Archives par mot-clé : Romans et nouvelles

Jacques le fataliste est-il fataliste ?

Suite à l’écoute d’une émission récente sur France Culture (voir ci-dessous), j’ai eu envie d’assembler quelques documents en ligne concernant cette œuvre du grand encyclopédiste, auquel j’ai déjà consacré une chronique intitulée Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité.

A propos de Jacques le fataliste

Diderot et “Jacques le Fataliste”, le 4e épisode de la série Diderot, audacieux au sein des Lumières présentée par l’émission Avec philosophie sur France Culture, 25 avril 2024.

Continuer la lecture de Jacques le fataliste est-il fataliste ?

Quand Disney s’inspire du prisonnier de Zenda

Que Walt Disney se soit beaucoup inspiré des contes européens, cela est bien connu depuis Blanche Neige et les sept nains en 1937. Par contre, se souvient-on que Bambi est à l’origine un roman de l’écrivain autrichien Felix Salten ou qu’il existe quelques similitudes entre Un yankee à la cour du Roi Arthur de Mark Twain, où le principal personnage se retrouve en plein monde arthurien à la suite d’un violent coup sur la tête, et Mickey à travers les siècles, dont le héros voyages Un autre exemple ? Voyez ci-dessous.

Mickey n° 16 : Bédéthèque | Journal de Mickey —- Mickey n° 17 : Bédéthèque | Journal de Mickey
Continuer la lecture de Quand Disney s’inspire du prisonnier de Zenda

Le chapitre perdu de Guerre et Paix

Le manuscrit du chapitre perdu de Guerre et Paix a été retrouvé récemment dans les archives de la famille Tolstoï. Ce chapitre, qui avait été supprimé au dernier moment par l’auteur avant la publication originale en 1869, offre un aperçu fascinant de la façon dont Tolstoï développait son intrigue complexe et ses personnages emblématiques.

Le chapitre perdu se situe à la fin du livre premier, après la bataille de Schöngraben. Tandis que Pierre Bezoukhov se remet de ses blessures, il se lie d’amitié avec un soldat de l’armée autrichienne capturé par les Russes. Ce soldat, nommé Franz, se révèle être un homme instruit et plein de sagesse, et les longues discussions entre Franz et Pierre deviennent le point central de ce chapitre perdu.

Dans leurs discussions, les deux hommes discutent de nombreux sujets, allant de la philosophie à la politique, et ils remettent en question les fondements des sociétés dans lesquelles ils vivent. Franz, qui a grandi dans une famille noble déchue, exprime un sentiment de dégoût envers la classe dirigeante et la guerre qui semble si dépourvue de sens.

Pierre, de son côté, se confronte à ses propres convictions, notamment en ce qui concerne sa place dans la société russe. Il commence à ressentir le besoin de s’engager activement pour rendre le monde meilleur. Cette conversation avec Franz marque donc un tournant décisif dans le développement du personnage de Pierre, qui devient désormais un fervent défenseur de la paix et un critique acerbe des injustices de son temps.

Malgré la richesse des idées exposées dans ce chapitre perdu, Tolstoï a finalement décidé de le supprimer de l’œuvre finale. On peut supposer que cette décision était motivée par le souci de ne pas alourdir l’histoire principale, qui est déjà dense et complexe. Néanmoins, la redécouverte de ce chapitre offre aux lecteurs contemporains une nouvelle perspective sur les thèmes fondamentaux de Guerre et Paix.

Dans l’ensemble, ce chapitre perdu de Guerre et Paix nous permet de mieux comprendre l’évolution des idées et des personnages de Tolstoï. Il enrichit notre expérience de lecture en nous donnant un aperçu plus complet de l’univers complexe de cette œuvre majeure de la littérature russe.

Sources du document

Index des nouvelles de Julie Lavergne

Afin de compléter ma chronique sur Julie Lavergne, je vous propose ici un index de ses nouvelles avec quand cela est possible des liens vers les versions numérisées.

A

Aimery de Querceville

Anna Soror

L’Archiviste de Montbriant

Au clair de la Lune

L’Auberge de la vieille Tata (conte gascon)

L’Aurore

Continuer la lecture de Index des nouvelles de Julie Lavergne

Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène par Catulle Mendès

La couverture illustrée du recueil édité par Francis Lacassin est signée par Gino Starace. C’est celle d’une réédition de Monsieur Lecoq (Librairie Arthème Fayard, 1908), le roman d’Émile Gaboriau.

La première fois que j’ai lu Rue des Filles-Dieu, 56, ou L’Héautonparatéroumène, ce devait être en 2018 dans Premières enquêtes, un recueil de roman et nouvelles policières édité par Francis Lacassin, en 2008 chez Omnibus1. Parue initialement en 1895 chez G. Charpentier et E. Fasquelle, cette nouvelle policière de Catulle Mendès (1841-1909) a une grande originalité qui apparait dans son étrange sous-titre, l‘héautonparatéroumène, que seuls les hellénistes peuvent le décrypter, mais à l’époque de Catulle Mendès, ils étaient sans doute plus nombreux qu’aujourd’hui.

Vous ne l’êtes pas et vous souhaitez savoir ce que signifie ce mot ? Ce serait divulgâcher le fin mot de l’énigme. Allez, je vous donne quand même un indice. Une pièce de Sophocle parue dans la collection Série noire et mettant en scène un roi de Thèbes . Sinon, je vous conseille vivement de lire la nouvelle avant de passer à l’article ci-dessous.

_________________________________________

  1. Ce n’était pas un hasard si j’avais emprunté cet ouvrage. Outre Maximilen Heller, ce précurseur de Sherlock Holmes inventé en 1871 par Henri Cauvain, je savais que j’y trouverais cette nouvelle dont la référence m’avait été donné dans Du polar, un recueil d’entretiens de François Guérif avec Philippe Blanchet (Payot, 2013 ; Rivages, 2016).

Isaac Asimov, esquisse de webographie

https://www.youtube.com/watch?v=a2loUSS-Nvc

En visionnant le documentaire Isaac Asimov, l’étrange testament du père des robots diffusé par Arte en septembre 2022, je me suis rappelé l’ébauche inachevée d’une webographie sur Isaac Asimov. Après quelques retouches, je la soumets à votre attention.

Continuer la lecture de Isaac Asimov, esquisse de webographie

Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Continuer la lecture de Voyages temporels

Demain, la Commune ! une anthologie

Je suis en train d’achever la lecture d’une anthologie intitulée Demain, la Commune ! publiée l’an dernier et regroupant des anticipations sur la Commune parues entre 1872 et 1899. Les textes ont été réunis par Philippe Éthuin, que nous avons déjà rencontré à propos d’une anthologie d’uchronies sur Napoléon. Il faut dire qu’il s’y connait un peu dans ce domaine et dans celui des anticipations anciennes dont il explore la richesse dans la collection Archéosf, chez Publie.net.

La préface donne un panorama des ouvrages littéraires inspirés par la Commune de Paris. Son auteur est Jean-Guillaume Lanuque, professeur d’histoire-géographie et collaborateur de la revue Dissidence et du Maitron, où il est spécialiste de l’extrême-gauche marxiste, ce qui n’exclut pas un intérêt certain pour l’histoire de la science-fiction et du merveilleux scientifique.

Vous trouverez ci-dessous les textes qui figurent dans l’anthologie. Les genres littéraires représentés sont divers, de la pochade fantaisiste (Allais) à la nouvelle anarchiste (Souêtre) en passant par la pièce revancharde (Bailly) et la chanson révolutionnaire (Pottier).

Continuer la lecture de Demain, la Commune ! une anthologie