Archives par mot-clé : Révolte

L’incendie millénariste

En cherchant sur internet un peu de documentation sur la guerre des paysans, j’ai découvert L’incendie millénariste, un ouvrage qui a pour ambition de traiter du millénarisme depuis les croisades jusqu’aux cultes du Cargo en Mélanésie (voir la table des matière ci-dessous).

Continuer la lecture de L’incendie millénariste

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Deux précurseurs de Thomas Munzer

Voici un mois, à propos de La guerre des pauvres d’Éric Vuillard , j’ai déjà abordé la guerre des paysans (Bauernkrieg) et Thomas Müntzer (ou Münzer ou Munzer). J’y reviens ici en raison d’une de mes lectures actuelles : Thomas Munzer ou la guerre des paysans de Maurice Pianzola.Initialement publié en 1951 et réédité en 1997 aux éditions Ludd, puis en 2015 aux éditions Héros-limite, cet excellent ouvrage fait l’objet sur le blog Dissidence d’un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque auquel je ne vois pas grand chose à ajouter si ce n’est que ce livre se lit comme un roman tout en étant bien documenté et qu’il est pourvu d’une bibliographie commentée où je pense puiser quelques pistes pour de pochaines chroniques.

Continuer la lecture de Deux précurseurs de Thomas Munzer

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La guerre des pauvres

Un petit mot sur La guerre des pauvres, le dernier récit publié Éric Vuillard. Non, il ne s’agit pas des gilets jaunes, encore que la parution de ce mince opuscule début janvier a quelques résonances avec l’actualité sociale de notre beau pays.

L’auteur remonte plus loin dans le temps, à une époque où l’exaspération sociale s’appuyait sur le millénarisme chrétien et l’inversement. La Réforme était à ses débuts et certains prédicateurs exaltés comme Thomas Müntzer tiraient de la Bible des conséquences beaucoup plus extrêmes pour l’ordre social que celles qu’en avait tirées le trop pondéré Martin Luther. L’idée centrale tenait en un mot : égalité. Dans une société hiérarchisée, elle ne pouvait que faire scandale et et fut d’autant plus violemment réprimée que les pauvres, les gueux, les misérables ne se contentaient plus de protester mollement, mais se soulevaient en armes, incendiaient les châteaux, pillaient les demeures des nantis. Telle fut de 1524 à 1526 la guerre des paysans (Bauernkrieg) dans le sud du Saint-Empire romain germanique. Cela se termina mal, très mal pour les révoltés.

Continuer la lecture de La guerre des pauvres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le temps où l’opposition banquetait

S’en souvient-on aujourd’hui ? Du 10 juillet 1847 au février 1848, la campagne des banquets mina progressivement le pouvoir en place. Lancée par les partisans de la réforme, qu’ils soient républicains ou issus de l’opposition dynastique, cette suite de 70 réunions étalée sur plus de sept mois devait aboutir à la révolution de février 1848 et à l’abdication de Louis-Philippe.

Continuer la lecture de Le temps où l’opposition banquetait

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

François-René et les Gilets jaunes au Crépuscule

Essayez de persuader au pauvre, lorsqu’il saura bien lire et ne croira plus, lorsqu’il possédera la même instruction que vous, essayez de lui persuader qu’il doit se soumettre à toutes les privations, tandis que son voisin possède mille fois le superflu : pour dernière ressource il vous le faudra tuer.

François-René de Châteaubriand, Mémoires d’outre-tombe

J ‘ai trouvé la citation ci-dessus sur le blog Chroniques du Yéti au sujet des Gilets jaunes. Châteaubriand, que Maxime Leroy fait figurer dans son anthologie sur Les précurseurs français du socialisme de Condorcet à Proudhon (éditions du Temps présent, 1948), renouvelle ses prophéties sur la révolte des pauvres dans son Essai sur la littérature anglaise :

Continuer la lecture de François-René et les Gilets jaunes au Crépuscule

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La polémique autour de L’homme révolté d’Albert Camus

La parution de L’homme révolté d’Albert Camus suscita une de ces polémiques, dont les intellectuels français sont si friants, avec comme principaux protagonistes, outre l’auteur :

les surréalistes autour d’André Breton qui mènent une vigoureuse critique dans plusieurs fascicules de la revue Arts  à partir d’octobre 1951 et un numéro spécial de La rue intitulé Révolte sur mesure,

les existentialistes Francis Jeanson et Jean-Paul Sartre qui écrivent des articles peu amènes  dans les numéros de mai et d’août 1952 des Temps modernes,

Georges Bataille qui prend la défense de Camus contre les surréalistes dans « Le temps de la révolte » paru dans les n° 55 et 56 de la revue Critique en décembre 1951 et janvier 1952, puis en décembre 1952, avec un nouvel article, « L’affaire de L’homme révolté », cette fois contre Sartre, dans le n° 67 de la même revue (ces deux articles sont

Voir aussi :

d’autres documents sur l’affaire Camus sur le site dédié à André Breton

un article riche en annexes documentaires dans

Voir aussi l’article suivant : Marina Galletti. « Notes sur Bataille, Camus et le surréalisme« . Les Temps Modernes, 2005/1, n° 629, p. 35-42.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts