Archives par mot-clé : Temps

Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Le temps s’en va, le temps s’en va, madame,
Las! Le temps, non, mais nous nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame.

Le temps est la substance dont je suis fait. Le temps est un fleuve qui m’emporte, mais je suis le fleuve ; c’est un tigre qui me déchire, mais je suis le tigre ; c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

  • Jorge Luis Borges. Une Nouvelle réfutation du temps.

Qu’est-ce que donc le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si quelqu’un pose la question et que je veuille l’expliquer, je ne sais plus. Toutefois, j’affirme avec force ceci : si rien ne passait, il n’y aurait pas de passé ; si rien n’advenait, il n’y aurait pas de futur ; si rien n’était, il n’y aurait pas de présent. Mais ces deux temps, le passé et le futur, comment peut-on dire qu’ils “sont”, puisque le passé n’est plus, et que le futur n’est pas encore ? Quant au présent, s’il restait toujours présent sans se transformer en passé, il cesserait d’être “temps” pour être “éternité”.

Après ma chronique sur les voyages temporels, je voudrais essayer de rassembler ici de la documentation en ligne ou pas sur le temps qui passe sous ses divers aspects. C’est peu dire que le sujet m’intéresse et ma bibliothèque personnelle a quelques ouvrages sur ce thème. J’en compléterai la liste par ce que j’ai pu trouver en ligne.

Continuer la lecture de Biblio-webographie du temps qui passe, qui fuit et qui n’existe pas…

Voyages temporels

C’est arrivé demain (It Happened Tomorrow), film américain René Clair réalisé en 1944

Après mon voyage en uchronie et ma tentative de classification des uchronies individuelles , je voudrais aborder ici le voyage temporel. Il ne s’agit pas ici d’étudier la faisabilité ou non d’un tel voyage, ni d’établir une liste de d’œuvres, même si je ne manquerai pas d’en citer chemin faisant, mais de noter des informations décousues sur divers aspects liés à ce thème.

Dernière mise à jour : 15 avril 2022.

Continuer la lecture de Voyages temporels

L’attention au présent

Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l’avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours, ou nous rappelons le passé pour l’arrêter comme trop prompt, si imprudents que nous errons dans les temps qui ne sont point nôtres et ne pensons point au seul qui nous appartient, et si vains que nous songeons à ceux qui ne sont rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C’est que le présent d’ordinaire nous blesse. Nous le cachons à notre vue parce qu’il nous afflige, et s’il nous est agréable nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l’avenir et pensons à disposer les choses qui ne sont pas en notre puissance pour un temps où nous n’avons aucune assurance d’arriver.

Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé ou à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent, et si nous y pensons, ce n’est que pour en prendre la  lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin. Le passé et le présent sont nos moyens, le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre, et nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.

Blaise Pascal, Les Pensées.

Je suis souvent surpris de lire chez Pascal, à propos du moi, du divertissement ou, dans l’extrait ci-dessus, du peu d’attention que nous portons au présent, des réflexions que l’on retrouvent sous une forme proche dans les préceptes du yoga et du bouddhisme : Continuer la lecture de L’attention au présent

Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Quand vous utilisez une carte topographique, ou pour mieux dire, quand vous la lisez, ce n’est pas seulement une situation figée à un instant t qui s’offre à vous, mais bien toute l’histoire du territoire représenté, une sorte de paysage du temps.

Voyez telle ou telle grande ville, avec son centre historique densément peuplé représenté en noir, ceinturé par les boulevards qui ont remplacé les anciens remparts et auprès desquels s’est fixée la gare de chemin de fer au cours du XIXe siècle. Au-delà, les anciens faubourgs, puis les barres d’immeubles, les zones commerciales et le mitage périurbain des lotissements récents. Bref, la croissance urbaine des deux derniers siècles et ses dégâts collatéraux… Continuer la lecture de Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Histoires de voyages dans le temps

Histoires-de-voyages-dans-le-tempsLe titre de ce bref billet reprend celui du dixième volume de la première série de La Grande anthologie de la science-fiction, volume qui renferme 21 nouvelles sur ce thème. Ce dernier se retrouve aussi bien dans de nombreux ouvrages de science fiction (voir à ce sujet la notice figurant dans le tome 2 du Science-fictionnaire de Stan Barets) que dans des travaux scientifique fort sérieux comme le suggère la conférence ci-dessous du physicien Étienne Klein (voir aussi ses propos sur cette question dans le débat Science-Fiction et philosophie).