Archives par mot-clé : Romans

A propos de deux concours de plaidoiries

Depuis 22 ans, le Mémorial de Caen invite les avocats du monde entier à plaider la cause, réelle et individuelle, d’une victime dont les droits fondamentaux ont été bafoués. Chaque année, 10 avocats prononcent leur plaidoirie devant un jury composé de personnalités du monde juridique, politique, culturel engagées dans la défense des Droits de l’Homme. A ce concours de plaidoiries des avocats se sont ajoutés celui des élèves avocats depuis 2011 et celui des lycéens qui existe depuis 14 ans. Continuer la lecture de A propos de deux concours de plaidoiries

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une nouvelle traduction de Robinson Crusoé… Et les autres ?

Lu dans le 20 minutes de ce 1er mars 2012 :

Tout le monde le connaît, mais peu ont lu ses aventures. Si Robinson Crusoé est une star, c’est surtout à travers Michel Tournier, son Vendredi ou la Vie sauvage (pour enfants), son Vendredi ou les Limbes du Pacifique (pour adultes), et ses adaptations au cinéma qu’on a surtout découvert l’histoire de ce naufragé sur une terre inconnue. Mais cette année, le texte original connaît un renouveau. Pour la première fois depuis 1836, le texte de Daniel Defoe est débarrassé des emphases de son traducteur romantique Pétrus Borel. « Sa version était très fautive, très obscure », admet Françoise du Sorbier, l’universitaire qui a consacré neuf mois à la nouvelle traduction du célèbre roman. [Lire la suite]

Voir ce qu’en disent La République des lettresBiblioblog et les articles de La Croix.

Mais à propos, quel est le premier traducteur de cet ouvrage en français ? En fait, ils s’y sont mis à deux. Dès 1720 et 1721 (la première édition anglaise est de 1719) paraît à Amsterdam, chez L’Honoré et Châtelain, une traduction due à Thémiseul de Saint-Hyacinthe et Justus Van Effen. Elle s’intitule La vie et les avantures surprenantes de Robinson Crusoe et comporte 3 volumes : le volume 2 a en sous titre Contenant son retour dans son isle, & ses autres nouveaux voyages et le volume 3 Reflexions serieuses et importantes de Robinson Crusoe, faites pendant les avantures surprenantes de sa vie : avec sa vision du monde angelique. D’après le catalogue de la B.N., le premier a traduit la premère moitié du tome 1 et Van Effen le reste. Cette traduction connaît plusieurs éditions chez divers éditeurs jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et au-delà, certaines étant disponible sur Gallica.

Cependant, dès 1766, Aimé-Ambroise-Joseph Feutry en propose une “nouvelle imitation de l’anglais”. Il s’agit d’une version abrégée  qui sera rééditée plusieurs fois. Le XIXe siècle va multiplier les traductions/adaptations pour la jeunesse. En 1809, Feutry fait paraître à Liège, chez F. Lemarié, Le Robinson de la jeunesse, traduction nouvelle, revue et corrigée des Voyages et aventures de Robinson Crusoé, augmentée de l’Histoire d’Alexandre Selkirk dans l’isle de Jean Fernandez. L’année suivante paraît à Limoges, chez M. Ardan,  Le Petit Robinson, ou les Aventures de Robinson Crusoé, trad. de l’anglais de D. Defoe et arrangées pour l’amusement de la jeunesse par Henri Lemaire. En 1832, c’est au tour de Madame de Nouvray de proposer un  Robinson du jeune âge ou Aventures les plus curieuses de Robinson Crusoé

Les années 1830 voient au moins deux traductions nouvelles qui ne sont pas expressément pour la jeunesse. D’abord celle de Madame Amable Testu en 1835 à Paris chez Moutardier : Aventures de Robinson Crusoé par Daniel de Foé…, suivies d’une notice sur Foé et sur le matelot Selkirk, par Louis Reybaud. Elle sera suivie deux autres éditions en 1839 et 1845. La seconde traduction, en 1836, est celle déjà évoquée de Petrus Borel. Rééditée une quarantaine de fois depuis cette date, elle est accessible sur Gallica ou sur la bibliothèque électronique du Québec.

Enfin, je voudrais citer à titre de curiosités deux adaptions du roman à la scène. Le 10 vendémiaire an XIV (2 octobre 1805),  René-Charles Guilbert de Pixérécourt fait jouer à Paris, Porte-Saint-Martin, sur une musique d’A. Piccini et de Gérardin Lacour un Robinson Crusoé, mélodrame en 3 actes, à grand spectacle dont le texte est publié la même année chez Barba. Plus de cinquante ans après, le 23 novembre 1867, Eugène Cormon (P.-E. Piestre) et Hector Crémieux donnent à l’Opéra-Comique Le Robinson Crusoé, opéra-comique en 3 actes, sur une musique de Jacques Offenbach. Le texte est publié l’année suivante chez Michel Lévy frères. Des images en rapport avec ces deux spectacles (costumes, décors) sont accessibles sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts