Archives par mot-clé : Science-fiction

Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Continuer la lecture de Voyages temporels

Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Dernièrement, en recherchant certaines séries télévisées des années 1970-1980, je me suis rappelé de l’une d’elles, diffusée en 1978. J’avais alors 14 ans et j’étais fort friand de science-fiction, domaine auquel appartient Le mutant. Cette mini-série télévisée, écrite par Alain Page et réalisée par Bernard Toublanc-Michel, reprend un thème fort à la mode, surtout à partir de l’entre deux-guerres, avec notamment Le Nouvel Adam (The New Adam) de Stanley G. Weinbaum. On pourrait cependant en trouver des racines plus anciennes, comme nous le verrons chemin faisant.

Continuer la lecture de Les mutants, variations sur un thème de science-fiction

Épidémies et pandémies dans la bande-dessinée de science-fiction et d’anticipation

En ces temps de pandémie dont la fin semble de plus en plus lointaine, j’ai souhaité voir quelles étaient les bandes dessinées qui avaient pu traiter du sujet dans le domaine de la science-fiction et de l’anticipation. Comme vous le verrez, certaines ne sont pas sans quelques ressemblances avec ce qui nous advient actuellement. Dans les liens pour aller plus loin, vous verrez aussi que je ne suis pas le seul à m’être intéressé à ce thème.

Continuer la lecture de Épidémies et pandémies dans la bande-dessinée de science-fiction et d’anticipation

Le savant fou

Quand j’étais enfant, j’écoutais souvent L’étrange docteur Clair, gravé sur un vieux 78 tours qui craquait un peu.

Je me souviens encore de cette chanson légèrement terrifique et j’ai découvert récemment que Georges Ulmer en était l’auteur et que Willy Louis l’avait aussi interprété, deux noms qui, je l’avoue, m’étaient parfaitement inconnus.

Continuer la lecture de Le savant fou

Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Après l’apocalypse dans la bande dessinée

Le site Bédéthèque propose de nombreux thèmes. Celui intitulé Après l’apocalypse présente près de 200 séries de bandes-dessinées – les classiques Jérémiah, Neige, Le Tranceperceneige, et d’autres moins connues – dont les histoires se déroulent après l’effondrement de notre monde, que celui-ci soit dû à l’apocalypse nucléaire, à l’épuisement des ressources, au dérèglement climatique, au chaos politique et j’en passe…

Continuer la lecture de Effondrement et bande dessinée : le cas de Simon du Fleuve

Dystopies : les lendemains qui déchantent

Contre-utopie, anti-utopie et dystopie sont des mots qui, bien que parfois synonymes, ne désignent pas toujours la même chose. Il sera traité ici des dystopies comme des inverses des utopies. Les utopies délivrent la description d’une société ordonnée, rationnelle et donc enviable alors que les dystopies racontent un système cauchemardesque pour les populations qui y vivent. Autre élément, les utopies proposent de régénérer les populations grâce à des valeurs comme l’égalité ou la solidarité alors que les dystopies développent une société atomisée et dont les valeurs morales disparaissent. Au niveau de la structure du récit, les utopies classiques comme celle d’Etienne Cabet se structurent autour du récit de voyage qui analyse un système et des coutumes dans leur généralité d’un point de vue extérieur qui est celui de l’explorateur qui raconte son aventure. Les dystopies, quant à elles, concentrent le récit sur la vision d’un seul personnage principal qui est un habitant qui a toujours vécu dans la dystopie ou vécu déjà plusieurs années dedans.

Il s’agit ici d’une biblio-webographie et non d’une étude sur les dystopies, pour laquelle je ne me sens pas qualifié. Des mises à jour seront faites plus ou moins régulièrement.

Continuer la lecture de Dystopies : les lendemains qui déchantent

Deux cents ans d’utopies parisiennes

Au hasard de mes divagations sur la toile, j’ai découvert un intéressant article de Laurent Portes sur le blog de Gallica : “Paris vu par les utopistes du XIXe siècle”. Cela m’a incité à chercher un peu sur ce thème, collectant au passage

  • Paris Utopie, réédition du livre Paris des utopies publié en 1970 par Yvan Christ
  • Paris au XXe siècle, roman de Jules Verne refusé par l’éditeur Hetzel en 1860 et finalement été publié… en 1994 avec des illustrations de Schuiten

…. en attendant d’autres merveilles !

Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Face aux feux du soleil (titre original : The naked sun) d’Isaac Azimov fait partie du cycle des Robots. Pour être précis, il s’agit de la suite des Cavernes d’acier, qui met en scène le tandem formé par l’inspecteur Lije Baley et son collègue R. Daneel Olivaw. R. pour Robot, car R. Daneel est un androïde.

Pourquoi s’intéreser à cet ouvrage ? C’est que m’est revenue en mémoire une des caractéristiques les plus frappantes de Solaria, la planète où se déroule la deuxième enquête de notre duo de policiers : les habitants y sont habitués dès l’enfance à ne communiquer que par les moyens de télécommunication (écrans, hologrammes) et à n’avoir aucun contact physique direct. Cela ne vous rappelle rien, en ces temps de réseaux sociaux omniprésents et de distanciation sociale décrétée d’en haut ?

Continuer la lecture de Relire Face aux feux du soleil au temps du corona

Relire Le monde d’Edena au temps du corona

Avez-vous lu Le monde d’Edena de Moebius ? Certes, son dernier tome est paru en 2001, ce qui nous remet loin. Pourtant, certaines parties entrent en résonance avec la période que nous traversons. Je pense évidemment au peuple du Nid, les Pif-Paf, qui apparaissent dans le tome 3 paru en 1990 et intitulé La déesse. Rappelez-vous! Ils portent constamment un masque pour les protéger de la “maladie du nez”. Si quelqu’un éternue, c’est la panique !

Quant à la révolte dont un chef arbore une combinaison jaune (!) à points noirs, elle aboutit au renversement de la tyrannique Paterne et au triomphe de clones aux visages indifférenciés…

© Moebius

Mise à jour du 27 août 2021

L’intégrale de la série, dans un format plus réduit a été publiée en 2015 et est toujours disponible en librairie.