Archives par mot-clé : Végétarisme

Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

On pourra perpétuellement décapiter des rois, déposer des empereurs, éventrer des présidents de la République, la situation restera la même tant qu’il y aura des mines, des usines et des chantiers. Tant que l’artificiel établi pendant des siècles d’esclavage sera considéré comme base de système de vie, il y aura exploitation de l’homme par l’homme, il y aura spoliation, sans parler de la dégradation toujours continue et aggravée de la Nature.

Émile Gravelle

J’ai trouvé la citation ci-dessus dans un article fort intéressant du blog de Gallica consacré à un éphémère mensuel de la fin du XIXe, Le Naturien. Lancé en mars 1898 par l’anarchiste individualiste Émile Gravelle, il fait suite à La Nouvelle humanité que ce dernier avait fondé en 1894 Henri Zisly et Henri Beylie. Issus de l’anarchie, les naturiens développent une critique de la modernité industrielle qui conserve encore aujourd’hui toute sa pertinence prophétique et fait d’eux les précurseurs de l’écologie radicale et de la décroissance, ainsi que du végétalisme développé chez les néo-naturiens des années 1920, comme Louis Rimbaud, notamment dans les revues Le Néo-Naturien (1922-1927) fondé par Henry Le Fèvre et Le Végétalien (1924-1929) de Georges Butaud et Sophie Zaïkowska.

Continuer la lecture de Les naturiens, précurseurs de la décroissance et du végétalisme

Le Shaker (hors-série 1)

Le Shaker poursuit sa route avec un premier hors-série consacré au  romancier Martin Page. Pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas ou peu cet auteur, voici  une brève présentation de trois de ses ouvrages :

Son premier roman, Comment je suis devenu stupide, publié en 2001, a fait l’objet d’une adaptation en bande-dessinée par l’auteur et le dessinateur Nikola Witko dès 2004.

Son dernier livre, Les animaux ne sont pas comestibles, est le récit du parcours de l’auteur vers le véganisme, nécessairement marqué par la question animale.

Histoire de zombies post-apocalyptique sous le pseudonyme de Pit Agarmen dont le point de départ n’est pas sans rappelé Je suis une légende de Richard Matheson, La nuit a dévoré le monde vient d’être porté à l’écran par Dominique Rocher. Vous en trouverez ci-dessous deux critiques sur Youtube.

Grand merci aux collègues du Shaker de susciter des curiosités.

Question animale et végétarisme

Dernièrement, j’ai découvert sur mon bureau un exemplaire d’une nouvelle revue publiée par l’Inra, SésameSciences et société, alimentation, mondes agricoles et environnement. Son n° 1 (mai 2017)  contient notamment un dossier intitulé Consommation de viande : nos nouveaux péchés de chair ? A particulièrement retenu mon attention « Au nom d’une humanité carnivore », entretien avec la philosophe Florence Burgat qui a récemment fait paraître au Seuil L’humanité carnivore. Ce n’est pas son premier ouvrage concernant la condition animale, car elle a publié déjà Animal, mon prochain, chez Odile Jacob en 1997, ainsi que de nombreux articles répertoriés dans la Bibliothèque virtuelle des droits des animaux. Continuer la lecture de Question animale et végétarisme