Archives par mot-clé : Traductions

Felix qui potuit rerum cognoscere causas…

Felix qui potuit rerum cognoscere causas,
Atque metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus, streptitumque Acheronis avari.

 Ces quelques vers, extraits du livre II des Géorgiques de Virgile, figurent à la fin du dernier chapitre du Traité des Trois imposteurs Il n’est pas rare de les voir cités dans des textes d’auteurs aussi divers que Voltaire et Monseigneur Dupanloup, du temps où les humanités classiques étaient encore dominantes et respectées.

Je voudrais simplement vous proposer ici quelques unes des traductions qui en ont été données aux cours des trois derniers siècles. Comme vous le constaterez, elles ont plutôt gagné en sobriété. 

Celle de l’abbé Jacques Delille (1738-1823), disponible sur Remacle :

Heureux le sage, instruit des lois de la nature,
Qui du vaste univers embrasse la structure,
Qui dompte et foule aux pieds d’importunes erreurs,
Le sort inexorable et les fausses terreurs ;
Qui regarde en pitié les fables du Ténare,
Et s’endort au vain bruit de l’Achéron avare !

Celle Louis-Étienne Héricart de Thury, figurant  parmi les inscriptions des catacombes et reprise dans l’ouvrage de Xavier Ramette et Gilles Thomas, Inscriptions des catacombes de Paris: Arrête ! C’est ici l’empire de la mort :

Heureux celui qui, remontant à la source des choses, s’est défait de toute crainte, qui se rit du destin, et qui – sous ses pieds – a mis les frayeurs de l’insatiable Achéron.

Celle d’Auguste Sommer parue en 1853 et disponible sur le site de Latin, grec, juxta :

Heureux celui qui peut connaître les premières causes des choses ! Heureux celui qui a mis sous ses pieds les vaines terreurs des mortels, l’inexorable Destin et le bruit de l’avare Achéron !

Celle Maurice Rat, parue en 1932 et disponible sur Remacle, Itinera electronica et Bibliotheca classica selecta :

Heureux qui a pu connaître les causes des choses et qui a mis sous ses pieds toutes les craintes, et l’inexorable destin, et le bruit de l’avare Achéron !

Celle de M.T. figurant sur le site de l’académie de Nancy-Metz :

Heureux qui a su connaître les lois des choses,  terrasser toutes les peurs, l’intraitable destin, le tapage de l’Achéron vorace !

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire des traductions en langue française. XIXe siècle : 1815-1914

Je voudrais vous signaler cet ouvrage récent, le premier à paraître d’une série de quatre. J’ai déjà parcouru ce qui concerne les traductions du chinois – cela fera peut-être l’objet d’une future chronique… – et je le trouve vraiment très intéressant sur un aspect important de l’histoire culturelle de notre pays et de ses échanges avec le vaste monde.

A lire et à écouter :

le site de l’éditeur

l’article de Claire Placial sur le carnet Langues de feu

l’entretien sur If verso de Camille Bloomfiel avec Yves Chevrel, coéditeur du livre avec Jean-Yves Masson

les émissions La fabrique de l’histoire du 10 octobre et  Tire ta langue du 14 octobre sur France culture

la quatrième de couverture reproduite ci-dessous :

Depuis une quarantaine d’années, l’intérêt pour la traduction n’a cessé de croître en France, bien au-delà du monde universitaire. Pourtant, les traducteurs restent encore dans l’ombre de l’Histoire, et avec eux, ce fait pourtant incontestable qu’à côté des oeuvres écrites dans une langue, les traductions d’hier et d’aujourd’hui font partie du patrimoine de celle-ci.

Premier à paraître d’un ensemble de quatre volumes qui retraceront l’histoire des traductions en langue française depuis l’invention de l’imprimerie, cet ouvrage s’inscrit dans un ambitieux projet coordonné à l’université Paris-Sorbonne par Yves Chevrel et Jean-Yves Masson, professeurs de littérature comparée. Ni dictionnaire, ni encyclopédie, ni simple compilation de références, il se veut une véritable histoire : celle des oeuvres traduites, des traducteurs et des actes de traduction en langue française, dans tous les domaines où la traduction a joué un rôle, partout où le français a servi de langue de traduction.

Fruit de la collaboration d’une soixantaine de spécialistes qui se sont efforcés de rendre accessibles leurs recherches, ce volume qui traite du dix-neuvième siècle s’ouvre par l’examen de grandes questions d’ensemble (théories de la traduction, statut des traducteurs, place des traductions dans la production éditoriale…) avant de se pencher sur les traductions littéraires, par grands genres (poésie, théâtre, fiction…), et non littéraires, par grands domaines intellectuels (sciences, religions, droit, philosophie…). Le tout s’accompagne d’un index de près de deux mille traducteurs dont le rôle a été très largement méconnu jusqu’ici.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une nouvelle traduction de Robinson Crusoé… Et les autres ?

Lu dans le 20 minutes de ce 1er mars 2012 :

Tout le monde le connaît, mais peu ont lu ses aventures. Si Robinson Crusoé est une star, c’est surtout à travers Michel Tournier, son Vendredi ou la Vie sauvage (pour enfants), son Vendredi ou les Limbes du Pacifique (pour adultes), et ses adaptations au cinéma qu’on a surtout découvert l’histoire de ce naufragé sur une terre inconnue. Mais cette année, le texte original connaît un renouveau. Pour la première fois depuis 1836, le texte de Daniel Defoe est débarrassé des emphases de son traducteur romantique Pétrus Borel. « Sa version était très fautive, très obscure », admet Françoise du Sorbier, l’universitaire qui a consacré neuf mois à la nouvelle traduction du célèbre roman. [Lire la suite]

Voir ce qu’en disent La République des lettresBiblioblog et les articles de La Croix.

Mais à propos, quel est le premier traducteur de cet ouvrage en français ? En fait, ils s’y sont mis à deux. Dès 1720 et 1721 (la première édition anglaise est de 1719) paraît à Amsterdam, chez L’Honoré et Châtelain, une traduction due à Thémiseul de Saint-Hyacinthe et Justus Van Effen. Elle s’intitule La vie et les avantures surprenantes de Robinson Crusoe et comporte 3 volumes : le volume 2 a en sous titre Contenant son retour dans son isle, & ses autres nouveaux voyages et le volume 3 Reflexions serieuses et importantes de Robinson Crusoe, faites pendant les avantures surprenantes de sa vie : avec sa vision du monde angelique. D’après le catalogue de la B.N., le premier a traduit la premère moitié du tome 1 et Van Effen le reste. Cette traduction connaît plusieurs éditions chez divers éditeurs jusqu’à la fin de l’Ancien Régime et au-delà, certaines étant disponible sur Gallica.

Cependant, dès 1766, Aimé-Ambroise-Joseph Feutry en propose une “nouvelle imitation de l’anglais”. Il s’agit d’une version abrégée  qui sera rééditée plusieurs fois. Le XIXe siècle va multiplier les traductions/adaptations pour la jeunesse. En 1809, Feutry fait paraître à Liège, chez F. Lemarié, Le Robinson de la jeunesse, traduction nouvelle, revue et corrigée des Voyages et aventures de Robinson Crusoé, augmentée de l’Histoire d’Alexandre Selkirk dans l’isle de Jean Fernandez. L’année suivante paraît à Limoges, chez M. Ardan,  Le Petit Robinson, ou les Aventures de Robinson Crusoé, trad. de l’anglais de D. Defoe et arrangées pour l’amusement de la jeunesse par Henri Lemaire. En 1832, c’est au tour de Madame de Nouvray de proposer un  Robinson du jeune âge ou Aventures les plus curieuses de Robinson Crusoé

Les années 1830 voient au moins deux traductions nouvelles qui ne sont pas expressément pour la jeunesse. D’abord celle de Madame Amable Testu en 1835 à Paris chez Moutardier : Aventures de Robinson Crusoé par Daniel de Foé…, suivies d’une notice sur Foé et sur le matelot Selkirk, par Louis Reybaud. Elle sera suivie deux autres éditions en 1839 et 1845. La seconde traduction, en 1836, est celle déjà évoquée de Petrus Borel. Rééditée une quarantaine de fois depuis cette date, elle est accessible sur Gallica ou sur la bibliothèque électronique du Québec.

Enfin, je voudrais citer à titre de curiosités deux adaptions du roman à la scène. Le 10 vendémiaire an XIV (2 octobre 1805),  René-Charles Guilbert de Pixérécourt fait jouer à Paris, Porte-Saint-Martin, sur une musique d’A. Piccini et de Gérardin Lacour un Robinson Crusoé, mélodrame en 3 actes, à grand spectacle dont le texte est publié la même année chez Barba. Plus de cinquante ans après, le 23 novembre 1867, Eugène Cormon (P.-E. Piestre) et Hector Crémieux donnent à l’Opéra-Comique Le Robinson Crusoé, opéra-comique en 3 actes, sur une musique de Jacques Offenbach. Le texte est publié l’année suivante chez Michel Lévy frères. Des images en rapport avec ces deux spectacles (costumes, décors) sont accessibles sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

(Dernière mise à jour : 12 mars 2016)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l’héroïne d’une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s’était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l’armée des rois Wei au temps de l’empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu’un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d’armes qui pendant toutes ces années n’avaient pas soupçonné qu’elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l’histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l’empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l’obstination de l’empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l’empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L’histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l’époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l’armée)  et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l’heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3),  un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d’autres langues.

Voici la présentation qu’en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d’une fille qui, voyant son père malade et hors d’état de répondre à la conscription, s’enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l’Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c’est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l’Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Mulan’s Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l’Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l’apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu’à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n’est pas cette traduction que j’ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m’a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l’auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m’est pour l’instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j’ai pu trouver jusqu’à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :  

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n’entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

  Bertrand Goujard : 

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs. 

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) : 

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N’est pas celui de sa navette ; vous n’entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu’un ? Se souvient-elle de quelqu’un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne. 

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

Yoto Yotov  inventorie 8 traductions en français danss son article« La Ballade de Mou-lan » sur site Notes du mont Royal (ajout du 12 mars 2016).

En ce qui concerne les traductions en anglais, l’une d’elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l’incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D’autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don’t hear the shuttle’s sound,

You only hear Daughter’s sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c’est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d’un auteur inconnu ; peu d’occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn’t the shuttle’s sound heard

But only the maiden Mulan’s sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d’occurences :

 The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l’excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu’il en soit remercier !

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d’une communication d’Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu… en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) – a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) – Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) – popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) – Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) – Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

 (3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l’anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l’article de Thierry Mauffrey, “A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ?”, paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l’époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), … avec une étude sur l’art poétique en Chine, par le marquis d’Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n’ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d’où est extraite la ballade de Mulan.

(5) “M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes  qu’il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n’ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d’octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n’ont eu alors qu’un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd’hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu’intéressants” (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les traductions anglaises des Rubaiyat

(Dernière mise à jour :  7 mars 2018)

J’ai commis en décembre 2010 une chronique sur les traductions françaises des Rubaiyat d’Omar Khayyam. Je vous propose ici son équivalent sur les traductions anglaises.

Tout comme la précédente, cette chronique vise essentiellement à faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Il s’agit ici encore d’une bibliographie commentée plus que d’une étude.

Pour établir cette liste, j’ai utilisé notamment les sources ci-dessous :

Jos Coumans. The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliographyAmsterdam University Press, 2011. 249 pages. Partiellement consultable sur Google livres. Voir la chronique que je lui ai consacrée.

M. Bayate-Mokhtari,Omar Khayyam et ses traducteurs français et anglais”, extr. de : Iran moderne  actes du XXIXe Congrès  international des Orientalistes, Paris, juillet 1973. Paris : l’Asiathèque, 1976. p. 4-6. Je n’ai pas pu encore consulter cet article.

Un catalogue de la libraire Maggs Bros sur la littérature anglaise du XIXe et du XXe siècle, p. 267 et  p. 406 et suiv. 

The Online Books Page

Le site de la librairie Stillman books.

 La bibliographie de Karim Hayati Ashtiani pour sa thèse, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, soutenue en 2004 à l’université de Lyon 2.

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

L’article Rubaiyat of Omar Khayyam de Wikipedia.

Le site The rubaiyat

Le site Books and writers

Bob Forrest propose plusieurs articles concernant les Rubaiyat sur son site. Il collabore aussi à Omar Khayyam Nederland.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits. Sur les manuscrits utilisés pour les traductions et qui sont parfois indiqués, voir mon billet sur le sujet.

Comme d’habitude, cette chronique  fera l’objet de rectifications en fonction des informations récoltées. Alors, si vous en avez…

Bibliographie chronologique des traductions anglaises des rubaiyat de Khayyam

 

1859 – Edward FitzGerald (1809-1883)

Entre 1859 et sa mort en 1883, Edward FitzGerald a publié quatre éditions de ses Rubaiyat of Omar Khayyam, the Astronomer-Poet of Persia. D’autres suivront.

  • La 1ère édition (1859) contient 75 “stanza” ; elle disponible sur le site de la Bodleian
  • La 2e (1868) comporte 110 quatrains.
  • Les trois suivantes (1872, 1879 et 1889) ont 101 quatrains.
  • Une tables de correspondance existe, disponible sur Archive.org ou sur Kellscraft.

Malgré les libertés prises par le poète-traducteur, cette traduction est sans doute la plus répandue dans le monde anglo-saxon. C’est la traduction de référence, la première parue en Occident, celle dont tous les traducteurs postérieurs devront se démarquer. De plus, une bonne partie des traductions en français (Grolleau, Henry, Delpeuch, Carpentier, Arousseau, Le Dantec, Bernard) sont des traductions de la traduction de FitzGerald.

De nombreuses éditions sont disponibles sur Archive.org, sur sur Kellscraft. Vous trouverez également sur ce dernier site une bibliographie des cinq premières éditions. L’édition de 1869 a fait l’objet d’une édition pirate en 50 exemplaires à Madras en 1862. La première édition américaine (Columbus, 1870) suit celle de 1868. Pour plus de détail sur les premières éditions de la traduction de FitzGerald dans le monde anglo-saxon, voir l’ouvrage de Jos Coumans, The Rubaiyat of Omar Khayyam: an updated bibliography, p.19. Voir aussi le site The Rubaiyat, l’édition en ligne réalisée par Jim Manis et le site de l’université Fordham.

1882 – Edward Heny Whinfield (1836-1922)

The quatrains of Omar Khayyam. Londes : Trübner and Co, 1882

253 quatrains. Le traducteur a utilisé l’édition de J.B. Nicolas (1867), l’édition de Lucknov (1878), le manuscrit de la Bodleian Library (nr. 140), et deux petites collections de quatrains.

Dès 1883, il publie une édition bilingue comportant 500  quatrains et utilisant 8 collections. En 1893 parait une sélection de 267 quatrains extraits de cette dernière édition, cette fois seulement en anglais. Cinq quatrains figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát parue en 1906.

Ces différentes éditions sont disponibles sur Archive.org. Le texte est en ligne sur le site de l’université Fordham et sur The Rubaiyat

1885 – Whitley Stokes (1830-1909)

Publie 18 quatrains dans Academy, 17 janvier 1885, n° 663.

Auparavant, 15 quatrains avaient été inclus dans l’édition de Madras de la traduction de FitzGerald (1862) sous le titre “Some more of Omar’s quatrains”. Ils ont été repris en 1836 dans une édition miniature  par The Lilliputian Press, Monroe (USA). 10 de ces quatrains ont été inclus dans The Dublin book of Irish verse (London, 1909). Deux  quatrains figurent dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

Disponibles sur le site Omar Khayyam Nederland.

1888- John Leslie Garner

The Strophes of Omar Khayyám. Milwaukee, the Corbitt and Skidmoore Co, 1888. In-16, XII-76 p.

Disponible sur Archive.org.

1889 – Justin Huntly McCarthy (1859-1936) 

Rubaiyat. London, 1989.

Fait paraître en 1898 des Quatrains of Omar Khayyam, in english prose.

1893 – Edward Henry Whinfield

The quatrains of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1893.

1898 – John Payne

The Quatrains of Omar Kheyyam of Nishapour. 1898

1898 – Edward Heron-Allen (1861-1943)

The Rubaiyat of Omar Khayyam, a facsimile of the ms in the Bodleian Library. Londres, Nichols, 1898.

Nouvelle édition : Londres, Quaritch, 1899.

1899 – Jessie E. Nash (1844-1884), alias H.M. Cadell

The Ruba’yat of Omar Khayam. London / New-York, John Lane, 1998.

Avec une introduction de Richard Garnett.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1899 – Elisabet Alden Curtis

One hundred quatrains from the Rubáiyát of Omar Khayyám. New York, Brothers of the Book, 1899. 72 pp.

Traduction en vers anglais. Introduction de Richard Burton.

Disponible sur Hathi Trust Digital Library.

1901 – E. A. Johnson

La traduction anonyme des rubaiyat parue dans Flowers from Persian Poets (1901) lui est attribuée.

Disponible sur Archive.org.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1903 – Frederick William Rolfe (1860 – 1913), alias Frederick Baron Corvo

The Rubaiyat, of Umar khaiyam done into english from the French of Jean Baptiste Nicolas. London, New York, J. Lane, 1903.

Bilingue anglais-français. Introduction de Nathan Haskell Dole.

Disponible sur Archive.org.

1904 – L’anthologie The lover’s Rubáiyát éditée par Jessie Belle Rittenhouse (1869-1948)

The lover’s Rubáiyát. Boston : Small, Maynard & Co., 1906.

Réédité en 1906. Regroupe 64 quatrains traduits par divers auteurs (dont 17 par FitzGerald), certains n’ayant pas réalisé auparavant ou par la suite leur propre recueil des rubaiyat (du moins n’en ai-je pas encore trouvé…) : 

Edwin Kendall Cutter

Richard Le Gallienne (1866-1947)

Henry George Keene (1825-1915)

Frederick York Powell (1850-1904)

E. A. Johnson

Disponible sur Archive.org.

1907 – E. F. Thompson, Worcester

E. Fitzgerald ’s Ruba‘iyyat of Omar Khayyam, avec un texte persan et une traduction en prose et vers. Mass., 1907.

1913 – Edward Armstrong Johnson

The Rubaiyat of Omar Khayyam. Londres : Kegan Paul, Trench, Trübner & Co., 1913.

Un de ses poèmes figure dans l’anthologie The lover’s Rubáiyát.

1924 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936)

Omar Khayyam in his Rubaiyat : with a true history, life and biography of the Persian poet, astronomer and statesman.  Los Angeles : Mazdaznan Press, 1924.

Traduit en français en 1959.

1927 – Arthur Emanuel Christensen (1875-1945)

Critical Studies in the Ruba-iyat of Umar-i-Khayyam. Copenhague, A. F. Höst och sön, 1927.

Etude de leur authenticité, texte et traduction anglaise. Il n’est pas précisé si la traduction anglaise a été faite à partir :

du texte original en danois : Omar Khajjams Rubaijat : en litteraerhistorisk undersogelse (Copenhague,1903)

de la traduction française : Recherches sur les Rubaiyat de ‘Omar Ḫayyām, par Arthur Christensen, docteur ès lettres de l’Université de Copenhague (Heidelberg : C. Winter, 1905.)

1949 – Arthur John Arberry

The Ruba’iyat of Omar Khayyam, édité d’après un manuscrit nouvellement découvert, daté de 658 (1259-60 de l’ère chrétienne), avec des versions anglaises comparées de Edward Fitzgerald, de Edward Henry Whinfield et de l’éditeur. Londres, Emery Walker, 1949. In-8°.

1967 – Omar Ali Shah (1922-2005)  et Robert Graves

Intéressante pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153. L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise. 

Cependant, il existe quelques doutes sur l’authenticité du manuscrit utilisé, comme le rappel Wikipedia :

The authors claimed it was based on a twelfth-century manuscript located in Afghanistan, where it was allegedly utilized as a Sufi teaching document. But the manuscript was never produced, and British experts in Persian literature were easily able to prove that the translation was in fact based on Edward Heron Allen’s analysis of possible sources for FitzGerald’s work.

A été traduite en français en 2005.

1979 – Peter Avery and John Heath-Stubbs

1988 – Karim Emami

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts