Archives par mot-clé : Science-fiction

Quitter la Terre, une pièce de Joël Maillard entre rire et angoisse existentielle

Ce jeudi 17 octobre, à la salle Thélème de l’université de Tours, j’ai assisté avec délectation à Quitter la Terre, un excellent spectacle de Joël Maillard. En voici l’argument :

Il y a quelque temps, j’ai découvert dans une cave un carton rempli d’un chaos de documents divers qui constituent, si j’ai bien compris, les fondements d’une proposition ambivalente de “nouveau départ”, prévoyant l’extinction de la majeure partie de l’humanité devenue stérile, et la survie dans le cosmos de quelques poignées d’individus qui tiendraient des journaux intimes en écoutant de la musique qui calme.

Lire la suite

Cette pièce, qui débute comme une conférence loufoque pour dériver vers de la science-fiction délirante, oscille sans cesse entre rire et questions existentielles, avec une certaine inspiration borgesienne et des réminiscences du Fahrenheit 451 de Bradbury. Jouée par Joëlle Fontannaz et Joël Maillard de la compagnie SNAUT, elle a fait partie de la sélection suisse du festival Off d’Avignon 2018.

Créée en juiillet 2017, elle continue à tourner en France et en Suisse romande en alternant avec une autre pièce de Joël Maillard, Imposture posthume, qui semble être de la même veine de science-fiction existentielle, si j’en crois sa présentation :

En 2099, âgé de 121 ans, le cerveau particulièrement bien conservé grâce à la médecine régénérative, un certain Joël Maillard grave ses souvenirs (ou alors sa dernière pièce) sur un morceau de plastique (son assistant robotique n’ayant pas trouvé de papier).

Bien des siècles plus tard, des archéologues découvrent le manuscrit gravé par le vieux Maillard en 2099, qui est l’un des rares témoignages écrits relatifs à la vie sur Terre dans la seconde moitié du 21e siècle à n’avoir pas disparu…

Lire la suite

Je serais bien curieux de la voir aussi, si l’occasion s’en présentait. En tout cas, je vous recommande chaudement Quitter la Terre. C’est le genre de spectacle dont on sort en ayant l’impression d’être moins bête tout en s’étant amusé et qui donne à réfléchir tout en faisant rire. Comme le dit Joël Maillard, dans La Nouvelle République,

Je fais des spectacles « avec blagues », car je crois au pouvoir libérateur du rire et à son absolue nécessité,

La place des femmes dans la science-fiction

Ce thème mériterait sans doute d’être développé. Pour l’heure, je vous propose cette sélection d’articles trouver sur le site de l’excellentissime magazine Usbek & Rica.

Sur les auteurs féminins de SF

Yannick Rumpala. Ce que la science-fiction doit aux écrivaines

Benjamin Hourcade. Science-fiction : pourquoi il faut absolument lire Ursula Le Guin

Sur l’image des femmes dans la SF

Philothée Gaymard. La Servante écarlate, un manuel pour les dystopies du XXIe siècle

Annabelle Laurent . Et si les femmes avaient « Le Pouvoir » ?

Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Homère. L’Iliade, chant 8, traduction de Leconte de Lisle

Et Thétis aux pieds d’argent parvint à la demeure de Hèphaistos, incorruptible, étoilée, admirable aux Immortels eux-mêmes ; faite d’airain, et que le Boiteux avait construite de ses mains.

Et elle le trouva suant, et se remuant autour des soufflets, et haletant. Et il forgeait vingt trépieds pour être placés autour de sa demeure solide. Et il les avait posés sur des roues d’or afin qu’ils se rendissent d’eux-mêmes à l’assemblée divine, et qu’ils en revinssent de même. Il ne leur manquait, pour être finis, que des anses aux formes variées. Hèphaistos les préparait et en forgeait les attaches.

[…]

Et le corps monstrueux du Dieu se redressa de l’enclume ; et il boitait, chancelant sur ses jambes grêles et torses. Et il éloigna les soufflets du feu, et il déposa dans un coffre d’argent tous ses instruments familiers. Puis, une éponge essuya sa face, ses deux mains, son cou robuste et sa poitrine velue. Il mit une tunique, prit un sceptre énorme et sortit de la forge en boitant. Et deux servantes soutenaient les pas du Roi. Elles étaient d’or, semblables aux vierges vivantes qui pensent et parlent, et que les Dieux ont instruites.

Continuer la lecture de Les robots, une idée déjà ancienne qui remontent à l’Antiquité grecque et chinoise

Sherlock Holmes dans une uchronie steampunk chinoise

Parmi les trois traductions de nouvelles SF chinoises à lire dans le numéro 7 de la revue Impressions d’Extrême-Orient, je voudrais signaler particulièrement « Gastronotopia » (Meishi wutuobang 美食乌托邦) de Han Song 韩松. C’est une uchronie steampunk qui se déroule le monde des Neuf-Régions (c’est aussi l’ancien nom donné à la Chine) où l’ère de la vapeur semble avoir supplanté l’ère de l’électricité et de l’informatique, et dans lequel Sherlock Holmes et le Docteur Watson vont devoir enquêter sur une étrange invention chinoise : l’estomac artificiel externe.

Comme quoi, la liste des pastiches de Sherlock Holmes est sans fin…

Science-fiction chinoise

Le n° 51/52 de Monde chinois, nouvelle Asie est récemment paru. Il s’agit un fascicule thématique intitulé  Le « rêve chinois » et ses doubles : aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone. Comme je le cataloguais, l’envie m’est venue de m’informer un peu sur la science fiction chinoise, qui a acquis depuis quelques années une plus grande notoriété en Occident, notamment avec l’attribution de prestigieux prix Hugo : Continuer la lecture de Science-fiction chinoise

Science-fiction : tentative de webographie

Sites généraux

Actusf

Base de données francophone de l’imaginaire

Bienvenue chez Fred

Le cafard cosmique

Cosmo [†] Ørbüs

Le culte d’Apophis

Empire SF

Just a word

Le mois de la science-fiction à l’ENS (mai 2006)

NooSFere, le site de référence avec en plus des sites hébergés

Poche SF

Quarante-deux

ReS Futurae

RSF-Blog

Science Fiction Studies

Sciences & fictions

Vinyls et science fiction – BDFI

Wagoo

Wikipedia – Portail Science-fiction

Continuer la lecture de Science-fiction : tentative de webographie

Aux origines de la SF : anticipation et merveilleux scientifique d’hier et d’avant-hier

Sites et blogs sur le roman d’anticipation et le merveilleux scientifique

ArchéoSF

Voir aussi la collection ArchéoSF de Publie.net 

ArchéoSF sur Facebook

Lire l’article « Quand un gallicanaute remonte le temps pour découvrir l’avenir : portrait de Philippe Ethuin »

Sur l’autre face du monde :   ancien sitenouveau site

L’Amicale des amateurs de nids à poussière (ADANAP) : une partie concerne l’anticipation ancienne.

Le merveilleux scientifique : une Atlantide littéraire, un article de Fleur Hopkins sur le blog de Gallica.

Voir sur ce même blog le Cycle Merveilleux scientifique.

Un article du site d’Usbek et Rica sur l’ouvrage de Guy Costes et Joseph Altairac, Rétrofictions. Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone.

La Nuit du merveilleux scientifique sur France Culture.

 

Quelques auteurs

Continuer la lecture de Aux origines de la SF : anticipation et merveilleux scientifique d’hier et d’avant-hier

Quel rapport entre Isaac Asimov et la toponymie ?

A la question posée dans le titre, je répondrai : Words on the map. Ce livre est un des très nombreux ouvrages de vulgarisation scientifique de celui qui fut par ailleurs un des plus grands romanciers de science-fiction du XXe siècle.

Pour en savoir plus sur ses livres, voir notamment le Jenkins’ Spoiler-Laden Guide to Isaac Asimov.

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est censé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris