droits ou protège les entreprises du corps politique toutes ces institutions sont autant d’élémens ou de dépendances de Organisation sociale.

CINQUIÈME PARTIE.

CIVILISATION.

L étude des mœurs suit naturellement celle des institutions, qu’il est si difficile d’ en séparer, qui en sont d’ ordinaire ou la règle, ou la conséquence. Ainsi, les grandes solennités; les exercices chevaleresques les signes distinctifs des familles et des castes; les divertissemens publics; les jeux privés les repas; les folles pratiques la  naissance et les progrès du luxe; la rotation des modes; la singularité de certains usages; le caractère superstitieux de quelques autres; et, en général, toutes les circonstances dont le mérite propre est de caractériser l’esprit et les moeurs de nos ancêtres, formeront l’objet du chapitre Civilisation.

SIXIÈME PARTIE.

SCIENCES, LETTRES, ARTS.

L’état des, sciences et des lettres aux principales époques de la monarchie, les variations du langage, les premiers essais et les développemens successifs de l’industrie, et du commerce, se rattachent aussi par les-liens les plus étroits à l’histoire de la civilisation. On trouvera donc la suite nécessaire de ce qui précède, dans la partie Sciences, Lettres, Arts

SEPTIÈME PARTIE.

ÉVÉNEMENT FAMEUX.

Les grands évènemens qui sont la honte ou l’illustration des siècles, peu-vent être considérés comme le produit des institutions et des moeurs. On sent qu’il ne s’agit ici que des faits extraordinaires dont le principe ou la fin plus ou moins déguisée, a paru se dérober à la vue du commun des hommes, et qui ont provoque les recherches particulières des critiques et des savâns. De ce nombre sont les conspirations avortées les actes d’une éclatante justice doit la mémoire pèse encore sur des noms illustres; les fureurs des partis et les sanglantes catastrophes dont ils furent victimes; les crimes d’une ambition toute-puissante ou d’une haute vengeance. C’est ce qu’on a cru devoir comprendre sous le titre d’Evènemens fameux.

HUITIÈME PARTIE.

MÉLANGES.

Nous avons réservé, pour la dernière classe, les observations générales qui se rapportent à tout, et les faits singuliers ou fabuleux qui ne se lient exclusivement à aucune partie d’étude déterminée. Ainsi, les recherches sur des objets de pure curiosité, tels que le chien de Montargis, la fée Mélusine, la reine Pédauqne, le roi d’Yvetot, et les Dissertations complexes qui n’ ont pas dû trouver place dans les parties précédentes fourniront la matière des Mélanges.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Mille et un jours

Contes orientaux ou supercherie littéraire ?

Les Mille et un jours, contes persans paraissent en cinq volumes en 1710, 1711 et 1712. L’ouvrage se présente comme la traduction d’un manuscrit que l’orientaliste François Pétis de La Croix aurait reçu du « Dervis Moclès » (le derviche Fidèle), ce dernier ayant traduit et adapté en persan des récits indiens connus dans une version en langue turque, sous le titre d’al-Farage bada al-schidda. Le conte-cadre est l’histoire d’une princesse du Cachemire, Farrukhnaz, qui, à la suite d’un songe où elle a vu un cerf abandonner une biche dans un piège,

juge les hommes par ce cerf et est persuadée que ce sont tous des ingrats et des perfides.

Continuer la lecture de Les Mille et un jours

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts