Archives par mot-clé : Utopie

Deux cents ans d’utopies parisiennes

Au hasard de mes divagations sur la toile, j’ai découvert un intéressant article de Laurent Portes sur le blog de Gallica : « Paris vu par les utopistes du XIXe siècle ». Cela m’a incité à chercher un peu sur ce thème, collectant au passage

  • Paris Utopie, réédition du livre Paris des utopies publié en 1970 par Yvan Christ
  • Paris au XXe siècle, roman de Jules Verne refusé par l’éditeur Hetzel en 1860 et finalement été publié… en 1994 avec des illustrations de Schuiten

…. en attendant d’autres merveilles !

Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord

Alastair Hemmens. Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord. Albi, Crise & Critique, 2019.

Présentation(s) de l’ouvrage

  • Pour une critique radicale du travail (septembre 2019) : dans le cadre de l’émission Liberté sur paroles sur Aligre FM 93.1, la journaliste Eugénie Barbezat s’est entretenue avec Alastair Hemmens autour de son ouvrage.
Continuer la lecture de Ne travaillez jamais ! La critique du travail en France de Charles Fourier à Guy Debord

Nouvelles de nulle part par William Morris

Je suis en train de découvrir les Nouvelles de nulle part dans une traduction publiée en 1961 aux Éditions sociales. Cet ouvrage de William Morris (1934-1896) a paru initialement en 1890 sous le titre  News from nowhere or an Epoch of rest. L’auteur, plus connu de nos jours pour sa participation au mouvement préraphaélite et son apport aux arts décoratifs, fait partie de la Socialist League de tendance socialiste libertaire dont il est est question dans le premier chapitre du roman. Dans ce dernier comme dans celui auquel il est censé répondre, Looking Backward (C’était demain ou Cent ans après ou l’an 2000) d’Edward Bellamy (1850-1898), le narrateur s’endort pour se réveiller des décennies plus tard. Il découvre alors une nouvelle société, nécessairement plus juste et harmonieuse selon le modèle de l’utopie, mais une utopie transposée non plus en un autre lieu comme chez Thomas More, mais dans le futur. Si le procédé n’est pas neuf (cf. Louis Sébastien Mercier, précurseur du roman d’anticipation, en 1771 avec L’An 2440, rêve s’il en fut jamais), le résultat est des plus stimulants, du moins pour ce que j’en ai lu jusqu’à présent. Continuer la lecture de Nouvelles de nulle part par William Morris

Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot [1], les radicaux de France et les policiers d’Allemagne.

Quelle est l’opposition qui n’a pas été accusée de communisme par ses adversaires au pouvoir ? Quelle est l’opposition qui, à son tour, n’a pas renvoyé à ses adversaires de droite ou de gauche l’épithète infamante de communiste ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le communisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances d’Europe.

Il est grand temps que les communistes exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances; qu’ils opposent au conte du spectre communiste un manifeste du Parti lui-même.

C’est à cette fin que des communistes de diverses nationalités se sont réunis à Londres et ont rédigé le Manifeste suivant, qui est publié en anglais, français, allemand, italien, flamand et danois.

Vous avez tous reconnu le début d’une brochure célèbre dont le texte intégral peut facilement être trouvé sur internet. Cet opuscule, écrit par Karl Marx et Friedrich Engels et publié en février 1848, a été diffusé à l’origine sous le titre Manifeste du Parti communiste, puis republié sous le titre Manifeste communiste (plus d’infos sur Wikipédia).

Cette même année 1848, Alfred Sudre fait paraître son Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes. L’ouvrage embrasse alors toute l’histoire des idées communistes de Sparte… à Proudhon (cf. Gallica). En 1850, la 4e édition comporte un chapitre supplémentaire… sur Pierre Leroux (cf. Google.fr). Pas un mot de Karl Marx et de Friedrich Engels, deux ans après la parution du Manifeste communiste, dont le titre suffisamment explicite aurait dû attirer l’attention de l’auteur… Plus surprenant encore, la 5e édition, parue en 1856, reste muette à leur sujet (cf. Google livres). Continuer la lecture de Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Premiers socialismes et utopies

Message daté du 3 juin trouvé sur la liste bibliopat

La BVPS fête ses deux ans !!!

Il y a deux ans, le SCD de l’Université de Poitiers mettait en ligne sa Bibliothèque Virtuelle sur les Premiers Socialismes. Cette bibliothèque électronique donne accès à des documents sur les socialistes «utopiques» provenant du fonds légué à l’Université par Auguste Dubois et conservé au service du Fonds ancien de la Bibliothèque Universitaire. Les documents en texte intégral sont accompagnés de présentations les contextualisant, d’indications bibliographiques et d’outils permettant des recherches à l’intérieur du site. Deux ans après sa création, la BVPS est riche de 140 documents, dont la majeure partie traite du fouriérisme. Une nouvelle rubrique portant sur Cabet et les communautés icariennes aux Etats-Unis vient d’être ouverte. La BVPS s’est également enrichie d’un index en anglais et d’une page de liens. Cette bibliothèque électronique est évolutive, et encore bien d’autres documents accompagnés de leur présentation seront mis en ligne régulièrement, à commencer par un ensemble portant sur Pierre Leroux, avec la mise en ligne de la «Revue Sociale».

Bonne lecture!

Nathalie Brémand et Anne-Sophie Durozoy.

Je voulais justement aborder les ressources en ligne sur les différentes écoles de pensée politique et/ou économique. La Bibliothèque Virtuelle des Premiers Socialismes offre une bonne introduction. Consacrée aux socialismes dits utopiques (en quoi du reste ce terme serait-il péjoratif ?), elle restitue les écrits de penseurs parfois peu connus dont les idées, propositions et réalisations furent oubliées part la suite au profit des disciples de Marx et des élèves de Bakounine.

Et puisqu’il s’agit d’utopie, je voudrais rappeler l’existence d’une fort intéressante exposition en ligne accessible sur le site de la BNF. Il convient d’y adjoindre, sur Gallica (mais les liens entre les deux ne sont pas effecifs),  la bibliothèque utopique… où nous retrouvons, entre autres, nos premiers socialistes.

Et tous mes encouragements à mon ex-collègue de promotion IFB, Nathalie Brémand.