Archives par mot-clé : Romans et nouvelles

Pastiches de Sherlock Holmes

Sherlock Holmes a donné lieu à une multitude d’adaptations et de pastiches. J’ai découvert que même Conan Doyle a écrit des pastiches de Sherlock Holmes. On trouve des Sherlock Holmes contre Dracula, des Sherlock Holmes contre Fu Manchu, des trucs assez incroyables. Et c’est quasiment toujours intéressant. La Solution à 7 % de Nicholas Meyer, qui explique pourquoi Sherlock est devenu détective, est un très bon roman. L’Ultime défi de Sherlock Holmes, de Michael Dibdin, où Sherlock Holmes est Jack l’Éventreur, est extraordinaire. Les bouquins de René Réouven, La Vie privée de Sherlock Holmes de Mollie et Michael Hardwick… Ce qui est fascinant avec Sherlock Holmes, c’est que c’est un des cas dans la littérature où l’auteur est dépassé par son personnage. Bien sûr, c’est Conan Doyle qui invente le fait que Sherlock Holmes se drogue ou inscrit les initiales de la reine Victoria au revolver sur le mur. C’est Conan Doyle qui lui donne cette passion pour la musique ou qui le fait se retirer dans sa chambre quand, d’un seul coup, il a le cafard. C’est aussi lui qui fait vivre Sherlock Holmes avec un homme, Watson… Avec Sherlock Holmes, Doyle invente un personnage sur lequel on peut broder à l’infini, qui offre toutes les interprétations possibles. J’irai même plus loin, je trouve que finalement, les aventures de Sherlock Holmes les plus belles ne sont peut-être pas celles que Conan Doyle a écrites. Le dernier recueil de nouvelles signé Conan Doyle, qui s’intitule je crois, Son dernier coup d’archet , est magnifique. Mais Une étude en rouge, c’est quand même une intrigue assez simple. Et la moitié du livre est consacrée à la croisade anti-mormons de Conan Doyle… C’est bien, c’est très bien même, mais je trouve que ce n’est pas la plus belle aventure de Sherlock Holmes, alors que L’Ultime défi de Sherlock Holmes, de Michael Dibdin, c’est quasiment un chef-d’œuvre.
Cet extrait des entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet (Du polar. Rivages, 2016) montre toute la richesse et la variété des pastiches consacrés à Sherlock Holmes. Une richesse telle (voir les listes ci-dessous) que cette bibliographie fera nécessairement l’objet de mises à jour régulières.

Continuer la lecture de Pastiches de Sherlock Holmes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Canon holmésien

Le Canon holmésien se compose de 60 histoires (4 romans et 56 nouvelles) publiées de 1887 à 1927 dans le Strand Magazine par  Arthur Conan Doyle. Il s’oppose aux pastiches, que ceux-ci soient inspirés par les untold tales ou untold stories, enquêtes mentionnées, mais non racontées par le Docteur Watson (ex. : Les Exploits de Sherlock Holmes écrit par Adrian Conan Doyle) ou qu’il s’agisse de récits purement apocryphes, inventés de toute pièce hors de toute référence dans le Canon. Continuer la lecture de Le Canon holmésien

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drôles de bibs (6) Biblia et l’imaginaire de la bibliothèque

Quand j’ai fait ma chronique sur Drôle de bibliothèques, chroniques que j’avais prolongé par d’autres sous l’appellation Drôle de bibs, j’ignorais que la Société Française de Littérature Générale et Comparée avait organisé, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, une Université d’été du 4 au 7 juillet 2005 Destinée à une trentaine de doctorants comparatistes issus de la Communauté européenne, celle-ci avait pour principal objectif de familiariser de jeunes chercheurs avec la littérature comparée française, à partir d’un thème favorisant la découverte d’un pan de notre patrimoine culturel, en l’occurrence « l’imaginaire de la bibliothèque ».

Les communications de ces rencontres Biblia sont disponibles en ligne sous le titre L’Europe en bibliothèque(s). Savoir mort et connaissance vivante parmi d’autres actes de colloque de la SFLGC.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie ; j’abandonne mon esprit à tout son libertinage ; je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit, dans l’allée de Foi, nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées ce sont mes catins.

Le début du Neveu de Rameau de Denis Diderot me ravit toujours tant je me sens proche alors en esprit du grand maître d’oeuvre de l’Encyclopédie… toute proportion gardée, évidemment.  🙂 Continuer la lecture de Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

L’exemplaire de L’amitié Scythe dont je vous ai parlé voici plus de trois ans est relié avec un ouvrage de la même époque, paru à Paris chez Sébastien Jorry en 1766 : Euménie et Gondamir, histoire française du tems où commença la monarchie. Son ton est emphatique comme pour le livre sus-nommé. Il met en scène les amours contrariées de deux jeunes gens, l’une Gauloise et l’autre François, entendez par là Franc, car nous sommes au temps de Childéric, le père de Clovis. Un méchant préfet romain ourdit un soulèvement contre ce bon roi et les deux amoureux se retrouvent dans la tourmente, mais voici que… le livre a fini par me tomber des mains et je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire ! Continuer la lecture de Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le Somnambule de Fanny de Beauharnais

somnanbuleConnaissez-vous Fanny de Beauharnais (1737-1813), de son vrai nom Marie Anne Françoise Mouchard de Chaban ? Non ? En fait, moi non plus jusqu’à il y a peu. Femme de l’oncle d’un certain général qui fut le premier époux de la célèbre Joséphine (vous me suivez ?), elle était avant la Révolution proche de maints hommes de lettres (Restif de La Bretonne, Louis-Sébastien Mercier, Olympe de Gouges) et de théâtre (Talma), et l’auteur de quelques romans, poèmes, pièces de théâtre

Continuer la lecture de Le Somnambule de Fanny de Beauharnais

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts