Archives par mot-clé : Romans et nouvelles

Quelques critiques de la société de consommation

En complément de mes chroniques sur la décroissance, je voudrais assembler ici quelques documents sur la critique de la société de consommation. Moquée par Boris Vian (La complainte du progrès)…

Jacques Debroncard (J’suis heureux)…

Continuer la lecture de Quelques critiques de la société de consommation

Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Continuer la lecture de Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Épidémies et littérature

Un mal qui répand la terreur,
Mal que le Ciel en sa fureur
Inventa pour punir les crimes de la terre,
La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom)
Capable d’enrichir en un jour l’Achéron,
Faisait aux animaux la guerre.
Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés :
On n’en voyait point d’occupés
A chercher le soutien d’une mourante vie ;
Nul mets n’excitait leur envie ;
Ni Loups ni Renards n’épiaient
La douce et l’innocente proie.
Les Tourterelles se fuyaient :
Plus d’amour, partant plus de joie. […]

Jean de La Fontaine, Les animaux malades de la peste

L’étonnante crise sanitaire que nous traversons ne manquera pas d’inspirer dans quelques mois ou quelques années des romans ou d’autres œuvres littéraires. Du coup, je vais explorer un peu le thème des épidémies en littérature. Je commencerai par quelques études sur ce thème avant de vous proposer une liste d’œuvres.

Dernière mise à jour : 07 juillet 2020.

Continuer la lecture de Épidémies et littérature

Un mot sur Jean de La Brète

Connaissez vous Mon oncle et mon curé, charmant roman paru pour la première fois en 1889 ? Il connut de nombreuses rééditions jusqu’en 1977, dont deux dans la très populaire collection Nelson, et fut même porté à l’écran en 1939. C’est dire son succès durable auprès du public.

Il s’agit du premier livre de Jean de La Brète, pseudonyme d’Alice Cherbonnel (1858-1945). Cette native de Saumur a publié trente-six romans de 1889 à 1939, dont deux, Mon oncle et mon curé et Un vaincu, furent couronné le prix Montyon de l’Académie française, qui récompense l’ouvrage littéraire le plus utile aux mœurs.

Continuer la lecture de Un mot sur Jean de La Brète

Une défense du roman policier… de 1910

Je ne sais quel gredin, ayant commis une sale action, s’est avisé, l’autre jour de déclarer qu’il avait été entraîné dans la voie du crime par la lecture des romans policiers. Et aussitôt tous les gobeurs de lever les bras au ciel :
— Ah ! c’est bien vrai ! Ces romans corrompent les consciences ! ils invitent les apaches à fonctionner et leur dévoilent les moyens de travailler, au moindre péril possible.
C’est un thème tout fait et les variations ne manquent pas.Eh bien, n’en déplaise à tous ces débineurs de romanciers, je me permettrai de leur affirmer qu’au temps passé, les enseignements donnés au peuple et surtout aux enfants n’étaient ni plus moraux ni plus anodins.
— Mais, vous écriez-vous, il n’y avait pas de journaux avant la fin du XVIIIe siècle !
Soit ! mais il y avait les veillées, il y avait les conteurs de village, il y avait la vieille qui venait s’asseoir au coin du foyer et à qui l’on criait :
— Mère grand, une histoire !
Et selon l’époque, l’histoire, —le conte de la veillée,— était toujours le même, soit une légende brutale, des bandits traqués dans la vallée voisine et se livrant aux pires atrocités, soit une histoire de diable bête à pleurer et qui donnait aux gens le goût du pacte signé avec du sang.
Sont-ce les journaux, —et les romanciers,— qui ont créé, la popularité des Cartouche et des Mandrins, qui ont fait des héros de tous les massacreurs de peuple, —y compris Napoléon, dont on parla beaucoup trop sous le chaume ?
N’est-ce pas dans les chaumières que l’esprit clérical entretenait, par des récits absurdes et mensongers, les histoires de juifs sacrifiant des enfants ou de protestants livrant leurs filles au démon ?
Vous rappelant cette propagande du mal qui se fit pendant des siècles sous le couvert de l’ignorance, de la sottise ou du fanatisme, croyez-vous que vraiment les Gaboriau, les Ponson du Terrail et plus récemment les créateurs de “Sherlock Holmes” ou d’ “Arsène Lupin” soient de si grands criminels ?
Non, certes, car depuis Frédéric Soulié, Alexandre Dumas jusqu’à Rochebourg ou Jules Mary, les romanciers populaires, tout en compliquant leurs intrigues de crimes et d’invraisemblances, ont toujours et quand même dirigé la trame de leurs imaginations vers un dénouement de bonté et de justice. “Nick Carter” ou “Toto Fouinard” sont des chevaliers qui, Don Quichottes modernes, courent le monde pour la défense de la jeune victime, de l’orphelin ou de la veuve éplorée.
Dites que c’est bête : bon ! quoique vous ne soyez pas fichus d’en faire autant ! Mais ne répétez pas cette sottise que nos bandits trouvent en les romans actuels des incitations au crime. C’est faux ! 

Cette défense du roman policier par le romancier Jules Lermina a paru dans les colonnes de L’Aurore, le samedi 6 août 1910. Je l’ai trouvée dans l’introduction de Détectives et policiers #1, une anthologie présentée par Frédéric Serva. Elle est téléchargeable sur eBooks, un site à découvrir, ainsi que Redux, la constellation dont il fait partie.

Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

J’ai abandonné Eugénie Grandet. Je me suis mis au travail, mais sans courage. L’Autodidacte, qui voit que j’écris, m’observe avec une concupiscence respectueuse. De temps en temps, je lève un peu la tête, je vois l’immense faux col droit d’où sort son cou de poulet. Il porte des vêtements râpés, mais son linge est d’une blanchisseur éblouissante. Sur le même rayon il vient de prendre un autre volume, dont je déchiffre le titre à l’envers: La Flèche de Caudebec, chronique normande par Mlle Julie Lavergne. Les lectures de l’Autodidacte me déconcertent toujours.
Tout d’un coup les noms des derniers auteurs dont il a consulté les ouvrages me reviennent à la mémoire: Lambert, Langlois, Lastex, Lavergne. C’est une illumination ; j’ai compris la méthode de l’Autodidacte : il s’instruit dans l’ordre alphabétique.
Je le contemple avec une espèce d’admiration. Quelle volonté ne lui faut-il pas pour réaliser lentement, obstinément un plan de si vaste envergure? Un jour, il y a sept ans (il m’a dit qu’il étudiait depuis sept ans) il est entré en grande pompe dans cette salle. Il a parcouru du regard les innombrables livres qui tapissent les murs et il a dû dire, à peu près comme Rastignac: « A nous, Science humaine ». Puis il est allé prendre le premier livre du premier rayon d’extrême droite ; il l’a ouvert à la première page, avec un sentiment de respect et d’effroi joint à une décision inébranlable. Il en est aujourd’hui à L. K après J, L après K. Il est passé brutalement de l’étude des coléoptères à celle de la théorie des quanta, d’un ouvrage sur Tamerlan à un pamphlet catholique contre le darwinisme: pas un instant il ne s’est déconcerté. Il a tout lu; il a emmagasiné dans sa tête la moitié de ce qu’on sait sur la parthénogenèse, la moitié des arguments contre la vivisection. Derrière lui, avant lui, il y a un univers. Et le jour approche où il se dira, en fermant le dernier volume du dernier rayon d’extrême gauche: « Et maintentant? »

Jean Paul Sartre, La Nausée

Je diffère un peu de l’Autodidacte de Jean-Paul Sartre, car mes lectures tiennent plus du hasard que de la méthode préétablie. Si j’ai lu moi aussi quelques contes et nouvelles de Julie Lavergne (1823-1886), c’est que plusieurs de ses ouvrages figurent dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. Ils viennent de mes arrière-grands-parents dont les idées étaient sans doute en parfaite adéquation avec les écrits de cette monarchiste catholique.

Continuer la lecture de Julie Lavergne, la flèche de Caudebec et Christine de Suède

Romans de la fin d’un monde

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.
 
Nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d’empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins ; descendus au fond inexplorable des siècles avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs sciences pures et appliquées, avec leurs grammaires, leurs dictionnaires, leurs classiques, leurs romantiques et leurs symbolistes, leurs critiques et les critiques de leurs critiques. Nous savions bien que toute la terre apparente est faite de cendres, que la cendre signifie quelque chose. Nous apercevions à travers l’épaisseur de l’histoire, les fantômes d’immenses navires qui furent chargés de richesse et d’esprit. Nous ne pouvions pas les compter. Mais ces naufrages, après tout, n’étaient pas notre affaire.
 
Élam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie… ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre les oeuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles sont dans les journaux.

Paul Valéry, La Crise de l’ Esprit, première lettre (1919)

Avant la fin du monde à laquelle j’ai consacré trois chroniques récécentes, il y a eu de multiples fins d’un monde au cours de la longue histoire de l’humanité. Fin de l’Empire perse face à Alexandre, fin de l’Empire romain d’Occident par pourrissement interne, fin de la Chrétienté médiévale avec la déflagration de la Réforme.

Continuer la lecture de Romans de la fin d’un monde

Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Le monde va finir ; la seule raison pour laquelle il pourrait durer, c’est qu’il existe. Que cette raison est faible, comparée à toutes celles qui annoncent le contraire, particulièrement à celle-ci : Qu’est-ce que le monde a désormais à faire sous le ciel ? []

Charles Baudelaire, Fusées

Je suis en train de lire un très intéressant essai de Jean-Paul Engélibert sur les fictions d’apocalypse. Du coup, j’ai commencé une petite bibliographie sur les les fins du monde dans la littérature et les autres arts au temps de l’anthropocène, ce dernier terme pris dans son acception d’ère débutant à la fin du XVIIIe siècle, avec le début de la révolution industrielle. Si ce petit programme de lecture vous intéresse…

Continuer la lecture de Apocalypses de notre temps : fictions de fin du monde de l’anthropocène

Vies romancées de Jésus

Comme je l’ai écrit précédemment à propos des poèmes de Nerval et de Vigny sur Gethsemani, je suis un parfait (?) agnostique. Néanmoins, ceux qui fréquentent ce carnet depuis quelques temps ont constaté un certain intérêt de ma part pour le Nazaréen à l’origine du christianisme, Paul de Tarse en étant le véritable fondateur. Qu’il s’agisse de certains ouvrages de la bibliothèque de Léon Morin, des documentaires de Gérard Mordillat et de Jérôme Prieur ou de divers sujets inspirés par les évangiles apocryphes, cela fait quelques temps que j’effleure le sujet.

Ayant lu dernièrement King Jesus par Robert Graves, cela m’a donnée envie d’établir une bibliographie de vies romancées de Jésus en vue de futures lectures. Cette bibliographie est nécessairement incomplète et fera l’objet de mises à jour. N’y seront pas inclus les évangiles, qu’ils soient canoniques ou apocryphes, même s’ils contiennent les uns et les autres une large part de fiction, ni les vies écrites par des philologues, des théologiens, des historiens, ce qui laisse notamment de côté la Vie de Jésus par Ernest Renan qui eut cependant une réelle influence sur les littérateurs.

Continuer la lecture de Vies romancées de Jésus

Autour de Machiavel

Je viens de lire Plus ça change de Somerset Maughan (titre original : Then and Now) . Dans ce roman, Niccolo Machiavel est envoyé à Imola par la République de Florence. Il doit y rencontrer le nouveau maître de la Romagne, le duc de Valentinois, un homme dont la volonté de conquête ne semble pas avoir de limites, le terrible et très habile César Borgia. Les multiples entrevues avec cet animal politique ne seront pas sans conséquence sur les idées que se fait le deuxième secrétaire de la chancellerie sur le pouvoir, sa conquête et sa conservation.

Continuer la lecture de Autour de Machiavel