Archives par mot-clé : Théâtre

Théâtre d’ombres

En consultant le catalogue des publications des éditions Honoré Champion et Slatkine pour la période d’avril à septembre 2020, j’ai noté la parution début septembre d’un ouvrage de Mariel Oberthür, qui a publié en 2007 Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897). Intitulé Ombres et lumière au théâtre de Séraphin au Chat Noir, son nouveau livre est consacré au théâtre d’ombres, lancé en France dans le dernier quart du XVIIIe siècle par Dominique Séraphin et qui atteindra son apogée avec les spectacles mis en scène par le peintre Henri Rivière au Cabaret du Chat Noir. Art optique accompagné de musique et de chansons, précurseur du cinématographe, spectacle fort prisé de nos aïeux au même titre que la lanterne magique et les panoramas, il s’est comme eux un peu effacé de la culture commune française, même si certains, comme la compagnie Coppélius, en maintiennent encore l’héritage.

Continuer la lecture de Théâtre d’ombres

Confinement massif : la leçon de Knock

LE DOCTEUR

Vous ne pouvez cependant pas mettre tout un canton au lit !

KNOCK

Cela se discuterait. Car j’ai connu, moi, cinq personnes de la même famille, malades toutes à la fois, au lit toutes à la fois, et qui se débrouillaient fort bien. Votre objection me fait penser à ces fameux économistes qui prétendaient qu’une grande guerre moderne ne pourrait pas durer plus de six semaines. La vérité, c’est que nous manquons tous d’audace, que personne, pas même moi, n’osera aller jusqu’au bout et mettre toute une population au lit, pour voir, pour voir ! Mais soit ! Je vous accorderai qu’il faut des gens bien portants, ne serait-ce que pour soigner les autres, ou former, à l’arrière des malades en activité, une espèce de réserve. […]

Jules Romains, Knock ou Le triomphe de la Médecine, acte 3 scène 6

Lecture de la scène 6 de l’acte 3 par Jules Romain
Lecture de l’ensemble la pièce par François Périer (1954)
Film de Jean Brochard avec le génial Louis Jouvet (1951)

Quitter la Terre pour Mars ? Mais y a-t-il de la vie sur Mars ?

En ces temps d’anthropocène, nombreux sont ceux qui souhaitent abandonner notre pauvre planète devenue invivable. En tout cas dans les fictions…

Après Quitter la Terre, la pièce de Joël Maillard dont je vous ai rendu compte en octobre dernier, vous pourrez voir les 16 et 17 mars à la salle Thélème de l’université de Tours un spectacle intitulé Life on mars (rêveries cosmiques…) écrit par la troupe du Théâtre Universitaire de Tours. Celle-ci a imaginé les derniers instants terrestres d’une galerie de personnages face à l’imminence de ce départ massif et de ses conséquences sur leurs destinées.

  • Première remarque agacée. Quitter la Terre, est-ce la solution ? Comme disaient les écologistes allemands de la grande époque, nous nous comportons avec notre planète comme si nous en avions une de rechange dans le coffre arrière… Est-il donc trop tard pour sauver la planète ?
  • Deuxième remarque agacée. Pourquoi le titre du spectacle est-il à moitié en anglais et pourquoi le collectif qui en assure la direction s’est-il affublé d’un nom dans la même langue : NightShot ? Etiemble se retourne dans sa tombe…

Théâtre : esquisse de webographie

Explorer le thème

Histoire et mémoire du théâtre

  • Au théâtre ce soir : un site entièrement consacré à l’émission de Pierrs Sabbagh par deux de ses anciens collaborateurs, Jean-Jacques Bricaire et Fred Kiriloff.

Pratique et théorie

Pièces de théâtres

Textes dans le domaine public en ligne
Textes contemporains
Signalement
  • Entractes SACD : site internet bilingue (français/anglais) hébergé par la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Sa mission est de promouvoir l’écriture dramatique des auteurs vivants d’expression française.
Textes téléchargeables
  • Proscenium : site dédié à la diffusion de textes de théâtre d’auteurs contemporains francophones vivants non édités en diffusant en ligne et permettant le téléchargement de textes inédits de plus de 500 auteurs

Narcisse ou l’ amant de lui-même, premier tentative littéraire de Jean-Jacques Rousseau

[…] Aussi en 1732 Mme de Warens trouvant qu’un jeune homme de 20 ans devait embrasser une carrière active, pria un sien cousin, M. d’Aubonne, agréable versificateur, d’examiner son protégé afin de savoir si elle devait en faire un commis, un abbé ou un ingénieur. M. d’Aubonne interroge le jeune sauvage et dit : « Rousseau est un garçon sans idées, très-borné, s’il n’est pas tout à fait inepte… » Ne blâmons pas trop M. d’Aubonne ; nous l’avons dit, Rousseau, dès qu’il était questionné sur des sujets littéraires, ne pouvait répondre un mot : et l’on conçoit qu’il est difficile d’augurer favorablement d’un garçon de 20 ans, qui ne sait ni parler, ni écrire.

Toutefois l’adolescent timide et rêveur sent par instinct qu’une inféconde médiocrité n’est pas son lot définitif. M. d’Aubonne envoie à Mme de Warens une comédie de sa façon, Jean-Jacques la lit, et prenant la plume… « Voyons, se dit-il, si je suis aussi bête que l’affirme M. d’Aubonne… je veux faire une pièce comme lui. » Aussitôt il invente un sujet, le distribue en scènes comiques et ne s’interrompt qu’après avoir terminé son oeuvre, qu’il intitule : Narcisse ou l’amant de lui-même. Cette pièce renferme des germes de talent ; c’est une pierre d’attente pour l’avenir, mais on n’y trouve rien qui puisse faire présager la nature et la grandeur du génie de Rousseau. Jean-Jacques se fit illusion sur la valeur dramatique de Narcisse. Dix-huit ans plus tard, lorsque le Devin du village eut assuré sa réputation, il céda à cette faiblesse paternelle que trop souvent les auteurs conservent pour les premiers produits de leur plume ; il fit représenter cette pièce à Paris, et bientôt, dans sa franchise républicaine, il prononça courageusement la condamnation littéraire de sa comédie. Le parterre l’écoutait froidement, Rousseau sort du spectacle, entre au café Procope, rendez-vous de tous les beaux esprits, et dit à haute voix, devant tout le monde : « La pièce nouvelle est tombée : elle mérite sa chute, elle m’a ennuyé. Elle est de Rousseau, de Genève…. et je suis ce Rousseau ! »

J.Gaberel. Rousseau et les Genevois

Si vous souhaitez juger par vous-même si le jugement sévère de Rousseau au sujet de sa pièce est justifié ou non, vous pouvez la lire en ligne sur le site Théâtre classique.

Un citateur littéraire, Léonard Gallois

Voici quelques années, j’avais consacré une chronique au Citateur de Pigault-Lebrun. Il s’agissait d’un recueil de citations contre la religion chrétienne publié pour la première fois en 1803 et qui, saisi et condamné sous la Restauration, a connu de nombreuses éditions après 1830.  Ce titre jouissait d’une telle popularité, même au temps de la censure, qu’il a été repris pour  deux ouvrages parus chez Jean-Nicolas Barba sous la plume d’un opposant au régime de la Restauration, le libéral Léonard Gallois. Nul doute que l’éditeur, qui était aussi celui de Pigault-Lebrun, ait été pour quelque chose dans ce choix.

Les deux ouvrages de Léonard Gallois

Le citateur dramatique. Paris : Barba, 1922.

5e éd. Paris : Ledoyen, 1829.

Le citateur des fabulistes français. Paris : J. N. Barba, 1830.

Voir aussi pour ce titre l’ABU

Qui était Léonard Gallois

Gallois [Charles-André-Gustave-Léonard], historien et publiciste, né à Monaco, de parents français, le 30 novembre 1789. Persécuté en 1816 pour cause d’opinions politiques, et arrêté à Toulouse par les verdets, cet écrivain quitta la France et se retira dans sa ville natale, où il fonda un journal dont la publication ne tarda pas à êtra défendue. Il revintalors à Paris, où il rédigea Aristarque et le Bulletin des Chambres, et publia des brochures politiques, dont plusieurs furent déférées aux tribunaux. M. Léonard Gallois, qui s’est signalé parmi les champions les plus énergiques du parti libéral sous la Restauration, a donné ses soins à beaucoup de compilations utiles et de traductions estimées. [Voy. la Biog. de Rabbe . Suppl., et la France littér., t. III, p. 248.]

Joseph Marie Quérard. La littérature française contemporaine, vol.4

Voir aussi la notice Wikipédia.

Quitter la Terre, une pièce de Joël Maillard entre rire et angoisse existentielle

Ce jeudi 17 octobre, à la salle Thélème de l’université de Tours, j’ai assisté avec délectation à Quitter la Terre, un excellent spectacle de Joël Maillard. En voici l’argument :

Il y a quelque temps, j’ai découvert dans une cave un carton rempli d’un chaos de documents divers qui constituent, si j’ai bien compris, les fondements d’une proposition ambivalente de “nouveau départ”, prévoyant l’extinction de la majeure partie de l’humanité devenue stérile, et la survie dans le cosmos de quelques poignées d’individus qui tiendraient des journaux intimes en écoutant de la musique qui calme.

Lire la suite

Cette pièce, qui débute comme une conférence loufoque pour dériver vers de la science-fiction délirante, oscille sans cesse entre rire et questions existentielles, avec une certaine inspiration borgesienne et des réminiscences du Fahrenheit 451 de Bradbury. Jouée par Joëlle Fontannaz et Joël Maillard de la compagnie SNAUT, elle a fait partie de la sélection suisse du festival Off d’Avignon 2018.

Créée en juiillet 2017, elle continue à tourner en France et en Suisse romande en alternant avec une autre pièce de Joël Maillard, Imposture posthume, qui semble être de la même veine de science-fiction existentielle, si j’en crois sa présentation :

En 2099, âgé de 121 ans, le cerveau particulièrement bien conservé grâce à la médecine régénérative, un certain Joël Maillard grave ses souvenirs (ou alors sa dernière pièce) sur un morceau de plastique (son assistant robotique n’ayant pas trouvé de papier).

Bien des siècles plus tard, des archéologues découvrent le manuscrit gravé par le vieux Maillard en 2099, qui est l’un des rares témoignages écrits relatifs à la vie sur Terre dans la seconde moitié du 21e siècle à n’avoir pas disparu…

Lire la suite

Je serais bien curieux de la voir aussi, si l’occasion s’en présentait. En tout cas, je vous recommande chaudement Quitter la Terre. C’est le genre de spectacle dont on sort en ayant l’impression d’être moins bête tout en s’étant amusé et qui donne à réfléchir tout en faisant rire. Comme le dit Joël Maillard, dans La Nouvelle République,

Je fais des spectacles « avec blagues », car je crois au pouvoir libérateur du rire et à son absolue nécessité,

Autour de Machiavel

Je viens de lire Plus ça change de Somerset Maughan (titre original : Then and Now) . Dans ce roman, Niccolo Machiavel est envoyé à Imola par la République de Florence. Il doit y rencontrer le nouveau maître de la Romagne, le duc de Valentinois, un homme dont la volonté de conquête ne semble pas avoir de limites, le terrible et très habile César Borgia. Les multiples entrevues avec cet animal politique ne seront pas sans conséquence sur les idées que se fait le deuxième secrétaire de la chancellerie sur le pouvoir, sa conquête et sa conservation.

Continuer la lecture de Autour de Machiavel

L’histoire comme enquête : réflexions décousues

Les archéologues sont de véritables enquêteurs Avec une ingéniosité incomparable, ils échafaudent peu à peu leur raisonnement (l’on pourrait dire pierre par pierre) jusqu’à ce que la solution logique finisse par s’imposer.

C.W. Ceram

Continuer la lecture de L’histoire comme enquête : réflexions décousues

Autrement mêmes, une collection de L’Harmattan

Les marrons de Louis Timagène Houat m’ont fait penser à une collection de L’Harmattan déjà rencontré lorsque j’ai abordé Le philosophe nègre de Gabriel Maihol ou Le Blanc et le Noir de Pigault-Lebrun. Il s’agit d’Autrement mêmes, dont voici la présentation sur le site de l’éditeur :

Cette collection présente en réédition des textes introuvables en dehors des bibliothèques spécialisées, tombés dans le domaine public et qui traitent, dans des écrits de tous genres normalement rédigés par un écrivain blanc, des Noirs ou, plus généralement, de l’Autre. [Lire la suite]

A mon avis, c’est une mine sur le sujet…