Archives par mot-clé : Suisse

Le Sonderbund, une guerre de sécession helvétique : petite webo-bibliographie

Cette guerre du Sondrebond, qu’il dit, c’est la faute des catholiques, ils auraient voulu avoir la Suisse rien qu’à eux et puis c’est fini. Voyez-vous, cette guerre a été finie vite : une bataille et rien de plus. Tant mieux après tout, les guerres, c’est triste. On n’est pas plus riche de s’être battu.

Charles-Ferdinand Ramuz, La Grande Guerre du Sondrebond

Durant trois semaines, du 3 au 29 novembre 1847, la Suisse fut le théâtre d’une guerre de sécession, la guerre du Sonderbund, opposant le Sonderbund, ligues sécessionniste de cantons catholiques conservateurs, à la plupart des autres cantons du pays qui défendent la Confédération suisse. La défaite des sécessionnistes fut suivie de la création l’État fédéral de 1848,

Pourquoi vous rappeler ce bref conflit annonciateur du grand chambardement européen de 1848 ? C’est qu’il ne fut pas sans conséquence pour les perdants, les catholiques conservateurs. Deux décennies plus tard, ils seront même soumis à une version helvétique du Kulturkampf et certains, un peu inquiets pour l’avenir, se tourneront vers le Jura français voisin pour y trouver un éventuel point de chute au cas où. Sans cela, je ne connaîtrais pas Arbois. Il est même certain que je n’existerais pas…

Continuer la lecture de Le Sonderbund, une guerre de sécession helvétique : petite webo-bibliographie

Sur Fritz Zorn

Je suis en train de relire Mars de Fritz Zorn. Ma première lecture de ce récit d’une vie hors de la vie dont la conclusion logique est de mourir du cancer remonte au début des années 1980, j’avais alors entre dix-huit et vingt ans. Ce pamphlet d’une noire ironie contre des “gens biens” égoïstes et coincés m’avait alors fortement marqué, ainsi que ses réflexions sur l’origine psycho-somatique de sa maladie.

Je ne ferai pas ici un énième article sur cet ouvrage – vous en trouverez plus loin une petite sélection – et me contenterai de rassembler un peu de documentation en ligne ou pas.

Citations

L’incipit donne bien le ton de l’ouvrage :

Je suis jeune et riche et cultivé ; et je suis malheureux, névrosé et seul. Je descends d’une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu’on appelle aussi la Rive Dorée. J’ai eu une éducation bourgeoise et j’ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c’est pourquoi j’ai sans doute une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement j’ai aussi le cancer, ce qui va de soi si l’on en juge d’après ce que je viens de dire.

Continuer la lecture de Sur Fritz Zorn

Niklaus Meienberg et Maurice Bavaud, deux consciences helvétiques

Dans le dernier Livres de la semaine, j’ai repéré la réédition récente aux éditions Zoé de l’ouvrage de Niklaus Meienberg, Maurice Bavaud a voulu tuer Hitler. Bonne occasion de présenter à mes compatriotes ces consciences de la Confédération helvétique.

Ma découverte du journaliste suisse alémanique Niklaus Meienberg (1940-1993) est toute récente. Elle s’est faite à travers un roman de Daniel de Roulet, L’Oiselier. Il y est le principal protagoniste, dans le contexte d’assassinats mystérieux, dont celui d’un soldat suisse, de part et d’autre de la frontière franco-suisse, tandis que le Groupe Bélier poursuit son action pour un Canton du Jura unifié, et que la Fraction armée rouge enlève, dans la proche Allemagne, le patron des patrons allemands, Hans-Martin Schleyer.

Continuer la lecture de Niklaus Meienberg et Maurice Bavaud, deux consciences helvétiques

Anatomie historique et géographique du Jura suisse

La République et canton du Jura

C’est le plus jeune des cantons suisses, résultat d’une longue marche vers l’indépendance après des siècles de domination alémanique (prince évêque de Bâle jusqu’en 1792 ; canton de Berne après 1815) ou française (annexion de 1793 à 1814). Sa naissance, à la suite du plébiscite du 23 juin 1974, n’a pas entièrement résolu la question jurassienne.

Continuer la lecture de Anatomie historique et géographique du Jura suisse

Actes de la Société jurassienne d’émulation

Voici quelques années, l’annexe de la bibliothèque familiale située à Arbois recelait entre autres merveilles quelques volumes des Actes de la Société jurassienne d’émulation datant des années 1850-1860. Ils contenaient notamment plusieurs communications de Henri-Joseph-François Parrat, auteur dont je vous ai déjà touché un mot.

La Société jurassienne d’émulation est une société savante suisse fondée en 1847 à l’initiative de Xavier Stockmar, et si elle est jurassienne, c’est en référence à cette partie du Jura située dans la Confédération helvétique, dans l’actuelle République et canton du Jura, et non au département du Jura, où existe une Société d’émulation du Jura fondée en 1817.

Continuer la lecture de Actes de la Société jurassienne d’émulation

A propos de Rodolphe Töpffer

Comme la correspondance d’Alfred Dreyfus avec la marquise Marie-Louise Arconati-Visconti vient de paraître chez Grasset, en cherchant quelques informations sur Raoul Duseigneur, bibliothécaire et ami d’icelle, j’ai découvert plusieurs ouvrages de Rodolphe Töpffer lui ayant appartenus dans le catalogue de la bibliothèque municipale de Lyon.

Du coup, je me suis rappelé qu’à l’occasion de la parution de l’ouvrage de Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée (Impressions nouvelles, 2014), j’avais commencé à rassembler de la documentation en ligne le concernant. J’ai donc repris le brouillon (il en reste encore plus de 450 dans mon écritoire…) et j’ai tenté de lui donner une forme présentable. Voici le résultat. A vous de voir si cela peut vous intéresser.
Continuer la lecture de A propos de Rodolphe Töpffer

Propos décousus sur les origines helvètes de Frankenstein, la météorologie suisse et le Baedeker

Dans  le n° 56 d’Allez savoir !, le magazine de l’UNIL (Université de Lausanne) que j’ai feuilleté dernièrement, un article d’Anne-Sylvie Sprenger nous rappelle que Frankenstein n’aurait pas vu le jour sans la Suisse et ses étés pourris (c’est le titre de l’article, n’y voyez aucune hostilité de ma part pour le pays des verts pâturages… mais pourquoi sont-ils si verts ?).

Au sujet des conditions météorologiques estivales instables de la Confédération – du reste partagé en cet été 1816 avec une bonne partie du globe – il se trouve que je connais une plaisante brochure intitulée Oh ! la Suisse ! impressions partiales en vers libres et quelconques publiée par un touriste grincheux prétendûment nommé Rossberg, pseudonyme alpestre sous lequel se cacherait Auguste-Charles-Lucien Pelecier, militaire natif de Besançon. Il en existe deux éditions sensiblement différentes dans leur début, l’une parue en 1896 à Besançon, l’autre publiée en 1898 à Paris et suivie d’une Palinodie. La première est disponible sur Gallica.

baedekerOutre les conditions météorologiques déplorables d’un séjour en Helvétie, cette satire vise le Baedeker, ce guide du voyageur moderne, qui a pour

[…] but de guider les esprits indécis des gens au goût peu sûr, et pour pour qu’enfin on puisse s’extasier où il faut.

C’est l’ancêtre des Guides Joanne et du Michelin. Inventé par Karl Baedeker, il a sévi auprès des voyageurs du XIXet du début du XXe siècle avec son format poche et sa couverture rouge au lettrage doré. D’abord publié en allemand dès les années 1828 avec le premier tome de Rheinreise, il connait un succès international dont témoigne le nombre de ses éditions en français dès 1832 et en anglais à partir de 1861.

E-rara, bibliothèque électronique suisse de livres anciens

Le portail E-rara est désormais accessible gratuitement sur la Toile. Il contient pour l’instant plus de 800 titres imprimés entre le XVIe et le XIXe siècles.  Projet national mis en oeuvre dans le cadre du programme d’innovation et de coopération E-lib.ch – Bibliothèque électronique suisse, il sert de réservoir général aux imprimés antérieurs à 1900 conservés dans les bibliotèques suisses et  comprendra plusieurs milliers de documents à la fin de 2011.

Plus d’informations sur les sites de la bibliothèque de Genève et de l’ADBS.