Archives par mot-clé : Socialisme

Autour de… Capital et travail, ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) par Ferdinand Lassalle


Le théoricien socialiste prussien Ferdinand Lassalle (1825-1864) a publié Herr Bastiat-Schulze von Delitzsch, der ökonomische Julian, oder: Capital und Arbeit en janvier 1864, année de sa mort tragique. Dans ce dernier écrit publié de son vivant, il s’en prend à son principal en­nemi, l’économiste libéral Hermann Schulze-Delitzsch (1808-1888), qu’il assimile à l’économiste libéral Frédéric Bastiat (1801-1850), et expose ses conceptions de l’économie dominées par l’idée d’association.

La première traduction française a été réalisée par Benoît Malon (1841-1893) et a eu deux éditions successives.

  • Ferdinand Lassalle. Capital et travail : ou, M. Bastiat-Schulze (De Delitzch) ; première traduction française avec une notice sur le développement du socialisme en France et en Allemagne et sur la vie de Ferdinand Lassalle par B. Malon. 2e édition. Paris : Derveaux, 1881. (Oeuvres complètes de Benoît Malon).

La bibliothèque universitaire des Deux Lions (Tours) conserve un exemplaire de la première édition parmi les ouvrage du fonds Elleinstein provenant de la bibliothèque de l’historien spécialiste du communiste Jean Elleinstein (1927-2002).

Quant à la deuxième édition, il ne vous a pas échappé qu’elle a été publiée parmi les Oeuvres complètes de Benoît Malon. C’est que Benoît Malon (1841-1893), le traducteur et commentateur de l’ouvrage de Lassalle n’est pas n’importe qui au sein le mouvement ouvrier. Il figure parmi les fondateurs de l’Internationale et les membres de la Commune de Paris et a collaboré a de très nombreux journaux et revues en France et à l’étranger.

Mais d’autres traductions existent. D’abord celle d’Eugène Montin, avec une préface et une biographie par le socialiste belge César de Paepe (1841-1890) dès 1881.

Enfin celle du journaliste et socialiste libertaire Victor Dave (1845-1922) et du syndicaliste et militant socialiste Léon Remy (1871-1910).

Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Georges Valois. La monarchie et la classe ouvrière. Paris : Nouvelle Librairie Nationale, [préf. 1909].

La bibliothèque universitaire des Deux Lions à Tours recelle dans son fond Elleinstein au moins deux ouvrages en rapport avec Georges Valois : l’ouvrage dont il est l’auteur, publié en 1909 et dont la notice figure ci-dessus, et Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois en 1932.

Sur le surprenant itinéraire de Georges Valois, je vous renvoie à la chronique que j’ai consacrée à l’ouvrage de Victor Serge voici quelques années. Je remarquerai simplement que La monarchie et la classe ouvrière a été publié du temps de ses années à l’Action français, mouvement auquel il a adhéré en 1906, et peu avant la création du Cercle Proudhon en 1911 où il tentera de regrouper syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse des deux mouvements.

Continuer la lecture de Autour de… La monarchie et la classe ouvrière de Georges Valois

Le temps des ouvriers

Je voudrais vous recommander chaleureusement Le temps des ouvriers, un fabuleux documentaire de Stan Neumann sur l’histoire du monde ouvrier européen du début du XVIIIe siècle à nos jours récemment diffusé sur Arte. Vous trouverez ci-dessous les références de ses quatre parties.

Le Temps de l’usine (1700-1820)

Le Temps des barricades (1820-1890)

Le Temps à la chaîne (1880-1935)

Le Temps de la destruction (de 1936 à nos jours)

Un dictionnaire bibliographique de socialistes espagnols

En cette période de confinement, je m’occupe entre autre avec du catalogage en ligne. En cherchant à identifier un auteur qui se trouvait un syndicaliste catalan, j’ai découvert le site d’une fondation portant le nom d’un homme politique espagnol du tournant des XIXe et XXe siècles, Pablo Iglesias (1850-1925), le fondateur du Parti socialiste ouvrier espagnol (Partido Socialista Obrero Español, PSOE) et du syndicat socialiste de l’Union générale des travailleurs (Unión General de Trabajadores, UGT). Parmi les ressources du site, je vous signale plus particulièrement un dictionnaire biographique du mouvement socialiste espagnol de sa fondation en 1879 à la mort de Franco en 1975.

Front noir (1963-1968)

Les Éditions Non-Lieu publient un ouvrage consacré à la revue Front Noir (1963-1968) qui cherchait à concilier les positions politiques radicales du socialisme des conseils et une expression artistique sans concessions fidèle aux exigences de la Révolution surréaliste.

Pour en savoir un peu plus sur cette revue, lire un article de Zones-subversives. Celui-ci puise ses informations dans un ouvrage du fondateur de la revue, Louis Janover, intitulé Surréalisme, art et politique (Galilée, 1980).

Lire les numéros de la revue en ligne (1963-1967) sur le site Fragments d’Histoire de la gauche radicale.

L’affaire Jules Durand

Le dernier volume de la collection Histoire de la justice de l’Association française pour l’histoire de la justice (AFHJ) a pour titre Punir et réparer en justice du XVe au XXIe siècle. Edité sous la direction de l’historienne médiéviste Claude Gauvard, il traite de plusieurs erreurs judiciaires et condamnations outrancières et des révisions et réhabilitations auxquelles elles ont données lieu.

Voici les victimes de la justice évoquées dans l’ouvrage : Jeanne d’Arc, le chevalier de La Barre, Charles Baudelaire, le capitaine Dreyfus, Jules Durand, Violette Nozière, Patrick Dils, Loïc Sécher. Je pense que la plupart de ces noms évoque quelque chose pour vous, mais savez-vous qui est Jules Durand (1980_1926) ? Non ? Je vous résume l’affaire en quelques mots.

Ce syndicaliste et docker anarchiste (?) du Havre a été accusé à tort d’assassinat et condamné à mort en novembre 1910. Grâce à une importante mobilisation, sa peine est commuée en sept années de réclusion. Gracié partiellement et libéré en février 1911, totalement innocenté en 1918, il n’en est pas moins devenu fou pendant son incarcération et finit sa vit en 1926, dans un asile psychiatrique. Tels sont les effets d’une erreur judiciaire…

Continuer la lecture de L’affaire Jules Durand

La Grève de Samarez et Pierre Leroux : biblio-webographie

Voici quelques années j’avais entrepris de rassembler un peu d’information sur le socialiste républicain Pierre Leroux et un de ses ouvrages emblématiques, La grève de Samarez, écrit lors de son exil à Jersey. Puis j’étais passé à autre chose. J’ai dernièrement retrouvé le brouillon et l’ayant un peu retouché, je le présente à votre attention.

Continuer la lecture de La Grève de Samarez et Pierre Leroux : biblio-webographie

Quatre ouvrages sur l’Individualisme et ses liens complexes avec le socialisme, l’anarchisme et le libéralisme

Au fil des rayons de la bibliothèque où je travaille et aussi parmi mes propres livres, j’ai trouvé quatre rééditions récentes d’ouvrages consacrés à l’individualisme initialement parus dans la première décennie du XXe siècle. Des fois que cela vous intéresse…

Continuer la lecture de Quatre ouvrages sur l’Individualisme et ses liens complexes avec le socialisme, l’anarchisme et le libéralisme

Un rêve de John Ball

Quand Adam bêchait et qu’Eve filait, où était alors le gentilhomme ?

La citation ci-dessus est généralement attribuée à John Ball, ce prêtre anglais disciple de John Wyclif, qui fut avec Wat Tyler, un des principaux meneurs de la révolte des paysans de 1381. A ce titre, il est une référence pour certains socialistes d’Outre-Manche, un peu comme Thomas Mûnzer et la guerre des paysans le sont pour ceux du monde germanophone.

Continuer la lecture de Un rêve de John Ball